Téléchargement en cours

Entrer les critères de recherche

Avenirs sociaux Rapports

Explorer les avenirs sociaux

Partagez

Tables des matières

Avant-propos

Nos structures sociales pourraient subir d’importants changements au cours des décennies à venir. Nos institutions sont en pleine période de transition et certaines sont sous haute tension. La prochaine économie numérique provoquera vraisemblablement des perturbations dans notre société : les relations sociales essentielles évoluent, les valeurs et les mesures de la valeur sont remises en question et les nouvelles connaissances et technologies scientifiques pourraient modifier notre rapport à la biologie et au monde vivant. Il s’agit seulement d’un aperçu des facteurs qui auront une incidence sur nos rapports sociaux dans un avenir proche.

L’évolution des fonctions sociales et des structures sociales en général aura des répercussions dans de nombreux secteurs stratégiques. Au-delà des réflexions sur les avenirs sociaux possibles, nous devons aussi saisir l’occasion d’imaginer les rapports sociaux auxquels nous aspirons. Guidé par son mandat, Horizons de politiques Canada (Horizons de politiques) explorera les avenirs sociaux et les questions politiques connexes. Dans ce premier document, nous définissons ce que nous entendons par « avenirs sociaux », nous cadrons la prospective sociale en tant que méthode d’exploration des évolutions possibles des rapports sociaux et nous mettons en évidence certains premiers signaux de changement pertinents pour les politiques.

Aucun projet de prospective majeur ne peut être mené en silo. Nos travaux de prospective sociale nécessiteront l’implication de décideurs politiques, de partenaires et d’autres intervenants pour cerner ce qui pourrait changer et ce que cela signifie pour les divers groupes de Canadiens.

Vos commentaires et votre participation sont les bienvenus et nous aideront à approfondir notre réflexion sur le sujet.

Kristel Van der Elst

Directrice générale 
Horizons de politiques Canada

Résumé

Qu’entend-on par prospective sociale?

La prospective sociale se rapporte au réseau diversifié, complexe et changeant de sentiments, de liens et de processus qui gouvernent nos relations à l’autre. Elle envisage comment les fonctions sociales pourraient changer à l’avenir, comment elles pourraient se combiner pour perturber les structures sociales et à quoi ces dernières pourraient ressembler à long terme. Elle explore également l’incidence possible de tels changements sur les politiques, les opportunités et les défis qu’ils pourraient créer.

Pourquoi s’intéresser à la prospective sociale aujourd’hui?

  • Les processus sociaux et les institutions sont mis à rude épreuve
  • Des bouleversements majeurs se profilent à l’horizon 
  • La littérature sur la prospective et les entrevues avec des experts confirment la valeur de la prospective social

La portée de la prospective sociale peut être définie selon les fonctions des rapports sociaux qui sont pertinentes dans le paysage politique de nombreux ministères et organismes au sein du gouvernement, notamment :

  • Comment nous nous rapprochons les uns des autres;
  • Comment nous donnons un sens à ce qui nous entoure;
  • Comment notre identité se forme, comment nous nous associons à des groupes et comment nous gérons les différences;
  • Comment nous prenons des décisions collectives;
  • Comment nous nous définissons en tant qu’entités corporelles, par rapport aux autres et à nous-mêmes;
  • Comment nous nous définissons par rapport aux terres et aux écosystèmes.

Changements sociaux

Transitions générales

  • Viabilité de nos économies et de nos modes de vie
  • Développements scientifiques et technologiques
  • Gouvernance au XXIe siècle
  • Cultures postcoloniales

Signaux de changement

  • Hyperconnectés, mais seuls
  • Futurisme autochtone
  • Espaces publics augmentés
  • Diversité des ménages
  • Superlongévité
  • Changements dans l’expression de genre
  • Insécurité économique
  • Société de surveillance quantifiée
  • Algorithmes opaques
  • Toxicomanies et traitements
  • Épigénétique
  • Résponsabilité historique
  • Recherche de la vérité sociale
  • Anxiété anxiogène
  • Neurosciences sociales émergentes
  • Humains augmentés
  • Recadrage de l’équité
  • Restructuration de l’éventail politique
  • Rôle du privé dans les espaces publics
  • Un monde sans pénuries
  • Repenser l’économie
  • Ampleur de la démocratie
  • Sources de leadership
  • Société sur demande

Cadre de prospective sociale

  • Connexion
  • Identité et association
  • Décisions collectives
  • Terres et écosystèmes
  • Concrétisation
  • Création de sens

Avenirs sociaux

Comment horizons de politiques définit-il le cadre de la prospective sociale?

Le mot « social » fait référence à un lien qui unit une communauté d’intérêts mutuellement reconnus et qui est nourri par des interactions répétées. Selon cette définition, la société naît du contexte social. Elle est le produit d’un réseau diversifié, complexe et changeant de sentiments, de liens et de processus par lesquels nous sommes en relation les uns avec les autres. Ce réseau façonne tant notre biologie, nos perceptions, nos expériences et nos comportements individuels que nos institutions et nos collectivités.

Par conséquent, la quasi-totalité des sphères de l’activité et de l’expérience humaines peut être considérée comme étant de nature sociale. L’économie est sociale. Le travail est social, tout comme la technologie, l’éducation, l’art, la famille, l’infrastructure, la conception, les politiques et la gouvernance.

Les travaux de prospective sociale d’Horizons de politiques étudient les sentiments, les liens et les processus interpersonnels dans tous ces domaines.

Ils cherchent à anticiper les perturbations dans les relations interpersonnelles, la création de sens, la définition des identités, la prise de décisions et le rapport au corps et à l’environnement. Ils tentent de déterminer à quoi pourraient ressembler les futures structures sociales et quelles opportunités et quels défis cela implique pour les politiques publiques.

« Les comportements humains et les changements sociaux sont souvent façonnés par des forces profondes, cachées et interreliées qui, en raison de leur complexité, peuvent ne pas être apparentes pendant des années. »

P. Ho, conseiller principal, Centre for Strategic Futures, et ancien chef de la fonction publique de Singapour1

Pourquoi explorer les avenirs sociaux aujourd’hui?

Le moment est bien choisi pour la prospective sociale. D’autres institutions de prospective ont également commencé à explorer la question2.

Plusieurs facteurs peuvent façonner les avenirs sociaux. Les entrevues qu’Horizons de politiques a menées avec des experts indiquent que des institutions et des processus sociaux – par exemple la prise de décisions environnementales, la démocratie libérale, l’État providence, l’emploi, l’éducation et l’information – semblent être mis à rude épreuve, et qu’ils atteignent peut-être leur point de rupture. Les interventions technologiques et économiques habituelles pourraient être insuffisantes pour relever les défis que présentent ces situations.

Il existe également une croyance répandue selon laquelle ces tensions et cette instabilité pourraient persister dans l’avenir prévisible, ce qui porte à croire que de grands changements sociaux surviendront au cours des prochaines années. Plus important encore, on considère de plus en plus l’expérience sociale comme une source de changement perturbateur ressenti dans d’autres domaines, depuis la planification urbaine jusqu’à l’action climatique.

Le présent rapport initial cerne la portée de cette réflexion et découle de quatre volets de recherche :

  • signaux faibles et nouvelles perspectives résultant d’une veille prospective;
  • définition des principales tendances en fonction de l’analyse des statistiques et des enquêtes démographiques;
  • revue de la littérature pertinente sur la prospective sociale;
  • entrevues avec 59 intervenants dont des experts du monde universitaire, des intellectuels, des chercheurs, des dirigeants d’entreprise et des hauts fonctionnaires.

Cadre de prospective sociale

Pour organiser la prospective sociale de manière à aider les décideurs politiques de nombreux ministères et organismes, Horizons de politiques Canada suggère d’explorer les éléments qui sont susceptibles de changer dans les rapports sociaux, y compris ceux qui suivent :

  • Comment nous créons des liens : Qu’est-ce qui pourrait perturber ou accroître notre capacité à créer des liens, à inspirer confiance, à développer des relations, à avoir de l’empathie, à offrir du soutien, à accepter l’autre et à bâtir ensemble des vies et des collectivités?
  • Comment nous donnons du sens à notre univers : Qu’est-ce qui pourrait changer dans notre manière de recevoir, de traiter et de pondérer l’information? Comment pouvons-nous intégrer nos sentiments et nos observations, et miser sur les traditions associées au savoir et à la sagesse? Comment pouvons-nous créer du sens, communiquer des perspectives et développer des visions de notre univers social?
  • Comment nous nous identifions en tant que personnes, comment nous nous associons à des groupes et comment nous gérons les différences : Qu’est-ce qui pourrait changer dans notre manière de décrire et de catégoriser les groupes, et de nous identifier en tant que personnes et en tant que membres de ces groupes? Quels changements pourrions-nous constater quant à notre manière de nous rapprocher des autres, aux lieux de rencontre et aux raisons de nous rapprocher? Qu’est-ce qui pourrait changer dans notre manière de comprendre nos différences, de traiter les nouvelles demandes d’équité et de justice, et d’aborder la diversité?
  • Comment nous prenons des décisions collectives : Comment pourrions-nous modifier notre manière de développer et d’étudier les options, de prévoir les conséquences, de négocier les valeurs conflictuelles et de prendre – ou ne pas prendre – des décisions collectives efficaces?
  • Comment nous nous définissons en tant qu’entités corporelles, par rapport aux autres et à nous-mêmes : Quels changements pourraient survenir dans notre manière de comprendre, de modifier et de traiter nos corps, d’en prendre soin et de les guérir? Comment la science, la technologie et la philosophie émergentes, ainsi que les expériences et les façons d’être des Autochtones, pourraient-elles modifier notre approche de concrétisation et nos politiques sur le développement de l’être humain et de la santé?
  • Comment nous nous définissons par rapport aux terres et aux écosystèmes : Qu’est-ce qui pourrait changer dans nos relations sociales avec notre écosystème? Quelles visions plausibles du futur pourraient motiver le changement à l’échelle requise pour remédier à nos problèmes environnementaux, par exemple les changements climatiques et l’extinction?

Les changements qui toucheront ces rapports sociaux, en se combinant dans des structures sociales plus vastes, auront probablement des conséquences dans presque toutes les sphères de l’activité gouvernementale, depuis la réglementation environnementale jusqu’aux politiques fiscales, en passant par l’immigration, la santé, la sécurité publique, le système de justice, les relations Couronne-Autochtones, les ressources naturelles et le patrimoine culturel.

Toutes les activités de l’État font appel aux gens, qu’il s’agisse d’experts, d’employés du gouvernement ou de membres d’organisations ou de collectivités. La gouvernance sous toutes ses formes est fondamentalement sociale. Les décideurs politiques peuvent bénéficier d’une réflexion sur ce à quoi pourraient ressembler les futures structures sociales, sur les types d’avenirs sociaux que les Canadiens voudront et sur les conséquences politiques qui pourraient en résulter.

Évolution du fait social

Certains signaux initiaux de changement semblent avoir une pertinence en matière de politiques. Dans la section suivante, nous nous penchons sur ces signaux qui sont tous susceptibles de provoquer des changements, voire des bouleversements inattendus.

Les tendances et les signaux cités ci-dessous peuvent être compris dans le contexte de transitions plus vastes, entre autres :

  • la viabilité de nos économies et de nos modes de vie;
  • les développements scientifiques et technologiques;
  • la gouvernance au XXIe siècle;
  • les cultures postcoloniales.

La prospective sociale peut nous donner des indices sur la manière dont une société pourrait concevoir, créer et traverser les ponts susceptibles de nous aider à réussir cette transformation ensemble.

Hyperconnectés, mais seuls 

Certains disent que la solitude et l’isolement social devraient être considérés comme une crise de santé publique3.

D’après des recherches récentes, la solitude et l’isolement social sont de plus en plus présents dans les pays développés, et ils ont des conséquences sur la santé et la sécurité publiques. Le rapport sur la solitude de 20174 du directeur du Service de santé publique des États-Unis et des initiatives telles que la stratégie sur la solitude du gouvernement britannique démontrent que ce problème est reconnu5 et que les solutions ne sont pas simples.

La solitude entretient une relation compliquée avec les technologies de réseau. Même si nous sommes connectés par des appareils numériques d’une manière qui était impensable il y a seulement quelques années, ces connexions servent d’intermédiaires entre les êtres humains et parfois même remplacent les contacts qui favorisent une intimité et des liens interpersonnels plus profonds. À mesure que les forums numériques aux propriétés nouvelles accaparent plus de temps et d’attention, les anciens espaces sociaux – par exemple les lieux de culte, les bibliothèques, les centres communautaires et même les centres commerciaux – pourraient tomber en désuétude.

Cela dit, outre ces nouvelles formes de solitude et de déconnexion, nous pourrions également assister à l’émergence de nouvelles contre-stratégies. La solitude chevauche la culture et la santé, et s’y intéresser pourrait encourager l’examen de nouvelles questions politiques, par exemple dans le domaine de la santé publique numérique.

Futurisme autochtone

Le gouvernement fédéral se doit de respecter les droits des Autochtones reconnus par la Constitution canadienne. Pour surmonter les obstacles auxquels ils se heurtent dans l’exercice de ces droits, les dirigeants, organisations et collectivités autochtones adoptent de plus en plus des moyens novateurs et cherchent de nouveaux partenariats. Ces innovations les incitent parfois à prendre des mesures non prévues par la Loi sur les Indiens (par exemple la gestion des terres des Premières Nations et les traités modernes). De nouvelles formes d’autodétermination pourraient engendrer des changements importants6.

