TÉLÉCHARGEMENT EN COURS

Entrer les critères de recherche

L’avenir de l’Asie Nouvelles perspectives Travail complete

Observations du groupe de travail sur l’économie – L’avenir de l’Asie : implications pour le Canada

Partagez

Sur cette page

Introduction

Principaux changements en Asie (insights)

Défis et opportunités stratégiques pour le Canada

Notes

Avis au lecteur

La présente étude prospective du groupe de travail sur l’économie explore les principaux changements à l’œuvre en Asie, ainsi que les défis et les opportunités stratégiques qu’ils entraînent pour le Canada. Ces principaux changements sont présentés sous la forme d’insights mettant en lumière les progrès, en cours ou émergents, qui sont susceptibles de modifier sensiblement le système à l’étude. Ces insights nous aident à approfondir notre compréhension de l’évolution d’une question ou d’un système, ainsi que des répercussions possibles.  Par défi ou opportunité stratégique, on entend toute question qu’il n’est pas possible d’aborder dans le cadre des politiques et des institutions actuelles. L’inventaire, l’analyse, la discussion et la clarification des défis et des opportunités permettent aux responsables des politiques d’élaborer des stratégies solides.

Le processus de prospective d’Horizons prévoit en outre l’examen de scénarios plausibles et la formulation d’hypothèses solides. Ceux-ci sont présentés dans le MetaScan L’avenir de l’Asie, de pair avec les « insights » globaux, les défis et les opportunités stratégiques rattachés à chacun des quatre groupes de travail à l’étude (sur l’économie, sur l’énergie, sur la géostratégie et sur les questions sociales).

Les principaux changements, les défis et les opportunités stratégiques qui pourraient en découler sont présentés dans un esprit audacieux dans le but de susciter une réflexion des fonctionnaires sur l’avenir. L’intention n’est pas de présenter la nature la plus probable du changement en Asie ou de ses répercussions sur le Canada, mais plutôt de proposer des évolutions plausibles qui méritent réflexion. Bien que de nombreux fonctionnaires de plusieurs ministères fédéraux aient participé et contribué aux travaux de la présente étude, le rapport ne reflète pas forcément leurs points de vue personnels ou ceux de leur organisme d’attache.

Introduction

Pendant une bonne partie de l’histoire de l’humanité, l’Asie a été au centre de l’économie mondiale. Dans les 10 à 15 prochaines années, on s’attend à ce qu’elle se réapproprie cette position, aux dépens de l’Occident. Il est aussi prévu que, durant cette même période, les innovations technologiques telles que les appareils bon marché de téléprésence, d’intelligence artificielle (IA), de robotique et d’impression 3D auront des répercussions profondes sur les économies nationales et internationales. Dans le même temps, les changements socio-économiques amenés par l’économie du partage et le recours grandissant aux services numériques et au travail à la pige entraîneront une véritable révolution dans la nature du travail. L’interaction et l’influence réciproque des moteurs de changement simultanés que sont l’essor de l’Asie, l’économie de collaboration et la nouvelle économie numérique auront de vastes répercussions sur les institutions et les marchés économiques mondiaux. Nous devrons peut-être revoir, voire rejeter les idées que nous entretenons au sujet du rôle central des États-Unis dans l’ordre économique mondial, de l’autonomie de l’économie de services et de la viabilité des revenus issus des activités gouvernementales au Canada.

Le tableau qui suit résume les principaux changements économiques (insights) qui façonnent l’Asie, ainsi que les défis et les opportunités stratégiques qui pourraient en découler pour le Canada et qui font l’objet de la présente étude.

Sommaire des principaux changements économiques en Asie (insights) et les défis et opportunités stratégiques pour le Canada

Défis et opportunités stratégiques pour le Canada

1. Nouveau centre économique

L’avènement de l’Asie comme nouveau pivot de l’économie mondiale obligera le Canada à se détourner encore plus du marché américain pour tirer profit de la croissance asiatique.

2. Infrastructure de données 3.0

Le Canada doit se préparer à exploiter l’infrastructure de nouvelle génération, qui constituera l’autoroute du XXIe siècle.

3. Perturbation du marché du travail canadien

La technologie (automatisation, impression 3D, IA), la désagrégation des emplois et la nouvelle économie des services virtuels constituent une triple menace pour le marché du travail canadien.

4. Pressions fiscales

Les perturbations du marché du travail et l’économie du partage ébranleront la capacité des gouvernements à redistribuer la richesse dans le cadre des régimes fiscaux en place.

5. Dilemmes commerciaux

Le Canada devra affronter de nouveaux défis commerciaux à mesure que le commerce des services et les échanges numériques de biens et de services gagneront du terrain dans l’économie mondiale.

6. Pressions liées aux leviers stratégiques

Le gouvernement a pu compter jusqu’ici sur des leviers stratégiques bien définis, mais les contraintes inhérentes aux changements structuraux de l’économie risquent de changer la donne.

Principaux changements économiques en Asie (insights)

L’asie en plein essor
  • Montée des géants asiatiques : En 2030, l’Asie comptera trois des quatre plus grandes économies du monde. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #1)
  • Nouvelle classe de consommateurs : D’ici à 2030, l’Asie comptera plus de consommateurs que tous les autres continents combinés. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #1)
  • Leadership économique de l’asie : Les entreprises asiatiques pourraient façonner l’économie mondiale en pilotant l’innovation et en établissant les normes selon des règles et des conventions différentes de celles de l’Occident. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #1)
La nouvelle économie numérique
  • Infrastructure numérique 3.0 : Des investissements massifs et croissants dans l’infrastructure numérique pourraient permettre à l’Asie de tirer profit des tendances technologiques et de se positionner comme leader de l’économie numérique mondiale. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #2)
  • Désagrégationt des emplois : Ce phénomène transformera radicalement l’économie mondiale des services et précipitera la convergence des taux de salaire, à l’avantage de l’Asie. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #3 et 4)
  • Essor des services virtuels en Asie : Alors que le secteur de la fabrication continuera d’évoluer en Asie, sa participation accrue au marché mondial des services pourrait transformer de façon radicale la prestation des services virtuels. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #2, 3 et 4)
Économie collaborative
  • Désagrégation de la propriété : La progression de l’économie collaborative et la désagrégation de la propriété en Asie risquent de perturber les régimes gouvernementaux de réglementation et de taxation, de même que les modèles commerciaux traditionnels. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #4)
  • Propriété intellectuelle, innovation frugale et commerce : La tendance de l’Asie à rejeter les ententes courantes en Occident concernant la propriété intellectuelle (PI) et l’adoption généralisée du modèle d’innovation frugale pourraient bousculer les accords commerciaux, les lois sur la PI, les institutions et les industries traditionnelles à forte marge. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #5)
  • Défis économiques : L’adoption rapide de nouvelles technologies numériques et l’émergence d’une économie numérique en Asie sont susceptibles de provoquer de longues périodes de dérèglement économique, voire de déflation. (liens vers défi politique et  opportunités stratégiques #4 et 6)

Principaux changements en Asie (insights)

L’Asie en plein essor

D’ici 2030, l’Asie pourrait devenir le nouveau pivot de l’économie mondiale.  Favorisé par la présence de certaines des économies les plus fortes du monde et par l’émergence d’entreprises de calibre mondial qui innovent sans cesse pour combler les besoins d’une classe grandissante de consommateurs branchés, l’essor de l’Asie pourrait réorienter les marchés et remodeler la nature même de l’économie mondiale.

