Les changements climatiques et le risque de déplacements en Asie

Auteur (s): 

Fondation Asie Pacifique du Canada

Type de document: 

Insight

Date de publication: 

2014-02

Média substitut: 

NOTE: Hyperliens

  Tous les liens étaient valides à la date de publication.

Où en sont les choses

La région Asie-Pacifique est hautement vulnérable aux effets des changements climatiques, dont la hausse du niveau des océans et l'intensification des tempêtes. Les personnes déplacées par ces conséquences forment une nouvelle catégorie de migrants : les réfugiés environnementaux. La menace des changements climatiques touche non seulement les États insulaires comme les Maldives, où 14 îles sont déjà inhabitables, mais aussi les pays côtiers au relief plat comme le Bangladesh et le Vietnam, où des millions d'habitants vivent dans des régions situées moins d'un mètre au-dessus du niveau de la mer. Environ 25 % de la population mondiale vit à proximité du golfe du Bengale, ce qui met plus d'un demi-milliard de personnes à risque.

La densité de population élevée en Asie, particulièrement dans les mégalopoles côtières, exacerbe l'ampleur du défi pour les décideurs. Selon une étude du Centre pour le développement mondial, l'Asie compte sept des dix pays les plus vulnérables à la montée du niveau des océans : le Bangladesh, la Chine, l'Inde, l'Indonésie, le Japon, les Philippines et le Vietnam. En à peine deux années, 2010 et 2011, 42 millions de personnes de l'Asie-Pacifique ont été déplacées par des catastrophes causées par les changements climatiques.

Pourquoi s'agit-il d'une enjeu importante?

Le niveau des océans devrait monter de 15 centimètres d'ici 2030. Si tel est le cas, les villes de Hô Chi Minh-Ville, Jakarta, Manille et Bangkok seront en grande partie inondées et manqueront d'eau potable en raison de l'infiltration d'eau de mer dans leurs sources d'eau douce. De plus, le nombre de personnes à risque dans les villes côtières d'Asie devrait augmenter de 300 à 410 millions d'ici 2025. Bien que les déplacements se feront vraisemblablement surtout à l'intérieur des pays, la migration internationale est de plus en plus probable, en particulier dans le cas des États insulaires.

Comment l'Asie sera-t-elle concernée?

Les gouvernements, les entreprises privées et les institutions régionales commencent à instaurer des politiques visant à atténuer les risques futurs liés à la hausse du niveau des océans et aux inondations. La Thaïlande a lancé un projet de 9,8 milliards de dollars pour investir dans des systèmes de contrôle des inondations et de gestion de l'eau. Le Bangladesh plante des forêts le long des côtes, construit des centres d'évacuation et introduit l'assurance contre les catastrophes. Les Maldives tentent d'élever le niveau des terrains gagnés sur la mer pour mieux résister à la montée des eaux. Le Japon a consacré un million de dollars à la recherche sur les pertes et les dégâts causés par les catastrophes dans la région. Pendant ce temps, le secteur privé a lui aussi proposé des solutions créatives. Par exemple, des firmes japonaises expérimentent l'idée de cités flottantes. Les entreprises de télécommunications des Philippines permettent des transferts d'argent par téléphone mobile pour venir en aide aux sinistrés sans compte bancaire. La Banque asiatique de développement (BAsD) a introduit un fonds d'action face aux catastrophes de l'Asie-Pacifique pour fournir de l'aide financière en cas d'urgence nationale. L'ANASE (Association des Nations de l'Asie du Sud-Est) a collaboré avec l'Organisation des Nations Unies (ONU) pour mettre l'accent sur les questions opérationnelles et le renforcement des capacités, en particulier en matière de réduction des risques et de prévention.

Malgré ces efforts, nombre de pays en développement dans la région sont encore mal préparés. Il leur manque l'infrastructure et la capacité pour réduire les risques liés aux catastrophes climatiques qui causent les déplacements, ainsi que pour y répondre. En plus d'une absence de cadre juridique, ces régions font face à d'autres défis, dont un cadre inadéquat de gestion des catastrophes, une pénurie d'eau potable et une urbanisation rapide, qui rendent difficile une préparation appropriée.