Ces changements prometteurs pourraient générer des conflits : l’autodétermination matérielle, juridique et institutionnelle robuste peut excéder le niveau de compréhension et d’appui de certains Canadiens non autochtones envers la réconciliation7. Il se peut que de nombreux Canadiens non autochtones comprennent mal les idées de base avancées par les dirigeants autochtones, comme les effets des ordonnances et des traités constitutionnels autochtones existants et simultanés sur le territoire connu comme étant le Canada.

En même temps, les futuristes autochtones s’affairent à créer des cadres symboliques à l’appui d’un avenir autodéterminé au-delà de la réconciliation. Ils souhaitent empêcher l’exclusion des peuples autochtones8 des visions9 populaires de l’avenir. Par exemple, certains universitaires autochtones10 soutiennent que les modes d’acquisition du savoir autochtone, particulièrement en ce qui a trait aux liens avec les êtres non humains, pourraient fournir un paradigme éthique flexible au sujet de l’intelligence artificielle11. D’autres reformulent la réflexion apocalyptique de la culture populaire en décrivant les perspectives autochtones comme les connaissances culturelles des sociétés qui ont déjà survécu à l’apocalypse12.

Espaces publics augmentés

La réalité augmentée consiste à superposer des objets virtuels générés par ordinateur – par exemple des images, des vidéos, des personnages animés, des sons et même des expériences numériques tactiles – dans le monde physique. Ce contenu numérique peut être créé pour interagir avec le paysage, les objets, les gens et d’autres êtres vivants. Dans un avenir proche, les lunettes intelligentes et autres appareils 5G connectés pourraient permettre aux gens d’avoir une expérience très différente des espaces publics. En effet, les visiteurs d’un lieu public pourraient bientôt être capables de l’embellir grâce à leurs propres créations virtuelles, et de voir celles d’autres personnes13.

Les jours de l’accès « en lecture seule » aux espaces publics pourraient être comptés.

L’espace public augmenté pourrait nous rassembler dans des espaces sociaux partagés plus riches et aux multiples créateurs. Cela pourrait vouloir dire que les propriétaires et les gouvernements auraient moins de contrôle sur l’apparence, l’environnement sonore, la convivialité et les fonctions des espaces et des objets publics (par exemple les monuments, les bâtiments et l’infrastructure). En conséquence, les espaces publics pourraient devenir tout à la fois plus chaotiques, intéressants, amusants, perturbants, informatifs et pertinents. Les histoires représentées dans les espaces publics pourraient devenir hautement pluralistes. Les connaissances autochtones pourraient, au moyen de nouvelles approches, interagir avec les autres versions officielles de l’histoire véhiculées par les gouvernements, les propriétaires et les visiteurs14. On pourrait résoudre les conflits entourant les monuments honorant des personnages historique15 et ayant des controversés16 directement dans l’espace occupé par ces monuments, en utilisant par exemple les espaces publics pour nous aider à comprendre notre histoire. En résumé, l’expérience partagée des espaces publics augmentés pourrait ouvrir de nouvelles possibilités pour les rapports sociaux.

Cependant, le contraire pourrait aussi être vrai. Certaines personnes pourraient décider d’interagir avec les espaces publics augmentés seulement au moyen d’« avatars » ou à travers des filtres hautement personnalisés, bloquant ainsi les perspectives non conformes à leurs valeurs ou à leurs préférences. Cette approche pourrait être une réponse à une réalité augmentée débordant de contenu explicite, incivil17, odieux18 et indésirable, par exemple les types de propos qui empoisonnent actuellement les sections de commentaires des nouvelles en ligne19 et exposent les femmes à des expériences dégradantes lorsqu’elles utilisent les applications de messagerie et les sites de rencontres20. Certains pourraient même décider d’effacer numériquement des éléments du monde physique ou social de leur expérience de réalité augmentée. En conséquence, les gens pourraient vivre uniquement au travers des filtres subjectifs et de « chambres d’écho » qu’on voit actuellement dans les médias sociaux.

De nouveaux défis pourraient émerger sur le plan des politiques publiques si nous n’avons qu’une idée floue, voire aucune idée, de ce que les gens évoluant dans notre espace physique voient, entendent et vivent. L’équilibre entre la personnalisation et le collectif est une incertitude critique des avenirs sociaux.

Diversité des ménages

La composition des ménages est en voie de changement. Les ménages d’une personne sont désormais le type de ménage le plus commun (28,2 %21), et cela se reflète dans l’augmentation du nombre de copropriétaires22. À l’inverse, un tiers des jeunes adultes de 20 à 34 ans vivent avec leurs parents, reflétant une tendance vers un mode de vie multigénérationnel23. On voit également d’autres formes de cohabitation émerger, par exemple les « communes de mères », au sein desquelles les mères de famille qui élèvent seules leurs enfants vivent ensemble et partagent les coûts et les obligations en matière de garde d’enfants24. De même, on assiste à l’émergence de coopératives d’habitation qui répondent aux désir d’équilibre vie-travail-loisirs d’une nouvelle classe ouvrière dans les villes où le logement est inabordable même pour les travailleurs à plein temps25. Malgré un intérêt stable envers le mariage (les milléniaux aspirent à se marier dans les mêmes proportions que les adultes des années 1970), nous assistons également à une hausse du mode de vie célibataire et du mode « en couple chacun chez soi »26.

La vie de famille et le vivre ensemble sont des concepts qui sont peut-être en train de changer eux aussi, car les horaires de travail atypiques ont une incidence sur les heures de repas partagées et d’autres occasions de rapprochement pour les familles27. Les médias sociaux, les robots sociaux et les amis issus de l’intelligence artificielle28 pourraient remplacer de plus en plus les interactions directes entre les êtres humains, ce qui n’est pas sans engendrer des préoccupations croissantes au sujet de la diminution de l’empathie29.

Les « communes de mères » sont des communes au sein desquelles les mères se partagent les responsabilités et les coûts35.

L’augmentation du nombre de possibilités liées au travail à la demande et au travail virtuel pour les nomades numériques pourrait modifier les choix de résidence. Si les travailleurs ne sont pas obligés de déménager, ils peuvent décider de résider plus près de leur famille et de leurs amis. Les travailleurs à domicile peuvent revitaliser la vie dans leur quartier durant le jour et créer de nouvelles options pour combiner les soins aux personnes à charge avec les responsabilités professionnelles30.

Il existe des approches envers la vie familiale qui sont soit nouvelles, soit nouvellement mises en lumière. Prenons par exemple le fait d’avoir des enfants sans l’intervention de l’homme31, l’intensification du concept de polyamour dans les rencontres amoureuses32 et la décision de certains milléniaux33 de reporter très tard le moment d’avoir des enfants ou même de ne pas en avoir. La baisse des taux de fécondité au Canada pourrait avoir une incidence sur des éléments de base des politiques sociales, notamment l’immigration et la planification de l’effectif34.

Superlongévité

Les Canadiens pourraient vivre beaucoup plus longtemps, dans une population déjà vieillissante. Les projections de croissance démographique moyenne prévoient que le Canada vieillira le plus rapidement jusqu’en 2031, lorsque l’ensemble de la génération restante du baby-boom aura plus de 65 ans (23 % des Canadiens, comparativement à 16,9 % en 2016)36. Les centenaires sont déjà la population qui croît le plus rapidement, avec une hausse de 41,3 % en cinq ans37 pour atteindre 0,023 % des Canadiens en 201638. Le Canada fait partie des rares pays vieillissants dont la population totale devrait croître au cours des 50 prochaines années, essentiellement en raison de l’immigration39.

Des styles de vie plus sains et un vaste éventail de technologies émergentes en matière de soins de santé et de consommation pourraient prolonger la durée de vie et la participation active des prochaines cohortes d’aînés. Un avenir où la médecine serait plus personnalisée et plus prédictive40 pourrait mieux prévenir et traiter les maladies chroniques majeures, tandis que des domaines comme la médecine régénérative et la sénolytique cherchent à prévenir le processus de vieillissement en soi41.

Les conditions de logement des aînés pourraient elles aussi changer : de plus en plus, leur santé et leurs soins pourraient être pris en charge à la maison. Cela serait facilité par les technologies intelligentes (maisons intelligentes42, Internet des objets43, voitures autonomes44) ainsi que par les conditions de cohabitation45 et les robots46.

Pour beaucoup de gens, des vies plus longues pourraient vouloir dire un plus grand nombre d’années à vivre en bonne santé. Ce contexte leur offrirait des occasions de redéfinir le moment auquel surviennent les événements marquants de la vie, par exemple les études, la naissance et l’éducation d’un enfant, les congés sabbatiques de milieu de vie et la retraite. Cela pourrait aussi changer la manière dont les Canadiens perçoivent les relations et les investissements au cours de leur vie. Une proportion plus importante d’aînés qui vivent longtemps pourrait également aboutir à des changements culturels, par exemple une importance moindre accordée à la culture de la jeunesse et une volonté accrue d’explorer collectivement les questions de la mort, de la finalité et des legs.

Le vieillissement et la superlongévité pourraient avoir une incidence sur bon nombre de domaines de la politique gouvernementale, depuis les appuis sociaux jusqu’à la planification financière, en passant par le transport, la santé publique, l’immigration et la planification de l’effectif.

Les scientifiques sont en voie de créer un cœur humain artificiel pleinement opérationnel. En avril dernier, une équipe a fait imprimer en 3D un cœur de la taille de celui d’un lapin, le premier cœur entier avec des vaisseaux sanguins et des cellules47.

Changements dans l’expression de genre

Historiquement, les réalignements économiques et politiques ont eu tendance à coïncider avec les changements dans les attentes concernant l’identité et l’expression de genre48.

Une représentation élevée de femmes dans les établissements postsecondaires49 devrait combler le fossé des genres dans de nombreux milieux de travail, bien qu’il subsiste des écarts chez les travailleurs peu spécialisés, ce qui pose aux femmes des défis continus en matière de santé et de socio-économie. Une tendance à se mettre en couple avec une personne issue de tranches économiques et éducatives similaires (homogamie) renforce la stratification sociale, même si les femmes font des gains dans le milieu de travail. Parallèlement, de nouvelles tendances dans la formation de relations pourraient indiquer que certaines femmes changent leur point de vue50 en raison de l’insatisfaction ou du nombre insuffisant de partenaires de vie potentiels dans leur groupe socioéconomique. Dans certains pays, des initiatives financées par l’État, comme la fertilisation in vitro remboursée par les fonds publics, offrent aux femmes de nouveaux choix concernant la planification familiale51.

La dynamique qui imprègne les ménages, la culture populaire et les collectivités est en train d’élargir l’éventail des rôles sociaux dévolus aux hommes et d’améliorer leur connaissance de soi52, de manière à répondre à un plus grand nombre d’attentes par rapport à la prestation de soins53 et à la paternité54. La responsabilisation publique envers les comportements genrés indésirables (par exemple la culture de la dénonciation et le mouvement #metoo #moiaussi55) refaçonne actuellement les réalités pratiques de la vie des hommes. Il se peut que certains hommes réagissent négativement aux changements et à l’ambiguïté des rôles associés aux sexes, ainsi qu’au rejet des comportements qui étaient auparavant acceptés ou même valorisés.

Ces hommes pourraient percevoir ces changements comme étant une menace pour leur identité et leur propre pouvoir plutôt que comme une source de libération, surtout si l’automatisation mine les avantages dont ils jouissaient au travail. Les préoccupations croissantes concernant la situation critique des garçons dans les écoles56, le taux de suicide chez les hommes57 et le taux d’incarcération des garçons et des jeunes hommes – surtout parmi les Autochtones58 – contribuent à la complexité d’un domaine de la politique publique qui est loin de considérer le genre comme une question concernant uniquement le « statut de la femme ».

Les messages des « papas influenceurs » sur les réseaux sociaux pourraient refaçonner les styles de masculinité et de paternité63.

La visibilité croissante des personnalités trans et de genre non conforme dans la culture populaire59, l’émergence de codes visuels pour les identités non binaires60 et l’utilisation de nouveaux médias pour explorer et élargir la notion de genre61 suggèrent que les hypothèses fondamentales au sujet des relations entre le corps et le genre sont en train d’être réévaluées. Cependant, puisque les identités de genre diversifiées ne sont pas uniformément comprises ou acceptées, la discrimination, la marginalisation et la violence persistent et risquent même d’augmenter62.

Insécurité économique

L’insécurité économique entretient une relation complexe avec l’anxiété. D’une part, elle constitue clairement une source d’inquiétude. D’autre part, les comportements d’emprunt et de prêt semblent suggérer un optimisme répandu et douteux au sujet de la future capacité à assumer et rembourser une dette. Près de la moitié des ménages canadiens (48 %) sont à 200 $ par mois de l’insolvabilité64. Cette situation pourrait entraîner des conséquences graves dans l’éventualité d’un ralentissement économique majeur ou d’une augmentation importante des taux d’intérêt. L’insécurité économique pourrait prendre plus d’ampleur si les taux salariaux et d’emploi canadiens venaient à subir des pressions, par exemple à cause de l’automatisation, du déclin des industries extractives65, d’un ralentissement économique mondial66 ou d’une expansion majeure du marché mondial du travail à la demande de prestation de services67.

De plus, l’insécurité prolongée liée au chômage peut perturber l’accès à l’assurance-emploi, ce qui pourrait amplifier les conséquences négatives sur les personnes et les familles. Le stress associé à l’insécurité peut détourner l’énergie des relations essentielles, du développement communautaire, du bénévolat, de l’engagement politique, de l’apprentissage continu et du perfectionnement personnel68. Le stress et l’insécurité peuvent également porter les gens à être plus favorables à la gouvernance autoritaire69. L’insécurité limite aussi la capacité des familles à offrir des possibilités de développement diversifiées à leurs enfants70.