Montée des géants asiatiques

En 2030, l’Asie comptera trois des quatre plus grandes économies de la planète. En 2014, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a dépassé celui des États-Unis1 selon la parité du pouvoir d’achat (PPA), et l’on prévoit qu’il dépassera le PIB des États-Unis autour de 2021 lorsque calculé en fonction du taux de change officiel2. L’économie indienne présente un potentiel de croissance encore plus rapide, au point qu’elle pourrait représenter les deux tiers de l’économie américaine d’ici 20303 (figure 1), voire supplanter la Chine d’ici 20504.  Avec des pays à forte croissance comme l’Indonésie5 et les Philippines6, les économies conjuguées de l’Association des Nations de l’Asie du Sud-Est (ANASE) devraient atteindre environ la moitié de la taille des économies chinoise et indienne.

Figure 1 – Prévisions sur les Économies Mondiales en 2030

Prévisions sur les Économies Mondiales en 2030

Cette figure est un graphique à barres qui illustre les prévisions sur les économies mondiales en 2030. L’axe des x présente 4 pays de gauche à droite : la Chine, les États-Unis, l’Inde et le Japon, alors que l’axe des y présente le PIB selon la parité du pouvoir d’achat en 2011, en billions de dollars US. En 2014, le produit intérieur brut (PIB) de la Chine a dépassé celui des États-Unis selon la parité du pouvoir d’achat (PPA), et l’on prévoit qu’il dépassera le PIB des États-Unis autour de 2021 lorsque calculé en fonction du taux de change officiel. L’économie indienne présente un potentiel de croissance encore plus rapide, au point qu’elle pourrait représenter les deux tiers de l’économie américaine d’ici 2030.

Nouvelle classe de consommateurs

D’ici 2030, l’Asie comptera plus de consommateurs que tous les autres continents combinés.  Le nombre de consommateurs mondiaux (revenu supérieur à 19 500 $ par année en PPA) en Asie dépassera celui de l’Occident d’ici 2030. Si l’on additionne ces consommateurs aux 2,4 milliards de consommateurs émergents (revenu supérieur à 9 500 $ en PPA), l’Asie comptera plus de consommateurs que l’ensemble de l’Occident et des autres pays du monde d’ici 2030 (figure 2). Dotés des outils et de la connectivité nécessaires pour participer à l’économie mondiale, ces consommateurs joueront un rôle croissant dans la détermination des modèles de consommation et des nouvelles tendances dans le monde.  Plus particulièrement, les nouveaux consommateurs créeront une demande importante de produits abordables exigeant des innovations frugales.

Figure 2 – Classes des consommateurs émergent dans le monde, par région

Classes des consommateurs émergent dans le monde, par région

Cette figure s’intitule « Population selon la catégorie de richesse, 2012 et 2030 » et elle illustre les consommateurs émergents dans le monde selon la région. Le graphique présente la répartition de l’évolution de la croissance entre la classe de consommateurs et les consommateurs émergents entre 2013 et 2030 dans les trois régions suivantes : Asie (Asie du Sud, Chine élargie, Asie du Sud-Est et Océanie); Occident (Europe et Amérique du Nord); et le reste du monde (Amérique latine, Caraibes, Afrique, Moyen-Orient et ancienne Union soviétique). En résumé, d’ici 2030, l’Asie comptera plus de consommateurs que tous les autres continents combinés.

Leadership économique de l’Asie

Les entreprises asiatiques pourraient façonner l’économie mondiale en pilotant l’innovation et en établissant les normes selon des règles et des conventions différentes de celles de l’Occident. Les entreprises asiatiques arrivent en grand nombre sur le marché international, comme en témoigne le classement Forbes Global 2000 des plus grandes sociétés cotées en bourse dans le monde. L’an dernier, l’Asie a distancé l’Amérique du Nord pour la première fois, avec 674 entreprises contre 6297. Malgré le ralentissement de l’économie chinoise par rapport à la tendance observée ces dernières années, la Chine et l’Inde sont en voie de devenir le centre de l’économie mondiale(link is external)8. On s’attend à ce que même dans les marchés évolués comme celui des États-Unis, ce ne soit qu’une question de temps avant que des leaders de l’industrie comme Ali Baba, Baidu, Tencent ou Xiaomi9 fassent la preuve qu’ils ne sont pas seulement des imitateurs ou des maîtres de l’amélioration graduelle, mais qu’ils sont aussi des leaders sur le plan technique, à la fine pointe en matière de recherche et d’innovation10.

La nouvelle économie numérique

L’apparition de nouvelles technologies basées sur l’infrastructure existante des communications numériques remodèlera en profondeur la nature du travail et du commerce.

Infrastructure numérique 3.0

Des investissements massifs et croissants dans l’infrastructure numérique permettent à l’Asie de tirer profit des tendances technologiques montantes et de se positionner comme leader de l’économie numérique mondiale. Le Canada est au huitième rang mondial sur l’indice Mastercard de l’évolution numérique (Mastercard Digital Evolution Index(link is external)) et n’a presque pas bougé dans les cinq dernières années, alors que la plupart des grandes nations asiatiques ont fait beaucoup de progrès dans le domaine du numérique. L’intervention dynamique des gouvernements des principaux pays asiatiques, dont la Chine et la Corée du Sud11, s’est traduite par l’adoption rapide d’infrastructures de données plus évoluées que celles de nombreux pays occidentaux qui dépendent de fournisseurs privés. Les pays asiatiques font de grands bonds en exploitant les technologies existantes pour mettre en place une infrastructure numérique plus rapide à moindre coût. En guise d’exemple, en Corée du Sud, les connexions Internet sont 2,5 fois plus rapides que celles du Canada, au quart du prix12.

En investissant dans l’infrastructure numérique, l’Asie s’assure de tourner à son avantage de nombre des tendances technologiques qui façonneront l’économie mondiale au cours des prochaines décennies. Même si Foxconn, un assembleur en électronique taïwanais, n’a pas atteint son objectif de remplacer ses travailleurs par 1 million de robots avant 2014, cette annonce est tout de même révélatrice de l’étendue des ambitions en matière d’automatisation13. Le marché chinois de la robotique, le premier du monde, représente 20 % du marché mondial14. Il compte actuellement 30 usines de fabrication de robots industriels, un nombre qui devrait doubler d’ici 201715 grâce aux investissements subventionnés et encouragés par les gouvernements locaux16. L’automatisation croissante des procédés industriels, favorisée par la nouvelle génération de robots et l’adoption de technologies de pointe telle l’impression 3D, provoquera une baisse importante des emplois dans le secteur de la fabrication, tant en Asie qu’en Occident.

