TÉLÉCHARGEMENT EN COURS

Entrer les critères de recherche

L’avenir de l’Asie Rapports Travail complete

L’Avenir de l’Asie : Forces de changement et surprises potentielles – Rapport complémentaire

Partagez

La lutte contre la corruption

Sur cette page

De quoi s’agit-il?
Pourquoi est-ce important?
Références

De quoi s’agit-il?

Un pays qui obtient moins de 50 sur l’index des perceptions de la corruption de Transparency International est réputé avoir des institutions hautement corrompues. En 2013, la Malaisie, le Bhoutan et Brunei sont les seuls pays asiatiques en développement à avoir obtenu plus de 50. L’Indonésie (avec une note de 32), malgré des progrès certains, a une très longue pente à remonter au chapitre de la réforme de ses institutions publiques1. En plus de porter atteinte au principe de la primauté du droit, la corruption d’un gouvernement augmente le coût des services pour le grand public, réduit la probabilité que l’État agisse dans l’intérêt de la population et met en péril l’apport d’aide internationale2  3.

Plusieurs gouvernements asiatiques ont pris des mesures pour réprimer la corruption et surveillent de très près les succès de la Commission indonésienne pour l’éradication de la corruption (KPK)4. Constituée en 2002 en réponse à la grogne populaire suscitée par la corruption de la précédente administration Suharto, la KPK a reçu des pouvoirs très vastes en matière de poursuites criminelles, de prévention du crime et d’enquête. La KPK peut intenter des poursuites contre tous les fonctionnaires, y compris les députés et les juges, à l’exception des militaires. Ses succès s’expliquent par divers facteurs, dont la non-ingérence politique. Les enquêteurs et les procureurs travaillent de concert, et la KPK prend soin d’établir si les arguments tiennent la route avant d’instituer une poursuite. Cette façon de faire lui a permis d’avoir gain de cause dans toutes les poursuites engagées, et tous les jugements portés en appel ont été maintenus par le tribunal anticorruption. La KPK est l’un des milieux de travail les plus convoités en Indonésie et elle a engendré une volonté de bien faire au sein de la population.

Préoccupée par les accusations de corruption portées contre certains hauts fonctionnaires en 2013, la Chine a emboîté le pas et s’affaire à renforcer son régime de lutte à la corruption et ses processus d’enquête. La résolution présentée à la troisième plénière du 18e Congrès du Parti communiste chinois énonce les objectifs du gouvernement en matière de prévention et de sanction liées à la corruption pour les prochaines années. Ces objectifs incluent des réformes au système d’inspection disciplinaire du Parti et des plans de mise en œuvre de mécanismes de surveillance juridiques et publiques au moyen d’Internet.

Pourquoi est-ce important?

La corruption influence les entreprises, les fonctionnaires et les particuliers qui bénéficient du statu quo. À court terme, l’emprisonnement de hauts fonctionnaires pourrait envoyer le message très clair aux gestionnaires publics que la corruption ne restera pas impunie5. Les entreprises soupçonnées de faire la traite de pots-de-vin risquent de perdre des parts de marché et de voir leur réputation entachée. Les gouvernements, pour leur part, peuvent renforcer leur légitimité aux yeux de l’électorat en punissant les politiciens et les fonctionnaires corrompus, et en établissant des règles visant à réprimer la corruption systémique7. La lutte à la corruption pourrait avoir un impact sur le marché des produits de luxe dans un contexte où les employés de l’État hésitent de plus en plus à faire étalage de biens dispendieux8.

De faibles niveaux de corruption favorisent l’équilibre réglementaire, améliorent les perceptions à l’égard de la légitimité du gouvernement, et le sentiment de confiance des entreprises et des investisseurs. Le Global Competitiveness Report du Forum économique mondial constate une forte corrélation entre la qualité des institutions – attribuable à un faible niveau de corruption – et la compétitivité d’un pays9. L’engagement ferme des autorités indonésiennes à l’égard de la lutte à la corruption pourrait faire de l’Asie du Sud-Est un lieu de prédilection pour le commerce et les investissements, et forcer les pays occidentaux à raffermir leurs relations commerciales bilatérales avec la région.

Références

  1. «Corruption Perceptions Index 2013 », Transparency International. http://cpi.transparency.org/cpi2013/results/
  2. Anti-corruption, Office des Nations Unies contre la drogue et le crime. Site : http://www.unodc.org/southeastasiaandpacific/en/topics/anti-corruption/overview.html(link is external)
  3. T. Rupar. « Asia’s rise could be held back by corruption, report says », Washington Post, décembre 2013. http://www.washingtonpost.com/blogs/worldviews/wp/2013/12/03/asias-rise-could-be-held-back-by-corruption-report-says/(link is external)
  4. Cette partie donne un aperçu de la description de la KPK que fait Emil P. Bolongaita dans son article « An exception to the rule? Why Indonesia’s Anti-Corruption Commission succeeds where others don’t – a comparison with the Philippines’ Ombudsman », U4, août 2010. http://www.u4.no/publications/an-exception-to-the-rule-why-indonesia-s-anti-corruption-commission-succeeds-where-others-don-t-a-comparison-with-the-philippines-ombudsman/(link is external)
  5. K. Kapoor et R. Fabi. « Special Report: Indonesia’s graftbusters battle the establishment », Reuters, novembre 2013. http://in.reuters.com/article/2013/11/17/indonesia-graftbusters-idINDEE9AG00H20131117(link is external)
  6. L. Burkitt et J. Whalen. « China Targets Big Pharma. GlaxoSmithKline Hit with Bribery Allegations as Health-Care Sector Soars », The Wall Street Journal, juillet 2013. http://online.wsj.com/news/articles/SB10001424127887323664204578607502156860618(link is external)
  7. « The new middle classes rise up », The Economist, septembre 2011. http://www.economist.com/node/21528212(link is external)
  8. « How LVMH Adapts to China’s Evolving Luxury Market », Jing Daily, octobre 2013. http://www.jingdaily.com/how-lvmh-adapts-to-chinas-evolving-luxury-market/38161/(link is external)
  9. The Global Competitiveness Report 2011-2012, Forum économique mondial, 2011. http://www3.weforum.org/docs/WEF_GCR_Report_2011-12.pdf
Mots-clés :
Policy Horizons | Horizons de politiques

Horizons de politiques Canada, également connu sous le nom de Horizons de politiques, est une organisation au sein de la fonction publique fédérale qui mène des activités de prospectives stratégiques sur des enjeux transectoriels qui informent les fonctionnaires sur les conséquences des politiques publiques possibles au cours des 10 à 15 prochaines années.

  • 1

Vous aimeriez peut-être