S’assurer que les interventions de la sécurité sociale correspondent aux conditions économiques et sociales actuelles et resteront plausibles pour l’avenir est une préoccupation politique majeure.

Société de surveillance quantifiée

À l’avenir, la surveillance pourrait devenir la norme pour une large proportion des rapports sociaux. Il faut s’attendre à ce que les données inhérentes aux rapports sociaux physiques et en ligne soient analysées et utilisées à des fins privées et publiques. La technologie en réseau, par exemple les caméras71, les capteurs72 et les techniques de localisation73, s’installent dans nos maisons, nos vêtements, nos véhicules, nos entreprises, nos milieux de travail et nos espaces publics. La capacité d’apprentissage des machines pour interpréter l’immense quantité de données qui en résulte a proportionnellement augmenté.

Même aujourd’hui, nos nombreux appareils intelligents collectent et partagent d’innombrables types de données au sujet de nos vies, de nos habitudes et de nos préférences. Et si ces données étaient utilisées pour mesurer notre fiabilité76?

Si les données circulent de manière imprévisible entre nos diverses situations sociales, professionnelles et économiques, elles pourraient miner l’intégrité des contextes dans lesquels nous bâtissons des relations, vivons des expériences et grandissons en tant que personnes74.

Les préoccupations entourant la surveillance omniprésente pourraient amener les gens à déplacer leurs communications et leurs rapports sociaux dans des espaces physiques protégés et des espaces virtuels chiffrés. Les gens pourraient aussi s’autocensurer, ou encore choisir de façon proactive des actions et des mots différents, pour générer les conséquences souhaitées dans une société de surveillance qui détermine les possibilités en fonction des profils.

Si la surveillance est omniprésente, la vie privée pourrait devenir un article de luxe à la disposition des privilégiés d’une société quantifiée75. Grâce à ses vastes espaces naturels, son pluralisme et ses lois sur la vie privée, le Canada pourrait devenir une destination de choix pour les gens qui cherchent un soulagement, temporaire ou permanent, de la pression occasionnée par la surveillance étatique et sociale et par les systèmes de réputation qui émergent ailleurs.

Algorithmes opaques

Aujourd’hui, les personnes et les groupes sont « connaissables » par des moyens qu’il n’aurait pas été possible d’utiliser auparavant. En revanche, les algorithmes envahissants qui trient et traitent l’information, y compris les données sur les personnes, menacent de devenir complexes et opaques, voire pratiquement inconnaissables77.

Certains soutiennent que le fait de ne pas pouvoir expliquer exactement comment l’intelligence artificielle fonctionne et prend des décisions est acceptable, à condition que les résultats soient satisfaisants. Selon cet argument, c’est le cas pour la plupart des décisions liées à l’être humain. Une différence majeure, toutefois, c’est que nous ne pouvons pas transmettre directement nos pensées aux machines. Nous n’avons donc pas de « théorie populaire » raisonnable pour l’intelligence artificielle. Dans tous les cas, le « caractère explicable » de l’intelligence artificielle est une préoccupation émergente majeure dans le cadre plus large de l’éthique. Cela prend une importance particulière lorsque l’intelligence artificielle fait des suggestions ou prend des décisions ayant une incidence sur la vie des êtres humains, qu’il s’agisse d’admissions à l’université, d’options de soins de santé ou de guerres78.

De nouveaux outils pour expliquer l’intelligence artificielle sont en voie de déploiement79. Cependant, rétablir l’équilibre entre ce que la machine « sait » de nous et ce que nous pouvons savoir d’elle nécessite plus que des réparations d’ordre technique. La ligne de démarcation entre le secret des renseignements commerciaux et l’obligation de transparence devra peut-être être renégociée.

Mettre davantage l’accent sur les efforts visant à rendre l’intelligence artificielle plus transparente pourrait aboutir à des attentes similaires envers les institutions publiques qui pourraient devoir expliquer leurs processus décisionnels et opérationnels presque en temps réel. Cette situation irait au-delà des exigences juridiques courantes de divulgation de l’information.

Toxicomanies et traitements

La toxicomanie et son traitement ont des répercussions importantes sur les chances de réussite et les expériences de vie des générations actuelles et futures. Elles constituent de puissants déterminants des avenirs sociaux. La recherche sur les voies neuronales80 et les systèmes de récompense81 nous permet désormais de mieux comprendre la toxicomanie. On assiste actuellement à l’émergence d’innovations technologiques et sociales, par exemple les vaccins anti-rechute et anti-dépendance82, l’orientation des consommateurs de drogues vers des services sociaux83, l’autochtonisation de la réduction des méfaits84, et les nouvelles applications85 mobiles et le traitement des dépendances par la réalité virtuelle86.

La tendance à la hausse des travaux d’expérimentation informels sur le potentiel thérapeutique des drogues psychédéliques87 et la possibilité de créer des drogues synthétiques chez soi88 pourraient également venir modifier le paysage de la toxicomanie et du traitement.

Ces facteurs pourraient avoir des répercussions politiques liées à la portée des interventions financées par les fonds publics, aux stigmates sociaux associés à la consommation de drogues, à la criminalisation ou la décriminalisation des substances, à la sécurité frontalière et aux programmes de santé publique.

L’alcool et les drogues empruntent des voies neuronales distinctes dans le cerveau, qui sont axées sur la récompense89.

Épigénétique

Le domaine de l’épigénétique – l’étude des mécanismes biologiques qui modifient l’expression des gènes dans les organismes vivants sans modifier la séquence de l’ADN –bouleverse les suppositions inhérentes au débat de longue date sur l’inné et l’acquis90. Il devient évident que les expériences sociales peuvent « entrer dans la peau ». L’exposition aux toxines, au stress et à des évènements traumatisants peut créer des marqueurs chimiques persistants sur nos chromosomes, nous prédisposant ainsi à certaines réponses et certaines maladies91. De la même manière, l’acquis, l’exercice et la saine alimentation peuvent modifier la manière dont nos génomes sont exprimés92. Bien que la transmission épigénétique par lignée germinale (directement par l’entremise des épigénomes du sperme ou de l’œuf) n’ait pas encore été définitivement prouvée chez les êtres humains, il existe un certain nombre d’autres parcours par lesquels les expériences intenses, par exemple les traumatismes, peuvent se transférer par voie épigénétique aux générations suivantes93. Les chercheurs étudient les charges épigénétiques de facteurs tels que les traumatismes intergénérationnels causés par la guerre, l’incarcération, les toxines environnementales et la discrimination94.

Une compréhension de l’interaction de nos fonctions physiologiques avec l’« exposôme social95 » pourrait changer notre manière de concevoir les diverses politiques sociales, environnementales et économiques, ainsi que notre manière de les évaluer, d’établir leur coût et d’attribuer la responsabilité. La capacité de mesurer les marqueurs épigénétiques des stress sociaux et environnementaux observés chez les populations pourrait modifier le dialogue sur l’équité, les réparations et les programmes gouvernementaux, de sorte que les débats soient davantage fondés sur les expériences physiologiques que vivent les gens en société.

Bien que cela devance la science à certains égards, l’histoire sociale nous montre de plus en plus comment l’expression de notre ADN pourrait être influencée par les expériences de nos parents et même de nos grands-parents96.

Responsabilité historique

Les responsables de l’élaboration des politiques accordent une nouvelle importance au passé, à mesure que s’intensifie la volonté de reconnaître les injustices historiques et d’y remédier. Les universités qui ont un passé esclavagiste au Royaume-Uni et aux États-Unis ont adopté le principe de la justice réparatrice97. Au Canada, l’ère du déni et de l’inaction face à l’oppression des peuples autochtones semble tirer à sa fin98. L’intensité et l’ampleur que prendront les appuis envers la justice réparatrice sont largement incertaines. L’adoption généralisée de cette approche pourrait inciter les gouvernements et les grandes sociétés à assumer la responsabilité des torts majeurs causés dans le passé, notamment les effets environnementaux asymétriques du capitalisme industriel99. Dans un tel avenir, les actions posées pour réparer les erreurs du passé pourraient créer de nouveaux débats sur la vérité historique au Canada et dans le monde et créer un contexte propice aux guérisons et aux solutions.

Recherche de la vérité sociale

L’ère « post-vérité » courante ne semble pas tant découler des hypothèses associées aux « faits alternatifs » sur la planéité de la Terre, les vaccins ou les changements climatiques, mais plutôt de l’érosion des normes et des pratiques que nous utilisons pour établir les faits et la vérité sociale. Nous constatons ce changement dans l’apparente diminution du respect des Canadiens envers la science100 et dans le rôle de moins en moins manifeste des institutions traditionnelles porteuses de sens, par exemple le journalisme imprimé et le journalisme parlé, qui subissent la pression du nouvel écosystème d’information numérique101. Les médias numériques non traditionnels produisent des volumes d’information sans précédent dans de nouveaux formats très démocratiques, par exemple les blogues et les balados, conçus pour informer autant que pour divertir. Toutefois, ces médias permettent également à des acteurs malveillants de répandre la désinformation, de façon relativement inoffensive ou dans le but de polariser et semer la confusion102. Dans ce nouvel écosystème, bon nombre de citoyens ont plus de difficulté à faire la part entre la réalité et la fiction et à départager le sens du non-sens. Certaines institutions et organisations pourraient réagir à la désorientation actuelle en concevant de nouvelles plateformes qui permettent d’avoir un dialogue réfléchi et des façons efficaces de vérifier l’information. À moins de se mettre d’accord sur les normes et les pratiques de recherche de la vérité sociale, il pourrait être difficile d’atteindre le consensus pluraliste nécessaire pour remédier à bon nombre des problèmes les plus urgents au Canada.

Le taux de suspicion à l’égard de la science chez les Canadiens est de 32 %, une augmentation de 7 % par rapport à l’année dernière. Si la méfiance envers la science continue d’augmenter, les gouvernements pourraient trouver plus difficile de prendre des mesures en matière de changements climatiques ou de protéger le public des épidémies103.

Anxiété anxiogène

À en juger par le volume et la variété des commentaires publics, l’anxiété est devenue l’une des préoccupations majeures de notre époque. Fréquemment caractérisée comme une épidémie, la prévalence de l’anxiété est une préoccupation en soi et fait l’objet de nombreuses explications104. Certains croient qu’elle est liée au cycle des nouvelles numériques de 24 heures, qui peut créer le sentiment que nous devrions être connectés aux développements mondiaux en tout temps105. Une autre théorie est que les développements négatifs sont plus souvent décrits, alors que les tendances positives à long terme sont rarement rapportées – par exemple en ce qui concerne la santé publique, les revenus et les niveaux de vie à l’échelle mondiale106 – favorisant une vision pessimiste et anxiogène du monde107. En revanche, les données scientifiques au sujet des changements climatiques et du rythme d’extinction108 constituent des raisons très valables de s’inquiéter109.

Les médias sociaux sont aussi fréquemment cités comme étant un facteur qui contribue à l’anxiété en raison de la cyberintimidation, des relations superficielles et ludifiées et de la tendance à comparer ses propres expériences quotidiennes à des représentations très organisées de la beauté, de la richesse et de l’accomplissement.

Certaines personnes résistent à l’idée que l’anxiété devrait être traitée comme une pathologie parce que cela engendre un discours non souhaité sur les crises, individualise le problème et nuit aux facteurs sociaux et matériels qui encouragent la résilience110. Par contre, porter l’anxiété à l’attention des professionnels de la santé a ouvert la porte à de nouvelles approches en matière de traitements111.

L’anxiété est une préoccupation politique en soi à cause de ses effets sur la productivité112, des coûts liés aux soins de santé113 et du bien-être des Canadiens, surtout des jeunes114.

Neurosciences sociales émergentes

Nous commençons à comprendre les bases neurologiques des rapports sociaux. Le domaine relativement nouveau des neurosciences sociales est utile pour expliquer comment les systèmes nerveux humains se corégulent entre eux; il aide également à comprendre l’interaction entre les systèmes biologiques et les comportements sociaux115. Certains exemples de recherches prometteuses dans ce domaine comprennent les sources de comportements prosociaux et antisociaux116, les mécanismes qui nous permettent de définir et de prédire les émotions des autres117 et le volet social de l’apprentissage118.

La recherche de base pourrait mener au développement de thérapies pour une variété de troubles sociaux, produire de nouvelles interprétations du crime et de la victimisation, améliorer la santé publique, l’éducation et la cohésion sociale.

Les points de vue neurologiques sur les rapports sociaux et la recherche sur la plasticité du cerveau pourraient aider à déterminer comment – et à quelles étapes du développement humain – allouer des fonds publics pour favoriser des résultats sociaux et culturels tels que l’antiracisme, l’acquisition de compétences, la prévention du crime, la résilience et la cohésion sociale119.

Humains augmentés

Des technologies comme les membres bioniques120, les interfaces cerveau-ordinateur121, la modification des gènes122 et les améliorations neurologiques123 en sont au stade avancé de développement et pourraient bientôt être largement disponibles. Dans un monde bionumérique émergent, certaines personnes auront la possibilité de modifier leurs corps, y compris leurs sens, leur cerveau et leur système limbique, par des moyens entièrement nouveaux. Tandis que certaines de ces modifications pourront rétablir une capacité humaine commune (par exemple la perte de la vue ou de l’ouïe) ou remplacer une partie du corps endommagée, d’autres pourront fournir des capacités physiques ou cognitives superhumaines ou des compléments sans précédent au corps humain. Les technologies d’amélioration pourraient débloquer un nouveau potentiel humain pour les personnes qui peuvent se les offrir124.