L’intelligence artificielle (IA) et l’évolution continue de l’Internet des objets présenteront des défis majeurs pour le secteur des services. Déjà, l’IA offre des fonctionnalités intégrés de traduction voix-voix de l’anglais à l’espagnol17; d’identification des visages et des émotions18, ainsi que des objets19; d’écriture d’articles de sport20 et de chansons21; d’apprentissage des liens entre des entités22; d’optimisation des designs (mieux que les humains)23 et d’assistance personnelle24. En parallèle, l’Internet des objets25 permet des avancées prodigieuses dans les domaines des capteurs, de la vidéo, de l’information de position, du réseautage et de l’infonuagique. Dans les 15 prochaines années, l’IA et les réseaux de capteurs seront intégrés aux processus opérationnels comme outils de commerce de base, grâce à des investissements de 58 milliards de dollars prévus par les pays de l’Asie-Pacifique d’ici 202026. Selon les prévisions, les nouvelles applications de technologies Web d’entreprise pourraient représenter 22 % de la croissance de la productivité de la Chine d’ici 2025, et une hausse potentielle de 240 milliards de dollars de son PIB27. Si l’on ajoute les avancées de l’automatisation et de l’impression 3D, l’Asie a tous les atouts en main pour tirer profit de ces tendances et faire basculer le paradigme économique actuel.

Désagrégation des emplois

Le désagrégation des emplois transformera radicalement l’économie mondiale des services et précipitera la convergence des taux de salaire mondiaux, à l’avantage de l’Asie. Le monde du travail a déjà franchi la première étape de la désagrégation des emplois (la perspective d’une longue carrière et d’un emploi à temps plein est peu à peu supplantée par la réalité des emplois à temps partiel et contractuels). Dans les 15 prochaines années à l’échelle mondiale, les emplois et les contrats seront eux-mêmes dégroupés. Nous assisterons ainsi à la naissance d’une économie fondée sur le travail à la pige et les projets (desservie par des entreprises comme eLance.com(link is external)), et même sur les tâches (des fournisseurs de services comme Fiverr.com(link is external) et Amazon Mechanical Turk(link is external) décomposeront les tâches par segments de 5 $, voire 0,05 $ (figure 3)). L’Asie est déjà un leader en matière de services dégroupés, avec cinq pays parmi les dix premiers28 sur la liste eLance des principaux pays offrant des services à la pige. On prévoit que ce secteur atteindra les cinq milliards de dollars en 201529 et que dès 2020 dans certains pays, dont les États-Unis, la moitié des travailleurs à temps plein seront des pigistes30. Étant donné le net avantage de l’Asie sur l’Occident sur le plan des salaires31, un mouvement mondial vers le bas dans la courbe de la désagrégation favorisera les travailleurs asiatiques et provoquera probablement une convergence des salaires à l’échelle mondiale.

Figure 3 – Écosystème du désagrégation

Écosystème du désagrégation

Cette figure s’intitule « Écosystème de la désagrégation : évolution du monde du travail »; elle montre le passage du travail plus traditionnel vers le travail désagrégé. La liste passe du traditionnel vers le désagrégé. On peut lire, du haut en bas : carrière; emploi à temps plein, emploi à temps partiel; emploi contractuel; projet (moyenne 200 $); tâche (médiane 5 $); microtâche (médiane 0,05 $); tâche hybride (humain + IA) et automatisation complète.

Capsule visionnaire : « Fédération nord-américaine des technologies de l’information », Wikipédia, 8 juillet 2029, Web. 
Consulté le 4 mai 2030.

Résumé

La Fédération nord-américaine des technologies de l’information (FNATI) a été créée en 2026, en réaction à l’effondrement des coûts des services de TI haut de gamme dans les marchés occidentaux provoqué par la forte concurrence de l’Inde et de la Chine. Au cours de la décennie, nous avions déjà vu Cortana for Business de Microsoft et Now+ de Google abolir une grande partie des postes de soutien à la clientèle et technique pour les remplacer par l’IA évolutive. Devant l’inévitable, les sous-traitants asiatiques du domaine des TI avaient déjà commencé à tirer profit des niveaux d’éducation en hausse en Asie pour grimper dans la chaîne de valeur des services. La concurrence était féroce et, fouettés par la chute des salaires et la hausse rapide du chômage, des programmeurs, des ingénieurs, des spécialistes des données et des analystes en sécurité nord-américains sont venus grossir les rangs de la FNATI. Bien nantie et forte d’un effectif très convaincant, la FNATI a obtenu gain de cause après avoir pressé les autorités du Canada et des États-Unis d’exiger des niveaux de scolarité minimaux et des vérifications rigoureuses des antécédents, sous couvert de la nécessité de garantir la sécurité des données. Les réactions n’ont pas tardé. Les ventes de l’armée américaine à l’Inde ont chuté dès l’année suivante, alors que les ventes de potasse et de porc canadiens à la Chine ont pour ainsi dire été réduites à néant. Qui plus est, le comité consultatif panasiatique a rejeté du revers de la main les appels du Canada en vue de l’harmonisation des normes de télémédecine. Ce fut le début d’un litige économique de trois ans, communément surnommé dans les médias la Guerre du commerce des services.

Sur le même sujet :

Essor des services virtuels en Asie

Alors que le secteur asiatique de la fabrication continuera d’évoluer, l’activité croissante de l’Asie dans le secteur mondial des services pourrait transformer radicalement la prestation de services virtuels. Dans le passé, les activités de fabrication à faible coût ont constitué un passage obligé de la croissance économique en Asie32, car elles facilitaient la transition d’une main-d’œuvre agraire pauvre vers des emplois urbains de la classe moyenne. La progression de l’automatisation et des technologies d’impression 3D fait cependant perdre du terrain au secteur de la fabrication comme centre de l’économie asiatique, qui se voit forcée d’explorer le secteur des services comme nouveau vecteur de croissance de l’emploi et des revenus33. L’économie des services représente actuellement 62,5 % du PIB indien34, et 90 % de l’économie de Hong Kong repose sur ce secteur35, ce qui démontre la faisabilité de cette approche, même avec les technologies numériques limitées du début du XXIe siècle. Heureusement, cette transition sera grandement facilitée par des outils technologiques évolués tels que les technologies de téléprésence36 et de réalité augmentée, ainsi que par la tendance à la désagrégation des emplois. En dépit de la croissance économique, près de la moitié de la main-d’œuvre chinoise37 et plus de la moitié de la main-d’œuvre indienne38 travaillent toujours dans le secteur agraire. Dans un contexte de croissance et d’urbanisation continue, ces économies et les plus petites économies émergentes devront être compétitives sur le futur marché mondial des services allant des simples recherches sur le Web aux activités de bureau courantes (programmation, génie, comptabilité39, en passant par les services de santé complexes40).

L’économie collaborative

Le capitalisme tel qu’on le connaît est appelé à changer. Certes, les entreprises continueront de lancer de nouvelles idées et le commerce restera le moteur de l’économie mondiale. Les paramètres comme la nature de ce qui est vendu, à qui, par qui et par quels moyens pourraient toutefois changer sous l’influence de nouveaux mécanismes de consommation et de nouvelles valeurs.