Cadre juridique international inadéquat : Des débats sur la définition de ce groupe de migrants (en tant que « réfugiés du climat », « migrants du climat » ou « migrants environnementaux ») mettent en lumière l'absence de compréhension commune. La Convention de Genève de 1951 relative au statut des réfugiés n'a pas été amendée pour incorporer la migration environnementale. La Convention-cadre des Nations Unies de 1992 sur les changements climatiques propose des stratégies d'adaptation, mais ne traite pas directement du déplacement des personnes. Des problèmes existent aussi au niveau bilatéral, où la migration environnementale est traitée dans le cadre général de la migration et non à titre de catégorie distincte.

Préparation au risque et gestion du risque inadéquates : Nombre de programmes sont réactifs et n'offrent que de l'aide à court terme pour les catastrophes et les déplacements causés par les changements climatiques, plutôt qu'une solution à long terme. Le manque de ressources a empêché les gouvernements d'investir dans une infrastructure et des services de base, comme des systèmes de santé, d'eau potable et d'hygiène qui amélioreraient la résilience des communautés et réduiraient la probabilité de migration.

Faible utilisation des assurances : Les gouvernements n'ont souvent pas de stratégies financières pour financer les secours et la reconstruction en cas de catastrophe. Alors que les pays développés couvrent 40 % de leurs pertes par des assurances contre les catastrophes naturelles, ce chiffre est de moins de 5 % dans les pays d'Asie. De plus, les polices d'assurance couvrent rarement la migration, et encore moins la migration environnementale; lorsqu'elles le font, c'est généralement dans le cadre d'une politique plus large qui couvre plusieurs types de pertes.

Urbanisation : Comme 64 % de la croissance urbaine mondiale, en moyenne, est attribuée aux flux migratoires en Asie, les déplacements environnementaux devraient exacerber les défis actuels causés par l'urbanisation rapide dans la région. L'inondation de terres agricoles et la diminution des réserves d'eau incitent déjà les populations rurales à migrer vers les villes. Le Bangladesh a instauré une stratégie de migration qui encourage l'exode rural. Cependant, plusieurs des mégalopoles denses d'Asie n'ont pas l'infrastructure de base pour desservir les nouveaux arrivants. Pour les villes, trouver une solution durable à la hausse de la migration environnementale constituera un défi majeur.

Comment le Canada sera-t-il concerné?

Le Canada est la septième destination de choix des migrants. Ces cinq dernières années, l'Asie a été la principale région d'origine des immigrants au Canada. De 2006 à 2011, 56,9 % des immigrants provenaient d'Asie. De plus, les principaux pays d'origine – la Chine, l'Inde, les Philippines et le Vietnam – figurent tous sur la liste des pays les plus vulnérables aux effets de la montée du niveau des océans. Le Canada devra envisager la manière d'incorporer la notion de migration environnementale à son cadre actuel de politiques sur l'immigration et les réfugiés.

Au même moment, ces déplacements environnementaux offrent au Canada une plateforme pour démontrer son engagement envers l'Asie. Le Canada peut mettre à profit sa force en sécurité non traditionnelle, particulièrement en offrant de l'aide humanitaire internationale. Une telle coopération est déjà en cours, comme en fait foi l'aide offerte par le Canada aux victimes des inondations et des typhons au Sri Lanka et aux Philippines. Il existe également une ouverture stratégique permettant aux institutions financières canadiennes d'améliorer la résilience aux catastrophes naturelles en offrant des instruments de financement des risques de catastrophe, comme des fonds pour cataclysmes, des obligations-catastrophes et autres options de financement.

Cartes et vidéos

ASEAN TV. « Climate Change Induced Migration in Asia. » le 14 mars 2012. (VIDÉO) 

Asia-Pacific Migration and Environment Network. « Climate Induced Migration Mohamed Aslam : An Interview with Mohamed Aslam, Minister of Housing and Environment of the Republic of Maldives, on Climate-Induced Migration. » 2011. (VIDÉO) 

Center for American Progress. « Climate Change, Migration, and Security in South Asia. » Juin 2013. (VIDÉO) 

Migration and Environment Network. « When Disaster Strikes : A Look at Climate-Induced Migration. » 2011. (VIDÉO) 

National Geographic, « Interactive Map : Rising Seas. » Novembre 2013. (CARTE) 

Organisation internationale pour les migrations. « Why Asia Pacific? Asia Pacific Training on Migration and Environment. » Mars 2013. (VIDÉO) 

Références

« Addressing Climate Change and Migration in Asia and the Pacific : Final Report. » Manille, Philippines, Banque asiatique de développement, 2012.

Alave, Kristine. « Philippines Ranks Third on Climate Change Vulnerability List. » Philippine Daily Inquirer, le 10 octobre 2011. 