L’utilisation répandue de ces technologies pourrait provoquer des inégalités entre ceux qui peuvent se permettre ces améliorations et ceux qui ne le peuvent pas. Un débat pourrait émerger au sujet des modifications qui devraient être offertes aux frais du public et pour quelles raisons. D’autres questions éthiques pourraient être soulevées, par exemple si les employeurs peuvent embaucher sur la base de ces modifications ou les exiger, quelles améliorations devraient être bannies et lesquelles devraient ou non être offertes aux enfants.

De manière plus générale, nous pourrions assister à un profond questionnement au sujet de ce qu’être humain signifie, ou devrait signifier. La discussion entourant les limites acceptables des augmentations humaines pourrait inspirer la création de nouvelles collectivités, idéologies et identités.

Des trousses de modification auto-administrées des gènes sont actuellement offertes, bien qu’aucun règlement n’existe entourant leur fabrication ni leur utilisation125.

Recadrage de l’équité

L’intérêt envers l’équité sociale semble prendre de l’ampleur. Ce concept est de plus en plus considéré comme un facteur déterminant de la qualité et de la performance générales des sociétés, et notamment comme un déterminant social de la santé126.

Les niveaux d’équité sont pris en compte dans les comparaisons internationales du bien-être des populations, par exemple pour les droits des enfants. Les mouvements sociaux tels que Black Lives Matter sont motivés par les conditions sociales, culturelles et économiques interreliées qui s’associent pour créer des désavantages. Une sensibilisation accrue stimule la défense de la justice sociale, surtout chez les jeunes qui peuvent se sentir127 désavantagés128 dans l’économie actuelle. Les gouvernements ont répondu en consacrant une attention plus soutenue aux droits socioéconomiques (par exemple dans la nouvelle Loi sur la stratégie nationale sur le logement, la Loi visant à faire du Canada un pays exempt d’obstacles et les initiatives de réconciliation). Les entreprises elles aussi affichent un intérêt croissant envers les pratiques de ressources humaines équitables129 et les besoins sociaux essentiels, tels que le logement130. Ces développements sont en train de modifier notre compréhension des besoins socioéconomiques humains et pourraient aussi modifier nos points de vue sur l’équité, par exemple en nous incitant à considérer la diversité comme une source d’innovation131.

De nouveaux modèles d’équité sont mis de l’avant, par exemple l’action affirmative socioéconomique132, et une plus grande quantité d’informations et de données pourrait augmenter l’obligation de résultats des gouvernements et des organisations.

Restructuration de l’éventail politique

Bien que l’éventail politique (de la gauche à la droite) n’ait jamais pleinement pris en compte les nuances, il semble aujourd’hui polariser la société et reflète encore moins ce que les gens pensent.

Ce phénomène est fréquemment expliqué en termes de « filtres » et de « chambres d’écho » en ligne. Même s’il s’agit d’un phénomène réel, l’analyse démographique suggère que les gens les plus susceptibles d’être polarisés sont moins susceptibles d’utiliser Internet et les médias sociaux133 et que seul un faible pourcentage de Canadiens consomment des nouvelles hyper-partisanes134. Selon un certain nombre de sondages, la polarisation semble résulter de l’identification à un parti politique en tant que marque135, plutôt que de se fonder sur des opinions politiques136, un phénomène qui est moins prononcé au Canada qu’aux États-Unis137. Les répondants aux sondages menés aux États-Unis138 et au Royaume-Uni139 ont de la difficulté à cerner quels enjeux et quelles positions sont de droite ou de gauche et sont généralement beaucoup plus d’accord qu’en désaccord au sujet des enjeux et des solutions politiques.

On assiste à l’émergence de nouveaux mouvements politiques autour des changements climatiques. Les écofascistes140 combinent le nationalisme ethnique et la logique environnementaliste, les syndicats et les environnementalistes s’associent dans une BlueGreen Alliance141 et les partisans d’extrême gauche et d’extrême droite142 collaborent au mouvement des gilets jaunes, en France.

Si les politiques polarisantes axées sur la marque commençaient à perdre de leur influence, nous pourrions assister à la formation d’un grand nombre de nouvelles alliances provisoires ou pragmatiques autour d’enjeux précis.

Rôles du privé dans les espaces publics

En 2017, Sidewalk Labs, une entreprise affiliée à Alphabet Inc., a répondu à une demande de propositions du secteur public dans laquelle on recherchait un « partenaire d’innovation et de financement » pour réaménager une parcelle de terrain riverain à Toronto.149

Les rôles changeants des grandes sociétés et des ultra-riches pourraient perturber les présupposés au sujet des fonctions sociales et des capacités relatives des acteurs des secteurs privé et public. Les entreprises technologiques et les milliardaires, notamment, jouent des rôles sociaux majeurs, dont certains peuvent se comparer à des rôles de gouvernance. Facebook envisage de créer une monnaie mondiale non fiduciaire143, Twitter et d’autres plateformes réglementent de grands volumes de discours144, la fondation Gates cible les maladies à éradiquer145 et les entreprises d’Elon Musk sont en train de bâtir la capacité d’explorer l’espace146. Certains résidents d’Iqaluit soutiennent que la capacité d’Amazon de livrer des aliments frais dans le Nord procure un avantage plus important que le programme Nutrition Nord Canada du gouvernement fédéral142. Les investisseurs majeurs peuvent aussi influencer les conditions de travail et les pratiques environnementales en établissant leurs propres exigences en matière de politiques142. Dans certains cas, les entreprises et les super-riches proposent même de concevoir et d’administrer des espaces publics municipaux, jouant ainsi des rôles habituellement attribués aux gouvernements.

Un monde sans pénuries

La baisse rapide du coût de l’énergie solaire et éolienne indique un changement imminent vers de nouvelles sources d’énergie renouvelable moins coûteuses pour les secteurs du bâtiment et du transport160. Une énergie plus abordable n’est qu’une des sources de diminution du coût des intrants des industries qui pourraient réduire le coût de la vie.

Dans certains scénarios – et peut-être à long terme –, les percées au chapitre des technologies à faible main-d’œuvre, de la déconsommation et de la bio-ingénierie pourraient élever les niveaux de vie jusqu’au point où les politiques économiques pourraient être définies pour accroître l’abondance plutôt pour prévenir ou compenser le manque. Pour cela, il faudrait que les changements s’opèrent tant dans les mentalités que dans les conditions matérielles.

Jusqu’à maintenant, les consommateurs ont été témoins de la diminution des coûts dans différents secteurs – vêtements, musique, photographie et appareils électroniques –, mais les prix de certains biens et services essentiels comme le logement, le transport, les soins de santé et l’épicerie sont restés les mêmes ou ont augmenté. Or, certains faits indiquent que ces coûts pourraient aussi diminuer au fil du temps, à mesure que les innovations dans différents domaines – par exemple les soins de santé numériques150 et les méthodes de découverte des médicaments151, la construction de maisons152, le transport électrifié153 à l’aide de sources d’énergie renouvelable154 et l’agriculture verticale155 – permettront une efficacité sans précédent. Grâce à l’amélioration des technologies de téléprésence, des options pour travailler à distance tout en vivant à l’extérieur des villes coûteuses pourraient faire diminuer les coûts du logement pour bon nombre de personnes156. Une abondance économique accrue pourrait réduire la dépendance d’emplois indésirables ou à caractère abusif ou dangereux et favoriser les conditions permettant aux gens de prendre de meilleures décisions à long terme157. Certains futuristes voient la possibilité que se développent des utopies fondées sur l’abondance, notamment des visions comme le « communisme de luxe entièrement automatisé »158. D’autres suggèrent que l’attention humaine pourrait s’élever dans la hiérarchie de la pyramide de Maslow et focaliser sur l’appartenance, l’estime et l’autoréalisation159.

Toutes les transitions peuvent être difficiles, même une transition vers l’abondance. Les Canadiens dont le revenu provient des industries qui voient leurs coûts baisser tôt dans la transition ne ressentiraient peut-être pas les gains que les travailleurs bien rémunérés des industries les moins perturbées constateraient.

Repenser l’économie

L’insatisfaction à l’égard des inégalités persistantes et de la dégradation de l’environnement, ainsi que la sensibilisation croissante au potentiel perturbateur de la nouvelle économie numérique, incitent beaucoup de gens à remettre en question certains présupposés qui sont au cœur de la théorie économique et politique du XXe  siècle161. La croissance zéro et la décroissance, les revenus et les services de base universels, ainsi que la finance durable ont acquis une crédibilité chez les économistes traditionnels. Des instruments comme le PIB et les taux d’actualisation publics sont maintenant remis en question162. Des expérimentations avec des formes alternatives d’organisation économique (par exemple les « communes ») et d’évaluation (par exemple l’indice du bonheur) sont déjà en cours163. Entre-temps, certains dirigeants d’entreprise164 intègrent des considérations sociales et écologiques à leur planification165.

On ne sait pas encore si un consensus se dégagera autour des nouvelles théories et des mesures utilisées pour soutenir l’affectation efficace à long terme des ressources requises pour atteindre les objectifs de développement durable des Nations Unies166.

En 2019, la Nouvelle-Zélande a abandonné son PIB en tant que paramètre de prospérité nationale en faveur de l’indice du bonheur. L’adoption répandue de ce type de paramètre pourrait changer les méthodes d’élaboration des politiques gouvernementales ainsi que les priorités dans le monde167.

Ampleur de la démocratie

Vues des Canadiens sur la démocratie et le populisme : 57 % croient que le Canada est gouverné démocratiquement, 59 % ne sont que « modérément convaincus » que le gouvernement représentatif soit la meilleure façon de gouverner, 77 % refusent de se faire gouverner par un « dirigeant fort » et 91 % rejettent un gouvernement militaire, 80 % appuieraient un candidat qui favorise les gens ordinaires plutôt que l’élite, 68 % s’opposent à l’idée que les gens qui sont en désaccord avec la majorité représentent une menace et 53 % seraient influencés par des appels à la fierté nationale173.

Une grande majorité des Canadiens – 77 % – appuient la démocratie, une augmentation de 12 % par rapport à 2017168. Par ailleurs, une majorité de Canadiens – 62 % – s’engagent périodiquement dans des processus démocratiques, surtout à l’échelle communautaire. C’est remarquable, étant donné la résurgence des « dirigeants forts169 » élus qui s’élèvent contre les contraintes démocratiques, et certaines données de sondages qui suggèrent qu’une proportion importante de jeunes évoluant dans les démocraties libérales préféreraient un « dirigeant fort » qui ne soit pas sous le joug des institutions représentatives170. Nonobstant les contre-courants mondiaux, le débat au Canada semble être centré non pas sur la question de la valeur de démocratie par rapport aux autres régimes, mais plutôt sur l’alignement des institutions sur les idéaux démocratiques. En fait, 44 % de la population souhaite avoir une marge de manœuvre accrue pour exercer son droit à la participation politique. Une part encore plus élevée de la population, soit 60 %, croit que les citoyens ne sont pas suffisamment au courant de leurs droits et de leurs responsabilités en raison du manque d’éducation civique171. En même temps, 25 à 33 % des Canadiens semblent se demander si les néo-Canadiens devraient avoir les mêmes droits et responsabilités démocratiques que les citoyens nés au Canada172.

Les tensions entre l’idéal démocratique et les notions instables de citoyenneté pourraient avoir des répercussions majeures sur les institutions sociales qui préparent les citoyens à la responsabilité démocratique et la solidarité sociale.

Sources de leadership

Les sources de leadership semblent être en mutation. La recherche suggère qu’en matière de leadership, les jeunes sont désormais plus enclins à se tourner vers des PDG que vers des politiciens174. Dans les univers culturels et sociaux, le leadership d’opinion semble s’éloigner des sources traditionnelles pour se rapprocher des influenceurs des médias sociaux175, par exemple des activistes célèbres comme Greta Thunberg176, et les messages en ligne de comédiens, d’universitaires populaires et de personnalités culturelles comme Joe Rogan177, Jordan Peterson178 et Natalie Wynn179.

Les sources changeantes de leadership et d’autorité semblent susceptibles de modifier nos réflexions sur la participation démocratique ainsi que notre manière de calculer le capital social, politique, économique et culturel.

Société sur demande

Grâce à de meilleures données et de nouvelles chaînes de valeurs, les biens180 et les services peuvent de plus en plus être personnalisés et rendus disponibles sur demande181. Encore mieux, les gens peuvent évoluer dans un environnement de consommation instantanée. Les algorithmes anticipent et suggèrent, dans le but de satisfaire spontanément nos intérêts et nos désirs. Cette situation s’observe surtout dans les médias sociaux et les plateformes de magasinage en ligne qui tireraient profit de la stratégie de l’« interface truquée182 » pour provoquer le désir ou la compulsion en stimulant la dopamine183. Cette stratégie pourrait se répandre dans bon nombre d’autres domaines sociaux par l’entremise d’assistants personnels d’intelligence artificielle sophistiqués et dans la culture matérielle par l’entremise de l’impression 3D rapide et de la logistique. La satisfaction instantanée de préférences individuelles précises pourrait devenir la première vertu présumée des systèmes que nous utilisons. Ce phénomène est déjà en train de modifier le contexte dans lequel travaillent les représentants gouvernementaux qui conçoivent et fournissent des services au public.

La valeur de l’expérience matérielle et sociale partagée pourrait être détrônée par le désir de satisfaction immédiate au moyen de l’interaction avec les algorithmes plutôt qu’avec les gens. L’art du consensus, du compromis et de la vision à long terme pourrait se perdre s’il n’est plus pratiqué couramment.

Conclusion

Dans ce rapport, nous avons présenté notre définition des avenirs sociaux et les signaux qui pourraient avoir des implications politiques importantes et affecter certains aspects généraux de notre vie sociale.