Désagrégation de la propriété

La progression de l’économie collaborative et la désagrégation de la propriété en Asie risquent de perturber fortement les régimes gouvernementaux de réglementation et de taxation, ainsi que les modèles commerciaux traditionnels axés sur le profit. La désagrégation de la propriété reflète deux grandes forces qui influent sur les modèles traditionnels : la transition vers l’économie du partage (ou collaborative) et le mouvement en faveur des sources ouvertes. La longue tradition de troc sur laquelle reposent les économies asiatiques a favorisé une adhésion rapide à l’économie du partage41, aidée notamment par les médias sociaux. Ce modèle gagne du terrain partout en Asie et dans le monde, comme en fait foi l’investissement récent de 18 millions de dollars américains dans le service de covoiturage coréen Socar42. De plus en plus de consommateurs souhaitent échanger des ressources directement entre eux, à tel point que les échanges de biens devraient leur avoir procuré des gains de plus de 3,5 milliards de dollars en 2014, avec une croissance annuelle dépassant les 25 %43.

À plusieurs égards, cette tendance profite de l’expansion progressive des logiciels libres, dont le code source est généralement développé par un seul auteur qui le rend accessible gratuitement pour être utilisé et modifié, puis redistribué gratuitement une fois mis à jour. On constate déjà les effets perturbateurs de ces pratiques sur le marché. Par exemple, des versions du logiciel d’exploitation Linux ont détrôné Microsoft Windows dans 67,2 % des serveurs Web dans le monde44, et 84,4 % des téléphones intelligents fonctionnent sur Android45 (les proportions sont encore plus élevées en Asie). L’arrivée de Napster a imposé à l’industrie musicale un modèle essentiellement numérique, qui génère des marges de profit négligeables, voire inexistantes. Plus récemment, BitTorrent a transposé ce concept dans les domaines de la vidéo et du logiciel, mais doit maintenant faire face à la concurrence de Xunlei en Asie46. Dans les 15 prochaines années, la désagrégation de la propriété gagnera d’autres domaines, par l’entremise notamment d’opérations d’échange, de vente et de production de gabarits d’impression 3D(link is external), ou de forums sur la biologie synthétique comme le concours international de mécanismes génétiquement modifiés (International Genetically Engineered Machine – iGEM)47, une manifestation d’envergure mondiale de développement de systèmes biologiques simples à partir d’éléments standards et interchangeables, les biobriques48. En 2014, les 82 équipes asiatiques présentes49 représentaient le tiers des concurrents. Ces forces évoluent rapidement et bouleversent les modèles commerciaux traditionnels, qui ont souvent peine à s’adapter, au même titre que la réglementation et les politiques fiscales publiques.

PI, innovation frugale et commerce

La tendance de l’Asie à rejeter les ententes courantes en matière de propriété intellectuelle et l’adoption généralisée du modèle d’innovation frugale pourraient bousculer les accords commerciaux, les lois sur la PI, les institutions et les industries traditionnelles à forte marge. Les régimes occidentaux de protection de la propriété intellectuelle (PI) ne sont pas forcément adaptés aux pays asiatiques ou attrayants pour eux50. Les politiques commerciales en vigueur en Occident visent à établir des mécanismes de règlement des différends entre les États et les investisseurs et à renforcer la protection de la PI. Toutefois, les grandes puissances asiatiques ne partagent pas forcément ces ambitions, comme nous l’ont démontré l’Inde et la Chine dans la défense qu’elles ont présentée à l’Organisation mondiale du commerce concernant leur production nationale de médicaments génériques51, ou le rejet par la Cour suprême de l’Inde de la requête de Novartis concernant la protection de son brevet sur le Gleevec52. Renforçant cette tendance, les échanges entre les pays asiatiques sont en forte hausse depuis une dizaine d’années, favorisés notamment par un nombre grandissant d’accords commerciaux bilatéraux qui s’entrecoupent et qui risquent d’affaiblir davantage l’intérêt de l’Asie à l’égard des accords restrictifs sur la PI avec l’Occident.

Innovation frugale 

Dans un contexte d’évolution continue des économies asiatiques, les demandes des consommateurs obligeront les entreprises à adopter de plus en plus des processus d’innovation frugale (se reporter à l’encadré)53. Alors que des leaders technologiques comme Apple et Samsung ont fait des pieds et des mains pour s’imposer sur le marché mondial du téléphone intelligent haut de gamme, de nouveaux concurrents sont entrés dans la course dans les pays asiatiques en développement. Adepte de l’innovation frugale, l’entreprise chinoise Xiaomi s’est hissée parmi les premiers fournisseurs de téléphones intelligents en Inde et en Asie54, et de nombreux fournisseurs indiens ont lancé leurs propres téléphones intelligents issus de l’innovation frugale sur le marché indien. Ces concurrents indiens font des incursions dans le marché local des produits à faible coût, mais tout comme Xiaomi, ils lorgnent les circuits de distribution internationaux55. Ces entreprises gagnent des parts de marché en jetant leur dévolu sur des consommateurs négligés56, notamment ceux de la classe des consommateurs émergents, dans l’espoir que les volumes de vente compenseront les marges de profit extrêmement étroites57. Si les entreprises optent pour des processus d’innovation frugale, tous les échelons de la société seront touchés, puisque de nombreux produits seront tout aussi attrayants pour les consommateurs de la classe moyenne de l’Asie que de l’Occident, au détriment de plusieurs industries et modèles commerciaux traditionnels. Ce phénomène pourrait renforcer la résistance aux accords commerciaux avec l’Occident préconisant une forte protection des droits de PI, car les pays asiatiques pourraient préférer les avantages de l’innovation et de l’abordabilité caractéristiques d’un régime peu contraignant en matière de PI et à faible marge de profit.

Enfin, étant donné que la numérisation de l’économie permet d’échanger des services à l’intérieur d’une chaîne de valeur numérique mondiale qui échappe à la surveillance et au contrôle des États, plusieurs mécanismes d’intervention dans l’économie seront difficiles à mettre en œuvre et deviendront désuets, y compris ceux qui concernent les échanges et les investissements, la fiscalité, la réglementation, les garanties antitrust et la protection des renseignements personnels, ce qui modifiera les conditions de la libéralisation des échanges.

Innovation frugale: Processus visant à mettre au point de nouveaux modèles d’affaires, à reconfigurer les chaînes de valeur et à reconcevoir les produits afin de servir les utilisateurs qui font face à des contraintes financières extrêmes, de manière extensible et durable. Elle consiste à surmonter ou à combler les lacunes institutionnelles et les contraintes en matière de ressources afin de créer des marchés plus inclusifs. Visionner la vidéo : Rise of the Frugal Economy.(link is external)(link is external) (en anglais seulement)

La société indienne Tata Motors fabrique la voiture Nano, vendue 3 000 $ US environ au détail.

La tablette Aakash, destinée au marché indien, se vend pour aussi peu que 55 $ US.

Défis économiques

L’adoption rapide de nouvelles technologies numériques et l’émergence d’une économie numérique en Asie sont susceptibles de provoquer de longues périodes de dérèglement économique, voire de déflation.

