Les approches économiques classiques ont-elles réponses à tout? Contribution de l'économie comportementale à l'étude d'impact de la réglementation et des politiques

Auteur (s): 

Paul De Civita
Andrew MacDonald
André Downs

Type de document: 

Aperçu de politiques

Date de publication: 

2011-04

Numéro ISBN: 

PH4-84/2011F-PDF
978-1-100-97481-1

Média substitut: 

NOTE: Hyperliens

  Tous les liens étaient valides à la date de publication.

Les approches classiques en matière de réglementation et d'élaboration de programmes et de politiques, qui reposent habituellement sur la théorie économique traditionnelle, amènent les ministères et les organismes à s'attendre à certains résultats. Cependant, ces résultats pourraient bien ne pas répondre aux attentes. Pourquoi? Une des raisons possibles serait que les postulats établis n'avaient pas tenu compte de la réaction des personnes à une nouvelle mesure gouvernementale, s'appuyant plutôt sur un point de vue plus traditionnel ou théorique. La mesure aurait sans doute mieux réussi, obtenu de meilleurs résultats ou utilisé moins de ressources si elle avait reposé sur une approche qui tenait compte de ces réactions comportementales et d'une vaste gamme de facteurs incitatifs ayant une incidence sur la population/les intervenants dans la société.

L'économie comportementale, qui rattache l'économie à la psychologie, apporte des nuances à certaines idées reçues au sujet de la façon dont les personnes agissent et des valeurs qu'elles adoptent. L'approche comportementale reconnaît que les personnes n'agissent pas toujours de façon à maximiser leurs propres intérêts et qu'elles n'ont pas toujours l'information parfaite pour prendre des décisions. La façon de présenter un enjeu a également une incidence sur la réaction d'une personne. Par exemple, quand vient le temps de choisir entre deux actions, nous sommes fortement influencés par la façon dont on nous présente les résultats possibles. Si le premier est présenté comme une perte, et le deuxième, comme un élément neutre ou un gain, nous aurons tendance le plus souvent à éviter la perte apparente – même si les deux résultats sont mathématiquement et théoriquement identiques. Un autre exemple de ce phénomène est le concept du « paternalisme asymétrique », qui consiste à créer des règlements qui sont relativement inoffensifs pour ceux qui prennent régulièrement des décisions dans leur intérêt, tout en aidant les personnes qui ne cherchent pas d'elles-mêmes à faire de choix.

Les approches axées sur l'économie comportementale font l'objet d'une attention croissante dans les publications à grand tirage. L'exemple le plus probant de ce phénomène est l'ouvrage Nudge, corédigé par Cass Sunstein, qui est actuellement administrateur de l'Office of Information and Regulatory Affairs de la Maison-Blanche. Il est possible que bien des pays intègrent actuellement ces approches dans leurs trousses d'outils. Selon un rapport du gouvernement des Pays-Bas, l'économie comportementale peut aider les décideurs à élaborer des politiques plus efficacement et à moindre coût, sans dénaturer les marchés ou restreindre les choix individuels.

L'approche de l'économie comportementale ne s'applique pas nécessairement à tous les projets de réglementation, de programmes et de politiques. Mais, lorsqu'elle s'applique, elle permet de prendre des mesures gouvernementales plus efficientes, d'obtenir des résultats plus représentatifs de la société et, en fin de compte, de mettre une information utile à la disposition des décideurs. Les questions clés auxquelles doivent répondre les sous-ministres sont les suivantes1:

  • À quel point ces approches sont-elles intégrées dans les processus actuels d’élaboration de règlements, de programmes et de politiques des différents - ministères et organismes?
  • Est-il prouvé que ces approches complémentaires ont amélioré la prise de décisions?
  • Du travail additionnel doit-il être accompli afin de cerner et d’illustrer le potentiel et l’implantation possible de ces approches?

Notes

  1. Un document d’orientation rédigé par Horizons de politiques Canada propose une exploration initiale de la contribution que pourrait apporter cette nouvelle branche de l’économie à l’élaboration de règlements, de programmes et de politiques. Horizons de politiques Canada aimerait remercier Vic Adamowicz et Jason Shogren pour leurs commentaires utiles.