Nos prochains travaux exploreront plus en détail les incidences possibles de ces signaux et d’autres, les perturbations qu’ils pourraient causer et à quoi pourraient ressembler les systèmes sociaux à l’avenir.

Horizons de politiques se réjouit à la perspective de travailler avec divers partenaires et intervenants pour envisager les avenirs plausibles, formuler des hypothèses pertinentes et appuyer l’élaboration de politiques publiques.

Notre objectif est de mener une prospective stratégique sur laquelle les décideurs politiques pourront s’appuyer pour se préparer aux perturbations possibles, saisir les opportunités, limiter les risques et bâtir un avenir radieux pour tous les Canadiens.

Remerciements

Horizons de politiques Canada lance un nouveau domaine de prospective axée sur les avenirs sociaux. Le présent rapport fournit le cadre initial de notre recherche et définit sa portée. Au fur et à mesure que nous approfondirons notre compréhension de ce domaine, nous approfondirons notre étude des avenirs sociaux plausibles et des questions politiques connexes.

L’équipe de projet aimerait remercier chaleureusement les spécialistes qui ont généreusement donné de leur temps et de leur savoir en appui à ses recherche : Cory Doctorow, John Gray, le professeur Keith N. Hampton, Kelly J. Lendsay, la professeure Nikki Martyn, le professeur Ronney Mourad, Snezana Ratkovic (Ph.D.), le professeur John Robinson, la professeure Jennie C. Stephens, la professeure Anna Triandafyllidou et d’autres personnes souhaitant conserver l’anonymat.

Équipe de projet Explorer les avenirs sociaux
Katherine Antal, analyste principale en prospective
Thomas Baynes, analyste en prospective
John D. Beasy, stagiaire 
Dexter Docherty, analyste subalterne en prospective 
Chris Hagerman, analyste en prospective
Peter Padbury, futuriste en chef
Kurt Richardson, analyste en prospective
Julie-Anne Turner, analyste en prospective
Kristel Van der Elst, directrice générale
Eric Ward, directeur principal

Communications
Maryam Alam, conseillère en communications
Geraldine Green, traductrice
Nelly Leonidis, gestionnaire
Alain Piquette, graphiste
Nadia Zwierzchowska, réviseure

Nous aimerions remercier nos collègues, actuels et anciens, qui ont appuyé ce projet : Imran Arshad, Fannie Bigras-Lafrance, Emma Garand, Deirdre Kelly, Pascale Louis, Claudia Meneses et Dione Scott.

Nous nous réjouissons à l’idée de poursuivre notre collaboration avec nos partenaires et intervenants au fur et à mesure que notre étude sur les avenirs sociaux progressera.

Notes de fin

1 Centre for Strategic Futures, Foresight, Singapour, 2019, p. 16, https://www.csf.gov.sg/files/media-centre/publications/CSF_Foresight_2019.pdf.

2 Par exemple Foresight, la récente publication du Centre for Strategic Futures, Singapour, 2019, https://www.csf.gov.sg/files/media-centre/publications/CSF_Foresight_2019.pdf; le projet « Society 5.0 » du Japon, https://www.gov-online.go.jp/cam/s5/eng/; le projet « The Government’s common drivers of change » de la Finlande, Helsinki, 2017, http://julkaisut.valtioneuvosto.fi/bitstream/handle/10024/160244/J_14c_2017.pdf; le projet « Civil Society Futures » du Royaume-Uni, https://civilsocietyfutures.org/; et l’étude « Gouvernement 2020 » de Deloitte, https://www2.deloitte.com/us/en/insights/industry/public-sector/government-trends.html.

3 M.S. Oleson, « Loneliness can kill you – but is it the government’s job to fix it? », dernière modification le 26 juin 2018, https://apolitical.co/solution_article/loneliness-can-kill-you-but-is-it-governments-job-to-solve-it/.

4 J. McGregor, « This former surgeon general says there’s a ‘loneliness epidemic’ and work is partly to blame », The Washington Post, dernière modification le 4 octobre 2017, https://www.washingtonpost.com/news/on-leadership/wp/2017/10/04/this-former-surgeon-general-says-theres-a-loneliness-epidemic-and-work-is-partly-to-blame/.

5 « PM launches Government’s first loneliness strategy », gouvernement du Royaume-Uni, dernière modification le 16 octobre 2018, https://www.gov.uk/government/news/pm-launches-governments-first-loneliness-strategy.

6 Pour des exemples des divers mécanismes par lesquels les Premières Nations ont mis l’autodétermination en pratique, consulter : Entente sur l’éducation de la Nation Anishinabek avec le Canada, https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/eng/1517588283074/1542741544614; « Ontario recognizes Nipissing First Nation’s Fisheries Law », Anishinabek News, dernière modification le 24 mars 2016, http://anishinabeknews.ca/2016/03/24/ontario-recognizes-nipissing-first-nations-fisheries-law/; G. Couchie, « NFN Cannabis Law Enacted », Nipissing First Nation, dernière modification le 2 juillet 2019, https://www.nfn.ca/wp-content/uploads/2019/07/Cannabis-Law.pdf; B. Lindsay, « They did it ‘their own damn selves’: First Nation wins unusual bid to evict bad tenants », CBC, dernière modification le 8 octobre 2018, https://www.cbc.ca/news/canada/british-columbia/they-did-it-their-own-damn-selves-first-nationwins-unusual-bid-to-evict-bad-tenants-1.4852788. En raison des différences par rapport aux collectivités inuites et métisses sans réserves, les Premières Nations nous offrent bon nombre des exemples les plus frappants d’autodétermination sur le plan du développement des possibilités, de l’admissibilité aux programmes et de l’exécution de la loi. Les Autochtones démontrent également des parcours vers l’autodétermination. Par exemple, le diplôme mixte portant sur le droit commun canadien et les ordonnances juridiques autochtones offert depuis peu par l’Université de Victoria, (https://www.uvic.ca/law/about/indigenous/jid/index.php) permettra aux universitaires autochtones de formuler des lois autochtones, ce qui aboutira possiblement à l’établissement de nouveaux partenariats. Les entrepreneurs remédient aussi aux lacunes de service critiques en développant une infrastructure numérique dans des lieux où les fournisseurs de services Internet n’offrent pas de services. Consulter : http://knet.ca/about_us.

7 Pour une analyse détaillée des données d’enquête au sujet de la réconciliation, consulter : « Truths of reconciliation: Canadians are deeply divided on how best to address Indigenous issues », Angus Reid, dernière modification le 7 juin 2018, http://angusreid.org/indigenous-canada/.

8 Pour une discussion sur l’inclusion des peuples autochtones dans la science-fiction sous le thème de la décolonisation, consulter : R. Roanhorse, E. Lapensee, J. Jae et D. Little Badger, « Decolonizing Science Fiction and Imagining Futures: An Indigenous Futurisms Roundtable », Strange Horizons, dernière modification le 30 janvier 2017, http://strangehorizons.com/non-fiction/articles/decolonizing-science-fiction-and-imagining-futures-an-indigenous-futurisms-roundtable/.

9 Pour des exemples et une discussion inspirante sur la situation du futurisme autochtone dans le domaine de l’art, consulter : L. Nixon, « Visual Cultures of Indigenous Futurisms », Guts Magazine, dernière modification le 20 mai 2016, http://gutsmagazine.ca/visual-cultures/.

10 Dans le cadre de l’Initiative for Indigenous Futures (http://indigenousfutures.net/) – un projet du Milieux Centre de l’Université Concordia –, on a récemment organisé une conférence internationale à l’intention des universitaires et des innovateurs autochtones pour les amener à réfléchir sur les perspectives autochtones liées à l’intelligence artificielle. Pour des détails, consulter : http://www.indigenous-ai.net/.

11 J.E. Lewis, N. Arista, A. Pechawis et S. Kite, « Making Kin with the Machines », Journal of Design and Science, vol. 3, no 5, juillet 2018, doi.org/10.21428/bfafd97b.

12 Pour la reformulation autochtone des récits apocalyptiques, consulter : R. Roanhorse, « Postcards from the Apocalypse », Uncanny Magazine, no 20, janvier-février 2018, https://uncannymagazine.com/article/postcards-from-the-apocalypse/; et « Why writing a post-apocalyptic novel felt more fact than fiction for Waubgeshig Rice », enregistré le 3 décembre 2018 à CBC, Toronto, Ontario, audio, 12.51, https://www.cbc.ca/radio/thenextchapter/full-episode-july-29-2019-1.4923883/why-writing-apost-apocalyptic-novel-felt-more-fact-than-fiction-for-waubgeshigrice-1.4923887.

13 J. Heimgartner, « The Future of Virtual Reality Features Resolution of the Human Eye », engineering.com, dernière modification le 18 octobre 2018, https://www.engineering.com/ARVR/ArticleID/17806/The-Future-of-Virtual-Reality-Features-Resolution-of-the-Human-Eye.aspx.

14 FirstStoryTO, « Access First Story Toronto stories on Driftscape App », FirstStory, dernière modification le 4 mai 2018, https://firststoryblog.wordpress.com/.

15 R. Kalvapalle, « Charlottesville: How the ‘Unite the Right’ rally turned violent and sparked backlash against Donald Trump », Global News, dernière modification le 14 août 2017, https://globalnews.ca/news/3666841/charlottesville-virginia-rally-riots-donald-trump/.

16 S. Brown, « Victoria removing Sir John A. Macdonald statue from city hall », Vancouver Sun, dernière modification le 9 août 2018, https://vancouversun.com/news/local-news/victoria-removing-john-a-macdonald-statue-from-city-hall/.

17 B. Gardiner et coll., « The dark side of Guardian comments », The Guardian, dernière modification le 12 avril 2016, https://www.theguardian.com/technology/2016/apr/12/the-dark-side-of-guardian-comments.

18 J. McGuire, « Uncivil dialogue: Commenting and stories about indigenous people », CBC, dernière modification le 30 novembre 2015, https://www.cbc.ca/newsblogs/community/editorsblog/2015/11/uncivil-dialogue-commenting-and-stories-about-indigenous-people.html.

19 M. Green, « No Comment! Why More News Sites Are Dumping Their Comment Sections », KQED, dernière modification le 24 janvier 2018, https://www.kqed.org/lowdown/29720/no-comment-why-a-growing-number-of-news-sites-are-dumping-their-comment-sections.

20 J.C. Hu, « A Woman Frustrated by Unsolicited Dick Pics decided to create her own filter », Slate, dernière modification le 10 septembre 2019 https://slate.com/technology/2019/09/social-media-unsolicited-dick-pics-filter.html.

21 J. Tang, N. Galbraith et J. Truong, « Vivre seul au Canada », Statistique Canada, dernière modification le 6 mars 2019, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/75-006-x/2019001/article/00003-eng.htm.

22 « Evolution of housing in Canada, 1957 to 2014”, Statistics Canada, dernière modification le 17 mai 2018, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/11-630-x/11-630-x2015007-eng.htm.

23 E. Hanskamp, « Why more Canadians are embracing multi generational households », CTV News, dernière modification le 5 avril 2018, https://www.ctvnews.ca/canada/why-more-canadians-are-embracing-multigenerational-households-1.3872963.

24 S. Eldermire, « The single mums who live together on ‘mommunes’ », BBC, dernière modification le 11 septembre 2019, https://www.bbc.com/worklife/article/20190827-the-single-mums-who-live-together-on-mommunes.

25 S. Holder, « The largest co-living building in the world is coming to San Jose », CityLab, dernière modification le 7 juin 2019, https://www.citylab.com/life/2019/06/cohousing-san-jose-room-for-rent-starcity-coliving-housing/590731/.

26 B. Weikle, « More Canadians live alone than ever before: StatsCan report », CBC, dernière modification le 7 mars 2019, https://www.cbc.ca/news/business/canadians-living-alonesingle-statistics-canada-1.5045116.

27 B. Luscombe, « How Family Breakfasts Became The New Dinner », Time, dernière modification le 5 septembre 2019, https://time.com/5669532/family-meal-breakfast/.

28 S. Shellenbarger, « Why we should teach kids to call the robot ‘it’ », The Wall Street Journal, dernière modification le 26 août 2019, https://www.wsj.com/articles/why-kids-should-call-the-robot-it-11566811801.

29 « Empathy makes us human, but research suggests it may be on the decline », CBC, dernière modification le 7 juin 2019, https://www.cbc.ca/radio/thesundayedition/the-sunday-edition-for-june-9-2019-1.5165327/empathy-makes-us-human-but-research-suggests-it-may-be-on-the-decline-1.5166354.

30 P. Sakar-Basu, « Are digital nomads the harbingers of the future of work », Forbes, dernière modification le 3 septembre 2019, https://www.forbes.com/sites/forbescommunicationscouncil/2019/09/03/are-digital-nomads-the-harbingers-of-the-future-of-work/#6eaa761835b9.

31 K. Cathey, « Some scientists see pregnancy without men in the future », Earth.com, dernière modification le 14 septembre 2019, https://www.earth.com/news/pregnancy-without-men-mice/.

32 S. Brugal, « Polyamory is on the rise, but negative assumptions exist », The Lily, dernière modification le 19 février 2019, https://www.thelily.com/polyamory-is-on-the-rise-but-negative-assumptions-still-exist/.

33 E. G. Ellis. “’Why Don’t You Want Kids?’ ‘Because Apocalypse!’.” Wired. Conde Nast, dernière modification le 29 mars 2019. https://www.wired.com/story/how-we-reproduce-childfree/.

34 C. Provencher, A. Milan, S. Hallman et C. D’Aoust, « Fécondité : aperçu, 2012 à 2016 », Statistique Canada, dernière modification le 5 juin 2019, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/91-209-x/2018001/article/54956-fra.htm.