Divers facteurs pourraient concourir au déclin économique et à des pressions déflationnistes en Asie, y compris la montée en flèche du continent comme puissance économique et sa transition rapide vers une économie numérique, la désagrégation croissante de la propriété, les répercussions de l’IA, de l’automatisation et de la désagrégation des emplois, ainsi qu’un environnement caractérisé par la faible protection des droits de PI et les faibles marges. Bien que les prix moins élevés puissent sembler attrayants pour les consommateurs et compenser en partie certaines conséquences défavorables sur l’économie, la chute des prix départusine inquiète de plus en plus les économistes asiatiques. La déflation touche 82 % des articles composant le panier des prix à la production en Chine, 90 % en Thaïlande et 97 % à Singapour58.  La déflation durable est contre-productive dans un modèle économique fondé sur une hypothèse de croissance continue, et elle pourrait donner lieu à diverses boucles de rétroaction positive menant tout droit à une spirale récessionniste alimentée par le recul de la demande et des emplois. L’ampleur et la durée d’une éventuelle période de déclin seraient probablement inégales d’une région à l’autre à travers le monde et à travers l’Asie, ce qui risquerait d’exacerber les inégalités au sein de la communauté économique mondiale.

Figure 4 – Défis Économiques – Cycle Déflationniste potentiel et réactions

Défis Économiques – Cycle Déflationniste potentiel et réactions

La figure 4 présente les interactions potentielles entre l’innovation technologique, les salaires et les prix. Cette image est une carte de système constituée de zones de texte en vert et en pourpre correspondant à divers éléments et qui montre la relation qui existe entre eux. La légende au bas de l’image attribue les zones de texte en vert au cycle déflationniste, tandis que les zones de texte en pourpre correspondent à Bénéfice faible et innovation. La carte de système commence au centre avec le cycle déflationniste et suit le sens horaire avec les 6 éléments suivants : 1) baisse des prix des biens et des services; 2) réduction des liquidités des entreprises; 3) baisse de la production (mises à pied, gel de l’embauche); 4) hausse du chômage intérieur et recule des salaires; 5) recule des dépenses en biens et services; et 6) offre excédentaire de biens et de services. Tous ces éléments sont reliés, dans le sens horaire, par une flèche jaune. La partie externe de la carte de système est constituée des 8 éléments suivants ayant trait à Bénéfice faible et innovation : 1) émergence de producteurs à loyer modéré; 2) remplacement de la main-d’œuvre intérieure par une main-d’œuvre virtuelle à faible coût; 3) remplacement de la main-d’œuvre par des immobilisations (robots, IA); 4) hausse de la productivité grâce à l’IA et aux robots; 5) hausse de la main-d’œuvre virtuelle; 6) pression pour réduire le coût de la vie (loyer modéré); 7) économie du partage; et 8) biens à faire soi-même. Hausse du chômage intérieur et recul des salaires est relié à Pression pour réduire le coût de la vie (loyer modéré), lequel est relié à Économie du partage, Biens à faire soi-même, et Émergence de producteurs à loyer modéré est relié à Baisse des prix des biens et des services. Hausse du chômage intérieur et recul des salaires est aussi relié à Hausse de la main-d’œuvre virtuelle, lequel est relié à Remplacement de la main-d’œuvre intérieure par une main-d’œuvre virtuelle à faible coût. Remplacement de la main-d’œuvre par des immobilisations est relié à Robots et intelligence artificielle, qui est relié à Baisse de la production. Réduction des liquidités des entreprises est relié à Remplacement de la main-d’œuvre intérieure par une main-d’œuvre virtuelle à faible coût et à Remplacement de la main-d’œuvre par des immobilisations.

Défis et opportunités stratégiques pour le Canada

Les changements rapides que pourrait connaître l’Asie dans les 10 à 15 prochaines années poseront toutes sortes de défis pour le Canada, mais lui offriront également tout un éventail d’opportunités. La section qui suit met en lumière des opportunités et des défis qui pourraient s’avérer aussi inattendus que surprenants.

Un nouveau centre économique

L’avènement de l’Asie comme nouveau pivot de l’économie mondiale obligera le Canada à se détourner encore plus du marché américain pour tirer profit de la croissance asiatique. Dans le domaine des échanges de biens et de ressources, il importera surtout d’obtenir l’accès à de nouveaux marchés. Cependant le domaine potentiellement beaucoup plus lucratif des services59 exigera probablement un recadrage considérable et des changements internes importants en ce qui a trait à l’engagement, aux mentalités et aux partenariats. Par ailleurs, les puissances asiatiques montantes exerceront une domination croissante sur l’économie mondiale. La croissance soutenue de l’Asie et sa récupération du titre de pivot de l’économie mondiale, qui a été le sien pendant une bonne partie de l’histoire du monde, bouleverseront l’univers dans lequel le Canada a l’habitude d’évoluer. À l’instar d’autres pays, le Canada devra recentrer son attention sur ses partenaires asiatiques60 et leurs consommateurs, et tout particulièrement sur ceux de l’Inde en pleine explosion. Une autre avenue consistera à recourir à des partenaires actuels pour échanger indirectement avec l’Asie. Tout cela aura des incidences très larges sur les institutions internationales, les rapports de force économiques, de même que sur les relations entre les entreprises et les États.

Infrastructure numérique 3.0

Le Canada doit se préparer à exploiter l’infrastructure numérique de nouvelle génération, qui sera l’autoroute du XXIe siècle. En 2014, les tarifs et les vitesses Internet au Canada se trouvaient dans la moyenne par rapport au reste du monde. Il s’agit d’un défi de taille, car les réseaux à large bande et sans fil sont appelés à devenir des services de base sans lesquels aucun échange commercial ne sera possible, et notamment la téléprésence. La rapidité d’accès et les bas tarifs sont toutefois loin d’être seuls en cause pour juger du rendement d’une infrastructure numérique. L’Internet des objets et les réseaux de capteurs omniprésents, ainsi que les flux de renseignements publics et privés qu’ils transmettent, changeront radicalement les interactions entre les consommateurs, les entreprises et les gouvernements, et redéfiniront notre conception des méga données. L’évolution et la croissance de cette nouvelle infrastructure numérique seront déterminantes pour assurer la sécurité et la confidentialité des transactions en ligne, et pour soutenir la prestation de services gouvernementaux au Canada. Si l’approche axée sur le marché a relativement bien fonctionné pour la première transition du Canada vers une infrastructure numérique, elle contraste avec celle de nombreux pays asiatiques où le gouvernement est le maître d’œuvre, et elle pourrait s’avérer insuffisante pour combler nos besoins grandissants en matière d’infrastructures et positionner le Canada comme un concurrent sérieux sur le marché numérique mondial en pleine expansion.

Perturbation du marché du travail canadien

La technologie (automatisation, impression 3D, IA), la désagrégation des emplois et la nouvelle économie des services virtuels constituent une triple menace pour le marché canadien du travail. L’automatisation et l’impression 3D offrent une occasion de rapatrier des activités de fabrication au Canada. Par contre, ces technologies exigent souvent moins d’employés que les techniques de fabrication traditionnelles et risquent même de perturber le marché actuel de l’emploi au Canada. L’IA et la progression des services virtuels en Asie continueront d’empiéter sur les emplois de cols blancs et les professions brevetées en Occident, et pourraient même ouvrir des opportunités en matière de prestation de conseils et de supervision par téléprésence dans des secteurs qui traditionnellement ne se prêtaient pas à la délocalisation outre-mer (tels les soins de santé). Par ailleurs, le phénomène de la désagrégation des emplois pourrait déborder le continent asiatique. Bien que les tarifs par projet et par tâche puissent de prime abord rebuter les travailleurs canadiens, le volume de l’offre de travail et le chômage en hausse pourraient éventuellement les inciter à participer dans l’industrie du travail désagrégé. La combinaison de ces facteurs pourrait faire atteindre de nouveaux sommets aux taux de Canadiens sans emploi ou sous-employés, ou relativement sous-payés, et entraîner des pressions sur les programmes sociaux et les régimes d’assurance-emploi et de retraite. Le graphique de la figure 5, fondé sur des chiffres américains, illustre la hausse soutenue des taux de population non active et présente des projections faibles et fortes jusqu’en 2030.