Amrith, Sunil. « The Bay of Bengal, in Peril from Climate Change. » The Economic Times. le 14 octobre 2013. 

« Asia-Pacific Region Must Focus on Disaster Preparedness. » Canadian Insurance Top Broker. le 4 février 2013. 

Association des Nations de l'Asie du Sud-Est. « Joint Declaration on ASEAN-UN Collaboration in Disaster Management. Site de l'ANASE. » Hanoi : ANASE, 2010.

Burkett, Maxine. « In Search of Refuge : Pacific Islands, Climate-Induced Migration, and the Legal Frontier. » Centre Orient-Occident : Asie Pacifique, numéro 98 (2011) : 1 – 8.

« Climate Change-Prone Vietnam Needs to Act Now, ADB Says. » Thanh Nien Daily. le 15 mars 2012. 

« Climate Refugee Battles On. » The Japan Times. le 3 octobre 2013. 

« Climate-Triggered Migration to Grow. » Xinhua. le 7 février 2011. 

Doherty, Ben. « Maldives Warns of Climate Refugees. » The Age. le 7 janvier 2012. 

« Facing the Challenge of Environmental Migration in Asia and the Pacific. » Dossiers de la BAsD 9 (2011) : 1 – 6.

« Facts and Figures : Climate Change in Asia and the Pacific. » Manille, Philippines, Banque asiatique de développement. le 14 novembre 2013. 

Ghosh, Nimral. « Asian Governments Face Climate Refugees Challenges. » The Straight Times. le 3 mars 2012. 

« Global Warming Puts Vietnam Livelihoods Under Threat, World Bank Warns. » Thanh Nien Daily. le 24 juin 2013. 

« Global Warming Threatens Coastal Cities. » Philippine Daily Inquirer. le 18 juin 2013. 

Holland, Andrew. « Bay of Bengal : A Hotspot for Climate Insecurity. » Sustainable Security. le 10 août 2013. 

Huq, Saleemul. « Bangladesh : The Highest Level of Awareness of Climate Change. » The Daily Star. le 23 octobre 2013. 

Huq, Saleemul. « Politics of Climate Change : Climate Related Losses on the Rise. » The Daily Star. le 16 septembre 2013. 

« Jakarta will be Underwater by 2030 : DNPI. » The Jakarta Post. le 12 septembre 2013. 

Malone, Leah. « World Bank Urges Climate Change Adaptation Support for the Maldives. » Minivan News. le 16 août 2013. 

« Moral Obligation to Build Resilience Plans for Extreme Weather Events : President. » Haveeru Online. le 29 juin 2013. 

Mukherjee, Krishnendu. « Land Vanishes in East Sunderbans. » The Economic Times. le 9 septembre 2013. 

Ozimek, Adam. « Is the US the Most Immigrant Friendly Country in the World? » Forbes. le 18 novembre 2012. 

Ryall, Julian. « Faced with Being Swamped by the Ocean, Pacific State Looks to Become World's First Floating Nation. » National Post. le 15 septembre 2013. 

Shin, Hyon-hee. « Climate Change to cost East Asia 5.5% of GDP Annually by 2100. » The Korea Herald. le 10 octobre 2013. 

« Surge in Sea Level. » The Korea Herald. le 9 octobre 2013. 

Statistique Canada. « Immigration et diversité ethnoculturelle au Canada. » 2013. 

Thomson, Owen. « Climate Change Exodus Looms. » The Sydney Morning Herald. le 10 octobre 2013. 

« Turn the Heat Down : Climate Extremes, Regional Impacts and the Case for Resilience – A Report for the World Bank by the Potsdam Institute for Climate Impact Research and Climate Analytics. » Washington DC, US. Banque mondiale, juin 2013.

Varma, Subdh. « Mumbai, Kolkata to Suffer Huge Damage from Sea Flooding by 2050 : Study. » The Times of India. le 19 août 2013. 

« Vietnam Metro Among World's Biggest Losers to Climate Change Flooding. » Thanh Nien Daily. le 23 août 2013. 

« Vietnam Metro Urged to Consider Climate Change, Rethink Development Plans. » Thanh Nien Daily. le 30 avril 2013. 

Yamsuan, Cathy. « Senators Remind Government to Prepare for Disasters Due to Climate Change. » Philippine Daily Inquirer. le 2 avril 2012. 

Yamsuan, Cathy. « Government Must Also Prepare for Calamities, Say Lawmakers. » Philippine Daily Inquirer. le 3 avril 2012.