35 S. Eldermire, « The single mums who live together on ‘mommunes’ », BBC, dernière modification le 11 septembre 2019, https://www.bbc.com/worklife/article/20190827-the-single-mums-who-live-together-on-mommunes.

36 « Chiffres selon l’âge et le sexe, et selon le type de logement : Faits saillants du Recensement de 2016 », Statistique Canada, dernière modification le 3 mai 2019, https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/170503/dq170503a-fra.htm?HPA=1.

37 T. Grant et J. Agius, « Census 2016 », The Globe and Mail, dernière modification le 12 novembre 2017, https://www.theglobeandmail.com/ news/national/census-2016-statscan/article34882462/.

38 Canada. Statistics Canada, Census Profile, 2016 Census, Statistics Canada Catalogue 98-316-X2016001. Ottawa, 2017, https://www12.statcan.gc.ca/census-recensement/2016/dp-pd/prof/details/Page.cfm.

39 « Projections démographiques pour le Canada, les provinces et les territoires, 2018 à 2068 », Statistique Canada, dernière modification le 17 septembre 2019, https://www150.statcan.gc.ca/n1/daily-quotidien/190917/dq190917b-fra.htm.

40 D. Kraft, « Future of Medicine », filmé en octobre 2017 lors du sommet SingularityU au Japon, vidéo, 48:02, https://www.youtube.com/watch?v=dxEus6cRqb8.

41 « The Future Of Aging? The New Drugs & Tech Working To Extend Life & Wellness », CBINSIGHTS, consulté le 1er octobre 2019, https://www.cbinsights.com/research/report/future-aging-technology-startups/.

42 E. Carson, « A one-stop smart home shop to help you care for mom and dad », CNET, dernière modification le 3 avril 2017, https://www.cnet.com/news/smart-homes-technology-eldercare-seniors/.

43 K. Fowler, « The Internet of Things (IoT) Intends to Transform Senior Care », aPlaceforMom.com, dernière modification le 10 janvier 2018, https://www.aplaceformom.com/blog/the-internet-of-things-iot-intends-to-transform-senior-care/.

44 « 5 Potential Benefits of Self-Driving Cars for Seniors », SeniorAssistance.org, consulté le 1er octobre 2019, https://senior-assistance.org/articles/dmv/benefits-of-self-driving-cars/.

45 E. Payne, « Why robots are the way of the future, especially for the elderly », Ottawa Citizen, dernière modification le 31 juillet 2017, https://ottawacitizen.com/news/local-news/why-robots-are-the-way-of-the-future-especially-for-the-elderly.

46 « Senior Cohousing: A New Trend in Senior Living », SeniorAdvisor.com, dernière modification le 13 mai 2019, https://www.senioradvisor.com/blog/2019/05/senior-cohousing-a-new-trend-in-senior-living/.

47 « Israeli scientists 3D print a tiny heart complete with blood vessels », Reuters, dernière modification le 15 avril 2019, https://globalnews.ca/news/5168145/3d-printed-heart/.

48 Pour une analyse historique classique qui décrit les liens entre les normes de la masculinité associée à un Américain blanc de classe moyenne et les changements économiques et politiques, consulter : M. Kimmel, Manhood in America: A Cultural History, Oxford University Press, Oxford, 2017.

49 « Les femmes et l’éducation », Statistique Canada, dernière modification le 30 novembre 2015, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/89-503-x/2010001/article/11542-fra.htm.

50 T. DiDonato, « Is Shortage of Desirable Men to Blame for Fewer Marriages », Psychology Today, dernière modification le 10 septembre 2019, https://www.psychologytoday.com/ca/blog/meet-catch-and-keep/201909/is-shortage-desirable-men-blame-fewer-marriages.

51 N. Bisserbe, « France moves to lift ban on assisted reproduction for female couples », Wall Street Journal, dernière modification le 24 juillet 2019, https://www.wsj.com/articles/france-moves-to-lift-ban-on-assisted-reproduction-for-female-couples-11563990327.

52 C. Claussen, « Men are mentors in program for adolescent boys about healthy relationships and sexuality », The Conversation, dernière modification le 22 avril 2019, https://theconversation.com/men-are-mentors-in-program-for-adolescent-boys-about-healthy-relationships-and-sexuality-112640.

53 « Dove Men+Care partners with Imagine Entertainment on DADS », documentaire, Cision, dernière modification le 4 septembre 2019, https://www.newswire.ca/news-releases/dove-men-care-partners-with-imagine-entertainment-on-dads-documentary-840255215.html.

54 E. Dreyfuss, « In Praise of Dadfluencers », Wired, dernière modification le 16 juin 2019, https://www.wired.com/story/praise-of-dadfluencers/.

55 « The Facts: The #metoo Movement and its impact in Canada », Fondation canadienne des femmes, consulté le 2 octobre 2019, https://www.canadianwomen.org/the-facts/the-metoo-movement-in-canada/.

56 S. Kuper and E. Jacobs, “Why are boys falling behind at school?”Financial Times, dernière modification le 14 décembre 2018, https://www. ft.com/content/3b2509f2-fda2-11e8-aebf-99e208d3e521. For Canada see: R. Smol, “Why our schools are failing boys,” CBC, dernière modification le 8 janvier 2010, https://www.cbc.ca/news/canada/why-our-schools-are-failing-boys-1.952880.

57 G. Kelly, « World Suicide Prevention Day: Why are men still so much more likely to kill themselves? », The Telegraph, dernière modification le 10 septembre 2019, https://www.telegraph.co.uk/men/thinking-man/world-suicide-prevention-day-men-still-much-likely-kill/. Pour des données à long terme sur les taux de suicide des hommes au Canada, consulter : T. Navaneelan, « Les taux de suicide : un aperçu », Catalogue de Statistique Canada, no 82-624-X, récupéré le 2 octobre 2019, https://www150.statcan.gc.ca/n1/pub/82-624-x/2012001/article/11696-fra.htm.

58 J. Malakieh, « Statistiques sur les services correctionnels pour les adultes et les jeunes au Canada, 2016-2017 », Statistique Canada, dernière modification le 19 juin 2018, https:// www150.statcan.gc.ca/n1/pub/85-002-x/2018001/article/54972-fra. htm. L. Monkman, « Indigenous incarceration rates: Why are Canada’s numbers so high and what can be done about it? », CBC, dernière modification le 29 juin 2018, https://www.cbc.ca/news/indigenous/indigenous-incarceration-justice-system-panel-1.4729192.

59 « Transgender People in Pop Culture », wonderwall.com, dernière modification le 23 mai 2019, https://www.wonderwall.com/entertainment/transgender-people-in-pop-culture-32097.gallery?photoId=1042785.

60 Le domaine de la mode semble être un point de convergence pour l’articulation visuelle de l’identité de genre non binaire. Pour des exemples, consulter : K. Stolerman, « 12 Gender Neutral Fashion Brands to Know and Love », Country and Town House, dernière modification en septembre 2019, https://www.countryandtownhouse.co.uk/travel/family-travel- guide/. Pour une discussion éclairante sur la mode chez les jeunes et les différences générationnelles en matière d’expression de genre, consulter : H. Krisher, « Beyond Androgyny: Nonbinary Teenage Fashion », The New York Times, dernière modification le 14 août 2019, https://www.nytimes.com/2019/08/14/style/nonbinary.html.

61 Pour une discussion approfondie sur la manière dont les jeunes trans utilisent les nouveaux médias, consulter : A. Cavalcante, « Struggling for Ordinary: Media and Transgender Belonging in Everyday Life », Université de New York, New York, 2018.

62 S. Faye, « Trans visibility is greater than ever – but that’s a double-edged sword », The Guardian, dernière modification le 30 mars 2018, https://www.theguardian.com/commentisfree/2018/mar/30/transgender-acceptance-media-international-day-visibility et C. Miller, « White Nationalist Threats Against Transgender People Are Escalating », dernière modification le 26 juin 2019, https://www.splcenter.org/hatewatch/2019/06/26/white-nationalist-threats-against-transgender-people-are-escalating.

63 E. Dreyfuss, « In Praise of Dadfluencers », Wired, dernière modification le 16 jun 2019, https://www.wired.com/story/praise-of-dadfluencers/.

64 « Nearly Half of Canadians are on the Brink of Financial Insolvency », Ipsos, dernière modification le 19 avril 2019, https://www.ipsos.com/en-ca/news-polls/MNP-Debt-Index-Wave-8.

65 « Canadian Outlook Economic Forecast, Spring 2019 », Le Conference Board du Canada, dernière modification le 1er mai 2019, https://www.conferenceboard.ca/e-library/abstract.aspx?did=10243.

66 Horizons de politiques Canada, « L’avenir du travail : Cinq facteurs qui changent la donne », dernière modification le 20 juin 2019, https://horizons.gc.ca/fr/2019/06/20/lavenir-du-travail-cinq-facteurs-qui-changent-la-donne.

67 Horizons de politiques Canada, La prochaine économie numérique, dernière modification le 20 juin 2019, https://horizons.gc.ca/fr/2019/06/20/la-prochaine-economie-numerique.

68 H. Turrillo, « Economic insecurity and its impact on well-being », Intelligent HQ, dernière modification le 2 février 2018, https://www.intelligenthq.com/economic-insecurity-impact-on-well-being/. A. Shafique, Addressing Economic Insecurity, Royal Society of Arts, Londres, 2018, p. 13-15, https://www.thersa.org/globalassets/pdfs/reports/rsa-addressing-economic-insecurity.pdf.

69 Y. Mounk, « K. Stenner, The Authoritarian Vote », balado The Good Fight, consulté le 13 mars 2019 à Slate, audio, 58:20, https://slate.com/news-and-politics/2019/03/authoritarian-populism-and-authoritarian-voters.html.

70 O. Hastings et D. Schneider, « A quarter of US parents are unmarried – and that changes how much they spend on their kids », The Conversation, dernière modification le 17 septembre 2019, https://theconversation.com/a-quarter-of-us-parents-are-unmarried-and-that-changes- how-much-they-invest-in-their-kids-120931.

71 D. Bohn, « Intel Made Smart Glasses that Look Normal », The Verge, dernière modification le 5 février 2018, https://www.theverge.com/2018/2/5/16966530/intel-vaunt-smart-glasses-announced-ar-video.

72 K. Hill et S. Mattu, « The House that Spied on Me », Gizmodo, dernière modification le 7 février 2018, https://gizmodo.com/the-house-that-spied-on-me-1822429852.

73 J. Valentino-DeVries, N. Singer, M.H. Keller et A. Krolik, « Your Apps Know Where You Were Last Night, and They’re Not Keeping it Secret », The New York Times, dernière modification le 10 décembre 2018, https://www.nytimes.com/interactive/2018/12/10/business/location-data-privacy-apps.html.

74 H. Nissenbaum, « Privacy as Contextual Integrity », Washington Law Review, vol. 79, no 1, février 2004, p. 119-157, https://crypto.stanford.edu/portia/papers/RevnissenbaumDTP31.pdf.

75 « What If: Privacy Becomes a Luxury Good? », filmé le 19 janvier 2017 à Davos, Forum économique mondial 2017, vidéo, 1:00:26, https://www.weforum.org/events/world-economic-forum-annual-meeting-2017/sessions/what-if-privacy-becomes-a-luxury-good-davos-2017.

76 J. Valentino-DeVries, N. Singer, M.H. Keller et A. Krolik, « Your Apps Know Where You Were Last Night, and They’re Not Keeping It Secret », The New York Times, dernière modification le 10 décembre 2018, https://www.nytimes.com/interactive/2018/12/10/business/location-data-privacy-apps.html.

77 C. Metz, « Google is 2 Billion Lines of Code and It’s All in One Place », Wired, dernière modification le 16 août 2015, https://www.wired.com/2015/09/google-2-billion-lines-codeand-one-place/.

78 M. Turek, « Explainable Artificial Intelligence (XAI) », Defense Advanced Research Projects Agency, consulté le 3 octobre 2019, https://www.darpa.mil/program/explainable-artificial-intelligence.

79 K. Leetaru, « Google’s What-If Tool And The Future of Explainable AI », Forbes, dernière modification le 5 août 2019, https://www.forbes.com/sites/kalevleetaru/2019/08/05/googles-what-if-tool-and-the-future-of- explainable-ai/#3ae8c85d12b2.

80 C. Hymas et L. Dodds, « Addictive video games may change children’s brains in the same way as drugs and alcohol, study reveals », The Telegraph, dernière modification le 13 juin 2019, https://www.telegraph.co.uk/news/2018/06/12/addictive-video-games-may-change-childrens-brains-way-drugs/.

81 Université de Pennsylvanie, « Unraveling the brain’s reward circuits », Science Daily, consulté le 2 octobre 2019, www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190702160112.htm.

82 M. Torrice, « Vaccines against addictive drugs push forward despite past failures », Chemical and Engineering News, vol. 96, no 8, février 2018, https://cen.acs.org/articles/96/i8/Vaccines-against-addictive-drugs-push.html.

83 N. Kristof, « Seattle has figured out how to deal with the War on Drugs », The New York Times, 8 août 2019 https://www.nytimes. com/2019/08/23/opinion/sunday/opioid-crisis-drug-seattle.html.

84 J. Lavalley, S. Kastor, J. Valleriani et R. McNeil, « Reconciliation and Canada’s overdose crisis: Responding to the needs of Indigenous Peoples », Journal de l’Association médicale canadienne, 2018, 190. E1466-E1467, 10,1503/cmaj.181093.

85 R. Nandakumar, S. Gollakota et J.E. Sunshine, « Opioid overdose detection using smartphones », Science Translation Medicine, vol. 11, no 474, janvier 2019, DOI:10.1126/scitranslmed.aau8914.