Figure 5 – Taux de la population inactive de 25 à 54 ans

Taux de la population inactive de 25 à 54 ans

Ce graphique linéaire est intitulé « Projection de populations non actives » et est sous-titré « Taux de la population inactive de 25 à 54 ans : Source de données historiques : Bureau of Labour Statistics). Il illustre la hausse soutenue des taux de population inactive et présente des projections faibles et fortes jusqu’en 2030. L’axe des x représente le taux et varie de 0 % à 45 % par intervalles de 5. Les hommes sont représentés par une ligne bleue, et les femmes, par une ligne rouge. La projection faible pour les hommes entre 2020 et 2030 devrait passer de 16 % à 27 %, et est représentée par une ligne tiretée bleue. La projection forte pour les hommes entre 2020 et 2030 devrait passer de 16 % à 37 %, et est représentée par une ligne pointillée bleue. La projection faible pour les femmes entre 2020 et 2030 devrait passer de 30 % à 34 %, et est représentée par une ligne tiretée rouge. La projection forte pour les femmes entre 2020 et 2030 devrait passer de 30 % à 43 %, et est représentée par une ligne pointillée rouge.

Pressions fiscales

Les perturbations du marché du travail et l’économie du partage pourraient ébranler la capacité des gouvernements à redistribuer la richesse dans le cadre des régimes fiscaux en place. L’approche fiscale traditionnelle du Canada est menacée sur trois fronts. La croissance de l’IA, l’automatisation et la croissance des services virtuels en Asie contribuent à l’élimination ou au remplacement d’emplois au Canada et, en conséquence directe, à la réduction des revenus imposables au Canada. À l’inverse, la désagrégation  du travail et l’économie du partage pourraient contribuer à la création d’emplois, qui seraient toutefois moins payants que les postes comparables à temps plein ou beaucoup plus difficiles (voire impossibles) à surveiller et à imposer. Un autre facteur ajoute à la complexité du cadre fiscal : la mobilité inhérente aux nouvelles technologies numériques. Le concept de lieu perdra peu à peu son importance en matière de commerce dans un environnement où, par la magie des centres de données à distance, des téléconférences et de l’IA, les opérations pourront se faire ailleurs qu’à l’endroit où se trouvent les consommateurs. L’abolition des frontières conférera aux entreprises canadiennes la latitude nécessaire pour déménager leurs activités afin d’échapper à une réglementation trop contraignante ou à des politiques trop agressives d’imposition des entreprises.

Dilemmes en matière commerciale

Dans un contexte où l’Asie et le monde accroissent leurs échanges numériques, il faut remettre en cause l’efficacité de l’approche traditionnelle des politiques commerciales. Un tout nouveau monde d’échange de biens et de services numériques connaît une croissance fulgurante. McKinsey estime que le volume des échanges transfrontaliers en ligne augmentera de huit fois d’ici 202561, avec l’Asie en tête de peloton62. Nous commençons tout juste à entrevoir les répercussions que pourrait avoir la numérisation du commerce. Pour les grandes entreprises, la numérisation des échanges est porteuse d’efficacité, et elle leur permet d’abaisser les coûts d’exploitation tout en optimisant leurs stratégies fiscales. Elle constitue toutefois une véritable révolution pour les entrepreneurs individuels et les petites et moyennes entreprises, qui ont désormais accès à des marchés mondiaux gigantesques. « Les plateformes Internet donnent de formidables moyens aux micromultinationales pour trouver des clients, des fournisseurs, du financement et des talents partout dans le monde, à moindre coût. Les plateformes numériques peuvent réduire les coûts d’exportation de 83 % par rapport aux canaux traditionnels63. » Le commerce électronique des biens et des services s’accroîtra et évoluera probablement de concert avec les avancées en matière d’intelligence artificielle, d’analyse des données, de capteurs et de l’Internet des objets, et il faut s’attendre à ce que les services numériques internationaux soient omniprésents dans nos vies et nos maisons. Bref, le monde entre dans une nouvelle ère d’opportunités énormes et d’intense compétition. Les gouvernements seront confrontés au défi de surveiller, de réguler et de faire appliquer des normes dans les domaines de la finance, du travail, de la santé et de la sécurité, dans une économie numérique en évolution rapide. Les mécanismes traditionnels de protection des échanges et les accords de libéralisation pourraient perdre de leur pertinence dans un univers où une partie croissante des échanges mondiaux échappe à la surveillance et au contrôle des États. Les contrôles en matière d’investissements, les régimes fiscaux, la réglementation, ainsi que les protections antitrust et de la vie privée pourraient aussi être touchés. Le Canada a réussi à construire des ports et à éliminer des tarifs afin de prospérer dans l’ancien modèle commercial, mais il doit maintenant songer à se préparer à la nouvelle ère du commerce numérique64.

Pressions liées aux leviers stratégiques

Dans le passé, le gouvernement a pu compter sur des leviers stratégiques bien définis, mais les contraintes inhérentes aux changements structuraux de l’économie risquent de changer la donne. Notamment, les contraintes fiscales évoquées précédemment pourraient limiter la capacité de dépenser du gouvernement alors que la demande sera en hausse. L’aide et les services gouvernementaux pourraient être plus sollicités que jamais en raison, notamment, des taux de chômage plus élevés, de la restructuration de secteurs entiers de l’économie, des périodes de déflation, du vieillissement de la population et, partant, des coûts croissants du système de santé. Un segment de plus en plus grand de la population, sans cesse plus marginalisé et défavorisé, pourrait solliciter l’aide de gouvernements de moins en moins bien outillés pour atteindre leurs objectifs. La figure 6 illustre le lien et la convergence entre la demande en hausse pour les services publics et la décroissance des revenus. Il est toutefois impossible de représenter deux éléments clés : la rapidité et l’ampleur de ces conséquences. Les gouvernements pourraient donc devoir chercher de nouvelles méthodes pour atteindre leurs objectifs sociétaux.

