TÉLÉCHARGEMENT EN COURS

Entrer les critères de recherche

L’avenir de l’Asie Rapports Travail complete

L’Avenir de l’Asie : Forces de changement et surprises potentielles – Rapport complémentaire

Partagez

La biofabrication a le potentiel de révolutionner la production

Sur cette page

De quoi s’agit-il?
Pourquoi est-ce important?
Références

De quoi s’agit-il?

Les organismes vivants génétiquement modifiés – levures, algues, virus ou bactéries – entrent de plus en plus dans la composition de substances nouvelles ou existantes tels que les produits pharmaceutiques, les plastiques, les carburants, les produits alimentaires et les thérapies géniques. C’est ce qu’on appelle la biofabrication, un nouveau mode de production qui consiste essentiellement à appliquer les principes du génie à la biologie. Tirant profit d’une culture robuste de développement de logiciels libres, la biofabrication fait intervenir des technologies existantes dans la conception et la création de nouveaux systèmes biologiques pour fabriquer des produits utiles ou aux fins utilitaires1  2  3  4.

Les intrants utilisés dans la biofabrication (la lumière du soleil, le dioxyde de carbone, l’azote, etc.) sont plus abondants et souvent moins coûteux que les intrants des procédés ou des produits concurrents (p.ex., les combustibles fossiles, les terres rares et les métaux rares). De plus, l’accessibilité et le faible prix des intrants stimulent l’arrivée de nouveaux joueurs sur le marché. Ainsi, des équipes d’écoles de niveau secondaire et tertiaire participent aux compétitions internationales de développement de nouveaux systèmes biologiques. La compétition International Genetically Engineered Machine (iGEM), créée pour promouvoir les outils d’ingénierie de la biologie attire des équipes du monde entier. Alors qu’aucune université asiatique n’était présente à l’édition 2006 de l’iGEM, l’Asie est maintenant en tête avec 68 équipes inscrites sur 2045. En Asie, c’est en Chine et au Japon que se fait la majorité des travaux de recherche en biologie synthétique, le domaine scientifique pivot de la biofabrication6.

Les entreprises qui affluent vers l’Asie sont attirées par les structures de coûts plus faibles et les centres de bio-innovation, mais aussi par la taille du marché potentiel. Le McKinsey Global Institute estime qu’en Inde, le marché pharmaceutique dépassera les 45 milliards de dollars en 20207. GE HealthCare a installé sa première plateforme flexible de biofabrication à Taiwan afin de satisfaire rapidement les besoins de soins de santé locaux et d’alimenter la chaîne d’approvisionnement mondiale8. Novartis vient aussi d’ouvrir une usine de fabrication de produits biopharmaceutiques à Singapour, sa première en Asie9. Les entreprises européennes et nord-américaines sont encouragées à externaliser leurs activités afin d’augmenter leur efficience. Jusqu’à tout récemment, les entreprises externalisaient leurs activités de validation et d’essais vers l’Asie, mais elles commencent maintenant à y implanter des installations de biofabrication10.

Pourquoi est-ce important?

L’émergence d’une classe moyenne et la croissance démographique risquent fort de provoquer des pénuries de ressources en Asie. Le continent devra aussi trouver des moyens de réduire la pollution. Ces deux facteurs stimuleront la recherche d’efficience en matière d’utilisation des ressources et de solutions renouvelables. La biofabrication permet de produire des biens à moindre empreinte écologique, car les ressources utilisées sont renouvelables. À court de terres arables, le secteur agricole pourrait aussi trouver une aide précieuse du côté de la biofabrication, dont on devrait tirer une partie croissante des biocarburants et certains produits alimentaires comme les épices, les édulcorants, etc.

En mettant la production locale à l’avant-plan, la substitution des procédés de biofabrication aux procédés traditionnels de production risque de bouleverser l’ordre mondial dans ce domaine et, en conséquence, les courants de mondialisation. L’Asie pourrait éventuellement perdre son statut de leader mondial du secteur de la fabrication. Un modèle économique mondial fondé sur les bioproduits, dans lequel les matières premières sont remplacées par des biomatériaux, ferait perdre leur avantage comparatif aux pays de l’Asie riches en matières premières et en terres arables, mais d’autres y gagneraient au change. Les pays où les exportations de ressources naturelles sont le moteur de la croissance devront chercher des marchés de remplacement ou exploiter d’autres atouts. L’avènement d’un modèle fondé sur la bioéconomie pourrait simplifier la gestion de la chaîne d’approvisionnement dans la région et contribuerait à combler les besoins de base de la population à coût relativement faible. Les décideurs politiques disposeraient alors d’une latitude accrue pour aiguiller leur économie sur de nouvelles voies.

Références

  1. S. Joyce, et coll. « Positioning Synthetic Biology to meet the challenges of the 21st Century », National Academies Press, 2013. http://www.nap.edu/catalog.php?record_id=13316(link is external)
  2. National Research Council of the U.S. National Academies. « New Biology for the 21st Century », National Academies Press, 2009. http://www.nap.edu/catalog.php?record_id=12764(link is external)
  3. Woodrow Wilson International Center for Scholars. Inventory of Synthetic Biology Products – Existing and Possible, juillet 2012. http://www.cbd.int/doc/emerging-issues/emergingissues-2013-07-WilsonCenter-SynbioApplicationsInventory-en.pdf(link is external)
  4. Denise Caruso. « Synthetic Biology. An Overview and Recommendations for Anticipating and Addressing Emerging Risks », Science Progress, novembre 2008. http://scienceprogress.org/2008/11/synthetic-biology/(link is external)
  5. International Genetically Engineered Machine (iGEM) Foundation. « Teams Registered for iGEM 2013 », site iGEM. http://igem.org/Team_List?year=2013http://igem.org/Team_List?year=2013(link is external)
  6. Woodrow Wilson International Center for Scholars. Tracking the Growth of Synthetic Biology: Findings for 2013, juillet 2013. http://www.cbd.int/doc/emerging-issues/emergingissues-2013-07-WilsonCenter-Synbio_Maps_Findings-en.pdf(link is external)
  7. « McKinsey: India Pharma to Touch $45 bn in 2020 », BioSpectrum, juin 2013. http://www.biospectrumasia.com/biospectrum/analysis/190822/mckinsey-india-pharma-touch-usd45-bn-2020#sthash.fBBR5O2r.dpuf(link is external)
  8. « GE Installs Biomanufacturing Platform in Taiwan », BioSpectrum, décembre 2013. http://www.biospectrumasia.com/biospectrum/news/202623/ge-installs-biomanufacturing-platform-taiwan#sthash.PJExAYlp.dpuf(link is external)
  9. « Novartis Opens First Biomanufacturing Facility in Asia », GEN: Genetic Engineering and Biotechnology News, février 2013. http://www.genengnews.com/gen-news-highlights/novartis-opens-first-biomanufacturing-facility-in-asia/81247956/(link is external)
  10. E. Langer. « Global Changes in Biomanufacturing: A Retrospective Analysis of CMO Trends », Contract Pharma, avril 2013. http://www.contractpharma.com/issues/2013-04/view_features/global-changes-in-biomanufacturing/
Mots-clés :
Policy Horizons | Horizons de politiques

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

  • 1

Vous aimeriez peut-être