86 S. Dai, « How AI-Backed virtual reality experience is helping drug addicts stay clean », South China Morning Post, dernière modification le 18 septembre 2019, https://www.scmp.com/tech/start-ups/article/3027657/how-ai-backed-virtual-reality-experience-helping-drug-addicts-stay.

87 A. Kelly, « Vancouver rejects ‘alarmist’ request to prevent sales of psychedelic mushrooms », CityNews, dernière modification le 11 septembre 2019, https://www.citynews1130.com/2019/09/11/vancouver-psychedelic-mushrooms-council/.

88 O. Goldhill, « THC and CBD can be made with genetically engineered yeast », Quartz, dernière modification le 27 février 2019, https://qz.com/1560689/thc-and-cbd-can-be-made-with-genetically-engineered-yeast/.

89 Université de Pennsylvanie, « Unraveling the brain’s reward circuits », Science Daily, consulté le 2 octobre 2019, www.sciencedaily.com/releases/2019/07/190702160112.htm.

90 C. Ennis, « Epigenetics 101: a beginner’s guide to explaining everything », The Guardian, dernière modification le 26 avril 2014, https://www.theguardian.com/science/occams-corner/2014/apr/25/epigenetics-beginners-guide-to-everything.

91 J.A. Aleria-Torres, A. Baccarelli et V. Bollati, « Epigenetics and Lifestyle », Epigenomics, vol. 3, no 3, juin 2011, p. 267-277, DOI:10.2217/epi.11.22.

92 Ibid.

93 Or, la recherche a démontré ce genre de transmission par le sperme de certains organismes. Consulter : K.R. Kaneshiro, A. Rechtsteiner et S. Strome, « Sperm-inherited H3K27me3 impacts offspring transcription and development in C. elegans », Nature Communications, vol. 10, no 1, 2019, DOI: 10.1038/s41467-019-09141-w.

94 O. Khazan, « Inherited trauma shapes your health », The Atlantic, dernière modification le 16 octobre 2018, https://www.theatlantic.com/health/archive/2018/10/trauma-inherited-generations/573055/.

95 Consulter : The University of British Columbia’s Social Exposome Cluster : https://socialexposome.ubc.ca/.

96 O. Khazan, « Inherited trauma shapes your health », The Atlantic, dernière modification le 16 octobre 2018, https://www.theatlantic.com/health/archive/2018/10/trauma-inherited-generations/573055/.

97 H. Capella, « Glasgow University’s ‘bold’ move to pay back slave trade profits », BBC, dernière modification le 23 août 2019, https://www.bbc.com/news/uk-scotland-glasgow-west-49435041. M. Parry, « A New Path to Atonement », The Chronicle of Higher Education, dernière modification le 20 janvier 2019, https://www.chronicle.com/article/A-New-Path-to-Atonement/245511.

98 En particulier par le travail de la Commission de vérité et réconciliation du Canada (https://www.rcaanc-cirnac.gc.ca/fra/1450124405592/1529106060525) et l’Enquête nationale sur les femmes et les filles autochtones disparues et assassinées (https://www.mmiwg-ffada.ca/fr/final-report).

99 H.K. Paul et H. Singh, « How will the Global South pay for climate change damage? », New Internationalist, dernière modification le 3 mai 2019, https://newint.org/features/2019/05/03/how-will-global-south-pay-climate-change-damage.

100 B. Weber, « Canadians’ trust in science falling, poll suggests », CBC, dernière modification le 23 septembre 2019, https://www.cbc.ca/news/technology/science-survey-1.5291291.

101 Public Policy Forum, « The Shattered Mirror: News Democracy and Trust in the Digital Age », consulté le 27 septembre 2019, https://shatteredmirror.ca/wp-content/uploads/theShatteredMirror.pdf.

102 B. Weber, « Canadians’ trust in science falling, poll suggests », CBC, dernière modification le 23 septembre 2019, https://www.cbc.ca/news/technology/science-survey-1.5291291.

103 B. Decker, « Adversarial Narratives: A New Model for Disinformation », Global Disinformation Index, dernière modification en août 2018, https://disinformationindex.org/wp-content/uploads/2019/08/GDI_Adverserial-Narratives_Report_V6.pdf.

104 A. Escalante, « U.S. Leads in the Worldwide Anxiety Epidemic », Psychology Today, dernière modification le 26 avril 2019, https://www.psychologytoday.com/ca/blog/shouldstorm/201904/us-leads-in-the-worldwide-anxiety-epidemic.

105 L. Besner, « New Feelings: Involuntary Lurking », Real Life, dernière modification le 4 septembre 2018, https://reallifemag.com/new-feelings-involuntary-lurking/.

106 Consulter : Gapminder.org, pour l’écart entre les perceptions et la réalité dans certains domaines, par exemple les améliorations de la mortalité juvénile depuis 1800, http://gapm.io/du5mr.

107 Edelman, « 2019 Edelman Trust Barometer: Global Report », https://www.edelman.ca/sites/g/files/aatuss376/files/2019-02/2019_Edelman_Trust_Barometer_Global_Report.pdf.

108 D. Carrington, « Plummeting insect numbers ‘threaten collapse of nature’ », The Guardian, dernière modification le 10 février 2019, https://www.theguardian.com/environment/2019/feb/10/plummeting-insect-numbers-threaten-collapse-of-nature.

109 J. Arciga, « Climate Anxiety Groups Are the New Self-Care », Daily Beast, dernière modification le 17 septembre 2019, https://www.thedailybeast.com/climate-anxiety-groups-are-the-new-self-care.

110 K. Hurley, “Social Media and Teens: How Does Social Media Affect Teenagers’ Mental Health,” PSYCOM, dernière modification le 7 mars 2019, https://www.psycom.net/social-media-teen-mental-health.

111 G.C.L. Davey, « Is There An Anxiety Epidemic? », Psychology Today, dernière modification le 6 novembre 2018, https://www.psychologytoday.com/ca/blog/why-we-worry/201811/is-there-anxiety-epidemic.

112 Y. Black, « Anxiety and depression: why doctors are prescribing gardening rather than drugs », The Conversation, dernière modification le 2 septembre 2019 https://theconversation.com/anxiety-and-depression-why-doctors-are-prescribing-gardening-rather-than-drugs-121841. Consulter aussi : N. Bowles, « Silicon Valley Goes to Therapy », The New York Times, dernière modification le 20 septembre 2019, https://www.nytimes.com/2019/09/20/business/silicon-valley-therapy-anxiety.html.

113 C. Jones, « How anxiety hurts workplace productivity », The Business Journals, dernière modification le 16 octobre 2017, https://www.bizjournals.com/bizjournals/how-to/growth-strategies/2017/10/how-anxiety-hurts-workplace-productivity.html.

114 Commission de la santé mentale du Canada, « La nécessité d’investir dans la santé mentale au Canada », dernière modification le 6 mars 2017, https://www.mentalhealthcommission.ca/sites/default/files/Investing_in_Mental_Health_FINAL_FRE_0.pdf.

115 K. Hurley, « Social Media and Teens: How Does Social Media Affect Teenagers’ Mental Health », PSYCOM, dernière modification le 7 mars 2019, https://www.psycom.net/social-media-teen-mental-health.

116 J.T. Cacioppo et J. Decety, « An Introduction to Social Neuroscience », The Oxford Handbook of Social Neuroscience, J. Decety et J.T. Cacioppo (éd.), Oxford University Press, Oxford, 2012, DOI:10.1093/oxfordhb/9780195342161.013.0001.

117 « Focus on Social Neuroscience », Nature Neuroscience, 15, 645, 2012, https://www.nature.com/articles/nn0512-645.

118 E.C. Brown et M. Brune, « The role of prediction in social neuroscience », Frontiers in Human Neuroscience, dernière modification le 24 mai 2012, https://doi.org/10.3389/fnhum.2012.00147.

119 Y. Minagawa, M. Xu et S. Morimoto, « Toward Interactive Social Neuroscience: Neuroimaging Real-World Interactions in Various Populations », Japanese Psychological Research, vol. 60, no 4, 2018, p. 196-224, https://doi.org/10.1111/jpr.12207.

120 P. Mateos-Aparicio et A. Rodriguez-Moreno, « The Impact of Studying Brain Plasticity », Frontiers in Human Neuroscience, février 2019, https://doi.org/10.3389/fncel.2019.00066.

121 M. Rosenwald, « A Lifelike Prosthetic Arm », MIT Technology Review, dernière modification le 21 avril 2019, https://www.technologyreview.com/s/413132/a-lifelike-prosthetic-arm/.

122 R. Khatchadourian, « Degrees of Freedom », The New Yorker, dernière modification le 19 novembre 2018, https://www.newyorker.com/magazine/2018/11/26/how-to-control-a-machine-with-your-brain.

123 M.Z. Solomon, « Gene Editing Humans: It’s Not Just About Safety », Scientific American, dernière modification le 20 août 2019 https://blogs.scientificamerican.com/observations/gene-editing-humans-its-not-just-about-safety/.

124 C. McKelvey, « The Neuroscientist Who’s Building a Better Memory for Humans », Wired, dernière modification le 1er décembre 2016, https://www.wired.com/2016/12/neuroscientist-whos-building-better-memory-humans/.

125 D. Rushkoff, « Survival of the Richest », OneZero, dernière modification le 5 juillet 2018, https://onezero.medium.com/survival-of-the-richest-9ef6cddd0cc1.

126 D. Grossman, « People Are Treating Themselves With DIY Gene Therapies and the Government Is Getting Worried », Popular Mechanics, dernière modification le 8 février 2018, https://www.popularmechanics.com/science/health/a16691487/fda-gene-therapy-concern-crispr/.

127 « Déterminants sociaux de la santé », Organisation mondiale de la Santé, consulté le 30 septembre 2019, https://www.who.int/social_determinants/fr.

128 Consulter : Kids Rights Index, https://www.kidsrightsindex.org/.

129 U. Haque, « Young People are Giving [up] on Capitalism Because Capitalism failed Young People », Medium, dernière modification le 28 janvier 2019 https://eand.co/young-people-are-giving-on-capitalism-because-capitalism-failed-young-people-70b4f0ab3de.

130 « How Unaffordable Has the Canadian Housing Market Become? », Remax, Fort McMurray, dernière modification le 8 octobre 2018, https://ateamymm.ca/unaffordable-housing-market/.

131 National Housing Strategy Act Statutes of Canada 2019, c. 29, s. 313, https://laws-lois.justice.gc.ca/eng/acts/N-11.2/FullText.html. Government of Canada, Accessible Canada Act, Statues of Canada 2019, c.10, https://laws-lois.justice.gc.ca/eng/ annualstatutes/2019_10/page-1.html.

132 D. Brownlee, « 4 Common Diversity and Inclusion Myths In The Workplace », Forbes, dernière modification le 22 septembre 2019, https://www.forbes.com/sites/danabrownlee/2019/09/22/4-common-diversity-and-inclusion-myths-in-the-workplace/#2cbb142b2052.

133 V. Ho, « Google to invest $1bn to fight tech-fueled housing crisis », The Guardian, dernière modification le 18 juin 2019, https://www.theguardian.com/technology/2019/jun/18/google-housing-homelessness-tech-industry-investment.

134 S.A. Hewlett, M. Marshall et L. Sherbin, « How Diversity Can Drive Innovation », Harvard Business Review, décembre 2013, consulté le 1er octobre 2019,https://hbr.org/2013/12/how-diversity-can-drive-innovation.

135 R. Kahlenberg, « Affirmative Action should be based on class, not race », The Economist, dernière modification le 4 septembre 2018, https://www.economist.com/open-future/2018/09/04/affirmative-action-should-be-based-on-class-not-race.

136 L. Boxell, M. Gentzkow, and J. M. Shapiro, “Is the Internet Causing Political Polarization? Evidence from Demographics,” NBER Working Paper No. 23258, (March, 2017), https://www.nber.org/papers/w23258.

137 C. Paas-Lang, « Don’t blame social media for Canadians’ political polarization: study », CityPulse24, dernière modification le 12 septembre 2019, https://www.cp24.com/news/don-t-blame-social-media-for-canadians-political-polarization-study-1.4589649.

138 R.B. Talisse, « Maybe facts don’t care about your feelings – but political polarization is about feelings, not facts », NiemanLab, dernière modification le 4 août 2019, https://www.niemanlab.org/2019/08/maybe-facts-dont-care-about-your-feelings-but-political-polarization-is-about-feelings-not-facts/.

139 C. Brick et S. van der Linden, « How Identity, Not Issues, Explains the Partisan Divide », Scientific American, dernière modification le 19 juin 2018, https://www.scientificamerican.com/article/how-identity-not-issues-explains-the-partisan-divide/.

140 B. Anderson, « Think Canada’s politics are as polarized as Trump’s America? Think again », Canada’s National Observer, dernière modification le 24 juin 2019, https://www.nationalobserver.com/2019/06/18/opinion/think-canadas-politics-are-polarized-trumps-america-think-again.

141 Pour une analyse statistique de l’écart entre les positions politiques perçues et les opinions réelles aux États-Unis, consulter : D. Yudkin, S. Hawkins et T. Dixon, The Perception Gap: How False Impressions are Pulling Americans Apart, More in Common, New York, 2019, https://static1.squarespace.com/static/5a70a7c3010027736a22740f/t/5d101028495118000181fad6/1561333806922/The+Perception+Gap.pdf.

142 M. Smith, « Left-wing vs right-wing: it’s complicated », YouGov, dernière modification le 14 août 2019, https://yougov.co.uk/topics/politics/articles-reports/2019/08/13/left-wing-vs-right-wing-its-complicated.