Figure 6 – Systèmes de défis économiques

Systèmes de défis économiques

Il s’agit d’un diagramme des systèmes de défis économiques. Il contient des éléments dans les trois secteurs suivants : 1) cycle déflationniste; 2) loyer modéré et innovation; and 3) revenus. Les éléments suivants font partie de Cycle déflationniste : baisse des prix biens et services; reduction des liquidités des sociétés; baisse de la production (mises à pied, gel de l’embauche); hausse des taux de chômage intérieurs et recul des salaires; recul des dépenses en biens et services; offre exédentaire de biens et services; increase in domestic unemployment and wages decline. Les éléments suivants font partie de Loyer modéré et innovation : emergence de producteurs à loyer modéré; remplacement main-d’oeuvre intérieure par main-d’oeuvre virtuelle à faible coût; remplacement main-d’oeuvre par immobilisations (robots, IA); hausse productivité par IA et robots; hausse main-d’oeuvre virtuelle; pression pour réduire le coût de la vie (loyer modéré); économie du partage ; et à faire soi-même. Les éléments suivants font partie de Défis économiques : hausse de la demande d’AE et de recyclage professionnel; baisse des produits de l’impôt sur le revenu; baisse des produits de l’impôt des societies; baisse des produits de la TVA; baisse des revenus du gouvernement; ici resident le dragons; hausse de la demande de services gouvernementaux; coût des soins de santé (pression démographique); et vague de departs à la retraite. En résumé, un segment de plus en plus grand de la population, sans cesse plus marginalisé et défavorisé, pourrait solliciter l’aide de gouvernements de moins en moins bien outillés pour atteindre leurs objectifs. Cette figure illustre le lien et la convergence entre la demande en hausse pour les services publics et la décroissance des revenus. Il est toutefois impossible de représenter deux éléments clés : la rapidité et l’ampleur de ces conséquences. Les gouvernements pourraient donc devoir chercher de nouvelles méthodes pour atteindre leurs objectifs sociétaux.

Notes

1 M. Bird. 2014. China Just Overtook The US As The World’s Largest Economy. Accès : http://www.businessinsider.com/china-overtakes-us-as-worlds-largest-economy-2014-10(link is external)(link is external)

2 The Economist. 2014. Catching the Eagle. Accès : http://www.economist.com/blogs/graphicdetail/2014/08/chinese-and-american-gdp-forecasts(link is external)(link is external)

3 PwC Economics. 2013. World in 2050 The BRICs and beyond: prospects, challenges and opportunities. Accès : http://www.pwc.com/gx/en/issues/the-economy/the-world-in-2050.jhtml(link is external)(link is external)

4 Citi Private Bank. 2012. The Wealth Report 2012. Accès : https://www.privatebank.citibank.com/pdf/wealthReport2012_lowRes.pdf(link is external)(link is external)

5 McKinsey Global Institute. 2012. The archipelago economy: Unleashing Indonesia’s potential. Accès : http://www.mckinsey.com/insights/asia-pacific/the_archipelago_economy(link is external)(link is external)

6 AG Reporter, Arabian Gazette. 2014. Philippines to become trillion dollar economy by 2030. Accès : http://www.pacifichub.net/news-articles/philippines-to-become-trillion-dollar-economy-by-2030(link is external)(link is external)

7https://www.sc.com/BeyondBorders/waiting-wings-asias-next-tata-alibaba/(link is external)(link is external)

8https://www.youtube.com/watch?v=y3WjLdDaDqU(link is external)(link is external)

9 D. Pilling. 2015. Corporate China not yet ready to rule the world. Accès : http://www.ft.com/intl/cms/s/0/6a89acf6-ac58-11e4-9d32-00144feab7de.html#axzz3RSaYfuUw(link is external)(link is external)

10 Y. Ong. 2014. The Ten Most Innovative Companies in Asia 2014. Accès : http://www.forbes.com/sites/yunitaong/2014/08/20/the-most-innovative-companies-in-asia-2014/(link is external)(link is external)

11 M. Neal. 2014. South Korea’s Internet Is About to Be 50 Times Faster Than Yours. Accès : http://motherboard.vice.com/blog/south-koreas-internet-is-about-to-be-50-times-faster-than-yours(link is external)(link is external)

12 OCDE. 2014. Portail de l’OCDE sur le haut débit. Accès : http://www.oecd.org/fr/internet/hautdebit/portaildelocdesurlehautdebit.htm(link is external)(link is external)

13 MacRumours. 2014. Foxconn Robots Proving Unsuitable for iPhone Assembly, Updated Versions in the Works. Accès : http://www.macrumors.com/2014/12/05/foxconn-robots-iphone-assembly/(link is external)(link is external)

14 Bastian Robotics. 2014. Robotics by the Numbers. Accès : http://www.bastiansolutions.com/blog/wp-content/uploads/2014/12/robots-by-the-numbers.jpg(link is external)(link is external)

15 A. Young. 2014. China Now Has 30 Industrial Robot Factories, Could Double Robot Population By 2017. Accès : http://www.ibtimes.com/china-now-has-30-industrial-robot-factories-could-double-robot-population-2017-1713813(link is external)(link is external)

16 C. Holcombe. 2014. Owners looking at robots to replace workers prone to rioting. Accès : http://www.scmp.com/business/economy/article/1519789/owners-looking-robots-replace-workers-prone-rioting(link is external)(link is external)

17 P. Bright. 2014. Skype Translator is the most futuristic thing I’ve ever used. Accès : http://arstechnica.com/information-technology/2014/12/skype-translator-is-the-most-futuristic-thing-ive-ever-used/(link is external)(link is external)

18 L. Dormehl. 2014. How Machines Learned To Recognize Our Faces So Well—And What’s Next. Accès : http://www.fastcolabs.com/3032386/how-machines-learned-to-recognize-our-faces-so-well-and-whats-next(link is external)(link is external)

19 L. Clark. 2012. Google’s Artificial Brain Learns to Find Cat Videos. Accès : http://www.wired.com/2012/06/google-x-neural-network/(link is external)(link is external)

20 H. Hodson. 2014. AI knows a great sporting moment when it sees one. Accès : http://www.newscientist.com/article/mg22429982.000-ai-knows-a-great-sporting-moment-when-it-sees-one.html#.VJQ6tf-DA(link is external)(link is external)

21 W. Hochberg. 2014. When Robots Write Songs. Accès : http://www.theatlantic.com/entertainment/archive/2014/08/computers-that-compose/374916/(link is external)(link is external)

22 R. Hof. 2013. 10 Breakthrough Technologies 2013. Accès : http://www.technologyreview.com/featuredstory/513696/deep-learning/(link is external)(link is external)

23 Genetic Programming. 2014. The Annual « Humies » Awards – 2004-2014. Accès : http://www.genetic-programming.org/combined.php(link is external)(link is external)

24 R. Trenholm. 2014. Next generation of personal assistant takes a step towards ‘Her’-style super-Siri. Accès : http://www.cnet.com/news/next-generation-of-personal-assistant-takes-a-step-towards-her-style-super-siri/(link is external)(link is external)

25 M. Chui. 2010. The Internet of Things. Accès : http://www.mckinsey.com/insights/high_tech_telecoms_internet/the_internet_of_things(link is external)(link is external)

26 D. Jeremiah, et coll. 2014. Rapid growth of connected devices expected to drive adoption of Internet of Things (IoT) in Asia Pacific. Accès : http://www.frost.com/prod/servlet/press-release.pag?docid=291420110(link is external)(link is external)

27 J. Woetzel. 2014. China’s digital transformation. Accès : http://www.mckinsey.com/insights/high_tech_telecoms_internet/chinas_digital_transformation?cid=other-eml-nsl-mip-mck-oth-1408(link is external)(link is external)

28 Elance. 2013. Global Online Employment Report. Accès : https://www.elance.com/q/node/1578?mpid=cj_10777892_4003003(link is external)(link is external)

29 P. Magdirila. 2013. Elance records 90% more jobs for Philippine freelancers this year. Accès : https://www.techinasia.com/elance-jobs-philippine-freelancers-trust-global-businesses/(link is external)(link is external)

