TÉLÉCHARGEMENT EN COURS

Entrer les critères de recherche

Avenirs économiques Signaux faibles

L’élévation et le « plafond gris » : les limites de la provolution ?

Chris Hagerman
Partagez

Il y a plusieurs années, les scientifiques suédois élevaient sélectivement des guppys pour augmenter la taille de leur cerveau. En peu de temps, ils ont produit une nouvelle lignée avec un cerveau 9% plus grand que celui des guppys typiques. Ces guppys à gros cerveau ont démontré une performance supérieure sur des tâches cognitives avancées (pour les poissons), ce qui a confirmé l’hypothèse des chercheurs selon laquelle un cerveau plus gros améliorerait l’intelligence. Cependant, l’enquêteur principal a été surpris de découvrir que la nouvelle lignée avait des intestins beaucoup plus petits, emmagasinait moins de graisse et produisait moins de descendants.

Longtemps trope de science-fiction, l’idée de « provolution » ou d’« élévation » d’une espèce existante semble plus plausible à mesure que nos outils d’édition génétique progressent. L’histoire des guppys suggère qu’il peut y avoir des compromis difficiles, des limites et des conséquences involontaires qui font obstacle à certaines approches de la provolution. Les résultats de l’expérience semblent confirmer une théorie de longue date selon laquelle les cerveaux plus gros donnent des animaux plus intelligents, mais ils ont un coût, particulièrement en termes de système digestif et de capacité de reproduction. Pourrait-il y avoir un « plafond gris » qui a fixé des limites au développement du cerveau dans le passé et qui pourrait être pertinent pour certaines approches de la provolution ou de l’élévation à l’avenir ?

D’une part, ce signal confirme au moins la possibilité d’améliorer les capacités cognitives des animaux en augmentant la taille du cerveau par la sélection ou le génie génétique. Cela ouvre un éventail de possibilités, allant des animaux de compagnie et des animaux d’assistance super intelligents aux espèces élevées ou conçues pour la recherche sur la faune, la surveillance, l’espionnage et le combat. Cela pourrait changer notre relation avec les animaux, peut-être en étendant de nouveaux droits et statuts aux espèces non humaines.

D’autre part, cette étude suggère que certains types de provolution pourraient avoir des implications physiologiques inattendues, telles qu’une réduction du potentiel reproducteur ou une modification des caractéristiques physiques. Ainsi, bien que les chiens d’assistance élevés soient remarquablement intelligents, ils peuvent aussi être moins robustes physiquement, nécessiter des régimes alimentaires spéciaux ou se reproduire à des taux beaucoup plus faibles.

Source :

https://www.nationalgeographic.com/science/phenomena/2013/01/03/scientists-breed-smarter-fish-but-reveal-the-costs-of-big-brains/

https://www.npr.org/sections/health-shots/2019/05/02/719665841/why-making-a-designer-baby-would-be-easier-said-than-done

Mots-clés :
Chris Hagerman
Chris Hagerman

Chris Hagerman est un universitaire en voie de rétablissement avec une formation en histoire de l'impérialisme ancien et moderne. Il est presque sûr que quelqu'un, quelque part, a dit que le passé est un prologue et il tient à voir si le dicton tient lorsqu'il applique son expérience d'historien au travail de prospective. Dans son temps libre, il écrit, fabrique des pagaies et des skis, et sert de majordome à deux charmantes filles.

  • 1
Abonnez-vous à notre liste d'envoi pour recevoir des nouvelles de nos tous derniers rapports et produits.