143 B. Forchtner, « Eco-fascism: justifications of terrorist violence in the Christchurch mosque shooting and the El Paso shooting », OpenDemocracy, dernière modification le 13 août 2019, https://www.opendemocracy.net/en/countering-radical-right/eco-fascism-justifications-terrorist-violence-christchurch-mosque-shooting-and-el-paso-shooting/.

144 Pour plus d’information sur la collaboration entre les organisations environnementales et les syndicats aux États-Unis, consulter : https://www.bluegreenalliance.org/.

145 M. Bradley, M.W. Bishop et M. Ward, « ‘Yellow vests’ find support among France’s far-right and far-left – but can they win votes? », NBC News, dernière modification le 26 juillet 2019, https://www.nbcnews.com/news/world/yellow-vests-find-support-among-france-s-far-right-far-n976021.

146 J. Eyers, « Facebook’s plan to beat the global banks », Financial Review, dernière modification le 18 juin 2019, https://www.afr.com/companies/financial-services/facebook-s-plan-to-beat-the-global-banks-20190618-p51yqy.

147 B. Montgomery, « Twitter Suspends an Account for a Cartoon of Captain America Punching a Nazi », The Daily Beast, dernière modification le 11 septembre 2019, https://www.thedailybeast.com/twitter-suspends-an-account-for-tweeting-a-cartoon-of-captain-america-punching-a-nazi. Consulter aussi : R. Price, « Facebook’s New Oversight Board will Help with Content Moderation and Check Mark Zuckerberg’s Power », Inc., dernière modification le 18 septembre 2019, https://www.inc.com/business-insider/facebook-oversight-board-content-moderation-zuckerberg-big-tech.html.

148 Bill and Melinda Gates Foundation, consulté le 2 octobre 2019, https://www.gatesfoundation.org/What-We-Do.

149 J. O’Callaghan, « The wild science behind Starship, Elon Musk’s planet hopping rocket », Wired, dernière modification le 3 octobre 2019, https://www.wired.co.uk/article/elon-musk-spacex-starship-science. Mais voir aussi : M. Koren, « NASA Hands Elon Musk a Reality Check », The Atlantic, dernière modification le 1er octobre 2019, https://www.theatlantic.com/science/ archive/2019/10/elon-musk-jim-bridenstine-starship-commercial- crew/599218/.

150 S. Frizzell, « Amazon Prime does more for northern food security than federal subsidies, say Iqaluit residents », CBC, dernière modification le 10 juillet 2017, https://www.cbc.ca/news/canada/north/iqaluit-amazon-prime-1.4193665.

151 T. Slavin, « BlackRock in push to make sustainable investing mainstream », Ethical Corporation, dernière modification le 15 mars 2019, http://www.ethicalcorp.com/blackrock-push-make-sustainable- investment-mainstream. Consulter aussi : « Sustainability: The future of investing », BlackRock, dernière modification le 4 février 2019, https://www. blackrock.com/ca/individual/en/insights/blackrock-investment-institute/sustainability-the-future-of-investing.

152 « Toronto tomorrow: A new approach for inclusive growth », Sidewalk Toronto, consultéle 2 octobre 2019,https://www.sidewalktoronto.ca/.

153 Analytica, « Precision Medicine to make Diagnostics and Therapy Cheaper and More Efficient », Lab Bulletin, dernière modification le 7 mars 2018, https://labbulletin.com/articles/Precision-Medicine-Diagnostics-Therapy-Cheaper-More-Efficient/print.

154 A. Raghunathan, « A Brave New World for the Pharmaceutical Industry », Chemical Industry Digest, consulté le 1er octobre 2019, http://chemindigest.com/a-brave-new-world-for-the-pharmaceutical-industry-using-synthetic-biology-to-enhance-the-drug-pipeline-from-discovery-to-manufacturing/.

155 D. Tal, « Forecast: Housing prices crash as 3D printing and maglevs revolutionize construction », Quantumrun, consulté le 1er octobre 2019, https://www.quantumrun.com/prediction/housing-prices-crash-3d- printing-and-maglevs-revolutionize-construction-future-cities-p3.

156 E. Gent, « Electric Cars Are Estimated to be Cheaper than Regular Cars by 2022 », Singularity Hub, dernière modification le 29 avril 2019, https:// singularityhub.com/2019/04/29/electric-cars-are-estimated-to-be- cheaper-than-regular-cars-by-2022/.

157 A. Hang, « Already Cheaper Than Gas, China’s Renewables to Undercut Coal by 2026 », GreentechMedia, dernière modification le 22 août 2019, https://www.greentechmedia.com/articles/read/chinas-renewables-cost-to-fall-below-coal-power-by-2026.

158 C. Baraniuk, « How vertical farming reinvents agriculture », BBC, dernière modification le 6 avril 2017, http://www.bbc.com/future/story/20170405-how-vertical-farming-reinvents-agriculture.

159 P. Worden, « Bit technology in a small town: D-Pace finds success in Nelson », ImagineKootenay, dernière modification le 22 janvier 2018, https://imaginekootenay.com/d-pace-finds-success-in-nelson/.

160 B. Yirka, « New study finds poverty leads people to focus on short term goals while ignoring the long view », PHYS.ORG, dernière modification le 2 novembre 2012, https://phys.org/news/2012-11-poverty-people-focus-short-term.html.

161 A. Bastani, « The World Is a Mess. We Need Fully Automated Luxury Communism », The New York Times, dernière modification le 11 juin 2019, https://www.nytimes.com/2019/06/11/opinion/fully-automated-luxury-communism.html.

162 S. Parton, « The Challenge of Abundance: Boredom, Meaning, and the Struggle of Mental Freedom », Singularity Hub, dernière modification le 5 mai 2019, https://singularityhub.com/2019/05/05/the-challenge-of-abundance-boredom-meaning-and-the-struggle-of-mental-freedom/.

163 J. Berke, « One simple chart shows why an energy revolution is coming », Business Insider, dernière modification le 8 mai 2018, https://www.businessinsider.com/solar-power-cost-decrease-2018-5/.

164 K. Niebert, « The climate crisis cannot be solved with capitalism », International Politics and Society Journal, dernière modification le 27 septembre 2019, https://www.ips-journal.eu/regions/europe/article/show/the-climate-crisis-cannot-be-solved-by-capitalism-3758/. Horizons de politiques Canada, La prochaine économie numérique, dernière modification le 20 juin 2019, https://horizons.gc.ca/fr/2019/06/20/la-prochaine-economie-numerique..

165 T. Makelm, A. Chisolm, K. Thomassim et B. Zvan, « Rapport final du groupe d’experts sur la finance durable », gouvernement du Canada, dernière modification le 14 juin 2019, http://publications.gc.ca/collections/collection_2019/eccc/En4-350-2-2019-eng.pdf. International Panel on Social Progress, « Rethinking Society for the 21st Century: Summary », Cambridge University Press, Cambridge, 2018, p. 28-30. D. Réchard et coll., « Global Trendometer: essays on medium- and long-term global trends », été 2017, Service de recherche du Parlement européen, Bruxelles, 2017, p. 42. « What are social discount rates? », London School of Economics, dernière modification le 1er mai 2018, http://www.lse.ac.uk/GranthamInstitute/faqs/what-are-social-discount-rates/.

166 Par exemple The Great Lakes Commons; voir : « Great Lakes Commons », consulté le 27 septembre 2019, https://www.greatlakescommons.org/. J. Ellsmoor, « New Zealand Ditches GDP for Happiness and Wellbeing », Forbes, dernière modification le 11 juillet 2019, https://www.forbes.com/sites/jamesellsmoor/2019/07/11/new-zealand-ditches-gdp-for-happiness-and-wellbeing/.

167 K. Bennhold, « Nazis Killed Her Father. Then She Fell in Love With One », The New York Times, dernière modification le 14 juin 2019, https://www. nytimes.com/2019/06/14/business/reimann-jab-nazi-keurig-krispy- kreme.html.

168 M. Schuler, « French Automaker Unveils Plan to Build Sailing Vehicle Carriers », gCaptain.com, dernière modification le 28 novembre 2018, https://gcaptain.com/french-automaker-unveils-plan-to-construct-sailing-vehicle-carriers/.

169 R. Fisher, « The Perils of Short-termism: Civilization’s Greatest Threat », BBC-Future, dernière modification le 10 janvier 2019, http://www.bbc.com/future/story/20190109-the-perils-of-short-termism-civilisations-greatest-threat.

170 J. Ellsmoor, « New Zealand Ditches GDP for Happiness and Wellbeing », Forbes, dernière modification le 11 juillet, 2019, https://www.forbes.com/sites/jamesellsmoor/2019/07/11/new-zealand-ditches-gdp-for-happiness-and-wellbeing/#2629421e1942.

171 Morris J. Wosk Centre for Dialogue, SFU, « Canadians’ Views on Democracy – Report 1: State of Democracy + Appeal of Populism », Strengthening Canadian Democracy, p. 5, consulté le 27 septembre 2019, https://docs.wixstatic.com/ugd/f79cdf_f69769eb644140ccbb6dc58a603f96aa.pdf.

172 R. Kagan, « The Strongmen Strike Back », Washington Post, dernière modification le 14 mars 2019, https://www.washingtonpost.com/news/opinions/wp/2019/03/14/feature/the-strongmen-strike-back/.

173 R.S. Foa et Y. Mounk, « The Dangers of Deconsolidation: the Democratic Disconnect », Journal of Democracy, vol. 27, no 3, juillet 2016, p. 11-14. Cette étude a suscité de nombreuses critiques et la mesure dans laquelle elle s’applique au Canada n’est pas claire, surtout compte tenu des plus récentes recherches suggérant que seulement une petite minorité de Canadiens (11 %) accepteraient un pouvoir autoritaire. Morris J. Wosk Centre for Dialogue, SFU, « Canadians’ Views on Democracy – Report 1: State of Democracy + Appeal of Populism », Strengthening Canadian Democracy, p. 5, consulté le 27 septembre 2019, https://docs.wixstatic.com/ugd/f79cdf_f69769eb644140ccbb6dc58a603f96aa.pdf). Néanmoins, l’étude de R.S. Foa et Y. Mounk demeure un important correctif aux hypothèses naïves sur la permanence des valeurs démocratiques.

174 Morris J. Wosk Centre for Dialogue, SFU, « Canadians’ Views on Democracy – Report 2: Trust, Participation, and Belonging », Strengthening Canadian Democracy, p. 6, consulté le 27 septembre 2019, https://docs.wixstatic.com/d/9cdf_9cd8fe146ff047c38505d37dd4bd6b8e.pdf..

175 Morris J. Wosk Centre for Dialogue, SFU, « Canadians’ Views on Democracy – Report 1: State of Democracy + Appeal of Populism », Strengthening Canadian Democracy, p. 6 et 8, consulté le 27 septembre 2019, https://docs.wixstatic.com/ugd/f79cdf_f69769eb644140ccbb6dc58a603f96aa.pdf.

176 Morris J. Wosk Centre for Dialogue, SFU, « Canadians’ Views on Democracy – Report 1: State of Democracy + Appeal of Populism », Strengthening Canadian Democracy, p. 5, consulté le 27 septembre 2019, https://docs.wixstatic.com/ugd/f79cdf_f69769eb644140ccbb6dc58a603f96aa.pdf.

177 Edelman, « Edelman Trust Barometer, 2019: Canada », p. 18.

178 S. Grieb, A. Newman et M. Po, « The Power of Influencers », Edelman, dernière modification le 18 juin 2019, https://www.edelman.com/research/the-power-of-influencers.

179 A. Kim, « Greta Thunberg wins ‘Alternative Nobel’ for environmental work », CNN, dernière modification le 25 septembre 2019, https://www.cnn.com/2019/09/25/world/greta-thunberg-right-livelihood-nobel-trnd/index.html.

180 D. Gordon, « Why is Joe Rogan so popular? », The Atlantic, dernière modification le 19 août 2019, https://www.theatlantic.com/entertainment/archive/2019/08/my-joe-rogan-experience/594802/.

181 D. Lynskey, « How Dangerous is Jordan B. Peterson, the right wing Professor who ‘Hit a Hornet’s Nest’? », The Guardian, dernière modification le 7 février 2018, https://www.theguardian.com/science/2018/feb/07/how-dangerous-is-jordan-b-peterson-the-rightwing-professor-who-hit-a-hornets-nest.

182 A. Marantz, « The Stylish Socialist who is trying to save YouTube from Alt-Right domination », The New Yorker, dernière modification le 19 novembre 2018, https://www.newyorker.com/culture/persons-of-interest/the-stylish-socialist-who-is-trying-to-save-youtube-from-alt-right-domination.

183 Horizons de politiques Canada, « Jamie et mes nouvelles chaussures », La prochaine économie numérique, 20 juin 2019, https://horizons.gc.ca/fr/2019/06/20/la-prochaine-economie-numerique.

184 S.A. O’Brien, « Dog-walking startup Wag raised $300 million to unleash growth. Then things got messy », CNN Business, 27 septembre 2019, https://www.cnn.com/2019/09/27/tech/wag-dog-walking-softbank/index.html.

185 A. Shendruk et M. Bain, « These are the shady tricks shopping sites use to get your money and info », Quartz, dernière modification le 12 août 2019, https://qz.com/1657890/this-is-how-shopping-sites-trick-you-for-money-and-info/.

186 T. Haynes, « Dopamine, Smartphones & You: A battle for your time », Université Harvard, Graduate School of Arts and Sciences Blog, dernière modification le 1er mai 2018, http://sitn.hms.harvard.edu/flash/2018/dopamine-smartphones-battle-time/.

Mots-clés :
Policy Horizons | Horizons de politiques
Policy Horizons | Horizons de politiques

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

  • 1

Vous aimeriez peut-être