30 Forbes. 2013. How An Exploding Freelance Economy Will Drive Change In 2014. Accès : http://www.forbes.com/sites/groupthink/2013/11/25/how-an-exploding-freelance-economy-will-drive-change-in-2014/(link is external)(link is external)

31 Wikipédia. 2015. List of countries by average wage. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/List_of_countries_by_average_wage(link is external)(link is external)

32 Banque asiatique de développement. 2013. Asia Cannot Bypass Manufacturing on Path to Prosperity – ADB Report. Accès : http://www.adb.org/news/asia-cannot-bypass-manufacturing-path-prosperity-adb-report(link is external)(link is external)

33 D. Park et K. Shin. 2012. The Service Sector in Asia: Is It an Engine of Growth? Accès : http://www10.iadb.org/intal/intalcdi/PE/2013/10825.pdf(link is external)(link is external)

34 Altius Directory. s.d. Indian Economy 2015. Accès : http://www.altiusdirectory.com/Business/indian-economy.php(link is external)(link is external)

35 Wikipédia. 2015. Economy of Hong Kong. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/Economy_of_Hong_Kong(link is external)(link is external)

36 P. Olsen. 2013. Rise Of The Telepresence Robots. Accès : http://www.forbes.com/sites/parmyolson/2013/06/27/rise-of-the-telepresence-robots/(link is external)(link is external)

37 Economy Watch. 2010. China Agriculture.

38 Wikipédia. 2015. Agriculture in India. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/Agriculture_in_India(link is external)(link is external).

39 A. Blinder. 2007. How Many U.S. Jobs Might Be Offshorable? Accès : http://www.princeton.edu/~blinder/papers/07ceps142.pdf(link is external)(link is external)

40 S. Biesdorf et F. Niedermann. 2014. Healthcare’s digital future. Accès : http://www.mckinsey.com/insights/health_systems_and_services/healthcares_digital_future(link is external)(link is external)

41 Wikipédia. 2015. Sharing economy. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/Sharing_economy(link is external)(link is external).

42 D. Tay. 2014. https://www.techinasia.com/socar-18m-investment-ride-sharing/(link is external)(link is external). Accès : https://www.techinasia.com/socar-18m-investment-ride-sharing/(link is external)(link is external).

43 T. Geron. 2013. Airbnb And The Unstoppable Rise Of The Share Economy. Accès : http://www.forbes.com/sites/tomiogeron/2013/01/23/airbnb-and-the-unstoppable-rise-of-the-share-economy/(link is external)(link is external).

44 W3 Techs. s.d. Usage of operating systems for websites. Accès : http://w3techs.com/technologies/overview/operating_system/all(link is external)(link is external).

45 IDC. 2015. Smartphone OS Market Share, Q3 2014. Accès : http://www.idc.com/prodserv/smartphone-os-market-share.jsp(link is external)(link is external).

46 Wikipédia. 2015. Xunlei. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/Xunlei(link is external)(link is external).

47 IGEM. s.d. Synthetic Biology Based on Standard Parts. Accès : http://igem.org/wiki/index.php?title=IGEM/Learn_About(link is external)(link is external).

48 Wikipédia. 2015. BioBrick. Accès : http://en.wikipedia.org/wiki/BioBrick(link is external)(link is external).

49 IGEM. 2014. Jamboree Results for iGEM 2014. Accès : http://igem.org/Results?year=2014&region=Asia&division=igem(link is external)(link is external).

50 A. Endeshaw. 2010. Intellectual Property in Asian Emerging Economies. Accès : http://www.ashgate.com/isbn/9780754674597(link is external)(link is external).

51 A. Sen. 2012. India, Brazil & China defend generic drugs at WTO. Accès : http://articles.economictimes.indiatimes.com/2012-06-25/news/32409062_1_counterfeit-medicines-fake-drugs-generic-drugs(link is external)(link is external).

52 L. Kilday. 2013. Global IP Reaction to India’s Rejection of the Novartis Drug Patent. Accès : http://www.ipwatchdog.com/2013/05/28/global-ip-reaction-to-indias-rejection-of-the-novartis-drug-patent/id=40778/(link is external)(link is external).

53 Y. Bhatti. 2011. « What is frugal innovation? Definition.» Frugal-Innovation.com. le 25  juillet. http://www.frugal-innovation.com/author/yasserbhatti/(link is external)(link is external)

NESTA (vidéo) « Rise of the Frugal Economy. » Accès : https://www.youtube.com/watch?v=NTZem7lCRww(link is external)(link is external)

Tata Motors: http://www.ibtimes.co.in/tata-nano-twist-active-spied-testing-again-expected-launch-price-feature-details-623077(link is external)(link is external)

Tablette d’Aakash :  http://www.akashtablet.com/(link is external)(link is external)

54 The Economist. 2015. « The Xiaomi Shock. » Accès : http://www.economist.com/news/business/21645217-chinas-booming-smartphone-market-has-spawned-genuine-innovator-xiaomi-shock?frsc=dg%7Ca(link is external)(link is external)

55 The Indian Express. 2014. « Xiaomi now third largest smartphone maker, Indian companies more dominant at home: Canalys. » Accès : http://indianexpress.com/article/technology/mobile-tabs/xiaomi-now-no-3-globally-indian-companies-becoming-more-dominant-at-home-canalys/(link is external)(link is external)

56 Rebecca Fannin. 2013. « Frugal Innovation Evolves in the the Next Phase of China’s Rise as Tech Economy. » Forbes. le 19 November. Accès : http://www.forbes.com/sites/rebeccafannin/2013/11/19/frugal-innovation-evolves-in-the-next-phase-of-chinas-rise-as-tech-economy/(link is external)(link is external)

57 J. Yarrow. 2015. « Apple is taking 93% of the profits in the smartphone insustray now. » Business Insider. Le 13 mars  2015. Accès : http://uk.businessinsider.com/apple-is-taking-93-of-the-profits-in-the-smartphone-industry-now-2015-2(link is external)(link is external)

58 A. Evans-Pritchard. 2014. Spreading deflation across East Asia threatens fresh debt crisis. Accès : http://www.telegraph.co.uk/finance/economics/11226558/Spreading-deflation-across-East-Asia-threatens-fresh-debt-crisis.html(link is external)(link is external).

59 The State Council The People’s Republic of China. 2015. Healthy growth for foreign trade figures(link is external)(link is external).

60 The Governor General of Canada. 2015. Keynote Address at Vancouver Board of Trade — The Next Spike: Innovation as the Key to Building a Smarter, More Caring Canada(link is external)(link is external).

61 J. Manyika et al., 2014. Global Flows in a Digital Age. McKinsey Global Institute(link is external)(link is external). Avril.

62 Y. Chen et al. 2015. China’s rising internet wave: wired companies(link is external)(link is external). McKinsey & Company. Janvier.

63 Commerce 3.0 for development: The promise of the Global Empowerment Network, eBay, 2013, ebayinc.com.

64 D. Goldfarb. 2011. Canada’s trade in a digital world(link is external)(link is external). Conference Board of Canada. Avril.

Mots-clés :
Policy Horizons | Horizons de politiques

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

  • 1

Vous aimeriez peut-être