L’observation de la « Grosse boule bleue » : un levier de politique

Auteur (s): 

Horizons de politiques Canada

Type de document: 

Insight

Date de publication: 

2012-12

Numéro ISBN: 

PH4-130/2012F-PDF
978-1-100-99997-5

Média substitut: 

NOTE: Hyperliens

  Tous les liens étaient valides à la date de publication.

* Télécharger un version PDF non-intéractif

Nous tenons à remercier le personnel du Bureau de liaisons gouvernementales et de la Division des communications de l’Agence spatiale canadienne pour sa contribution.


Les premiers astronautes qui ont vu notre « grosse boule bleue » suspendue dans l’espace ont décrit ce moment comme une épiphanie et les images retransmises à la Terre étaient toutes aussi transformatrices. Dès le départ, l’observation de la Terre depuis l’espace a fourni de précieux renseignements. L’observation de la Terre est maintenant perçue comme un outil unique pouvant servir un grand nombre d’objectifs stratégiques.

L’utilisation que fait le Canada de l’observation de la Terre

L’observation de la Terre se fait par l’exploitation de satellites qui recueillent des renseignements sur notre planète, y compris les terres, les océans, les glaces, l’atmosphère et les villes. L’observation de la Terre fait maintenant partie de l’infrastructure critique qui nous permet de surveiller et d’administrer nos ressources naturelles, l’environnement et de soutenir les activités humaines comme la surveillance des traités et des frontières territoriales. La figure 1 montre les divers domaines de politique qui sont rehaussés par la collecte de données satellitaires. Plusieurs de ces domaines subissent présentement d’importants changements nécessitant des données exactes en temps réel venant appuyer des décisions fondées sur des données probantes. Ces domaines comprennent les enjeux clés que le Canada fera face au cours des dix à quinze prochaines années comme  par exemple les transferts de pouvoirs à l’échelle mondiale, la migration humaine, la rareté de l’eau, les événements météorologiques extrêmes et les changements dans les modèles de développement des ressources naturelles.

Figure 1 : Applications de l’observation de la Terre dans les politiques

Observation de la Terre

  • Observer
  • Comprendre
  • Planifier

Politique étrangère

Les observations de la Terre fournissent des données permettant de gérer les ressources mondiales et d’aborder les problèmes qu’aucun pays ne peut résoudre à lui seul. Voici quelques exemples : surveiller les changements qui pourraient entraîner des différends entre nations et à l’intérieur de nations; permettre la surveillance d’ententes et de traités internationaux comme les traités de non-prolifération nucléaire; appuyer les efforts internationaux de maintien de la paix; contribuer à la mise en commun de données scientifiques qui sous‑tendent les accords internationaux en matière de politique; et créer des occasions de coopération comme la Stratégie mondiale d’exploration et la Charte internationale « Espace et catastrophes majeures ».

Gestion des ressources

Le développement des ressources naturelles est un important moteur économique pour le Canada. Les données d’observation de la Terre servent à dresser un inventaire des nouvelles ressources potentielles et de surveiller les répercussions du développement afin d’atténuer les risques. On utilise ces données notamment pour : identifier les sites prometteurs de mines, de forage et de pêche; surveiller la productivité de cultures spécifiques; surveiller l’efficacité de la capture et la séquestration du carbone; surveiller la couverture forestière et les feux de brousse; réduire les coûts de planification et d’acheminement des pipelines; et surveiller les déversements et l’estimation des vents et vagues de surface.

Surveillance des écosystèmes

Constituant la deuxième plus grande masse terrestre au monde, le Canada a la possibilité, par l’observation de la Terre, de surveiller nos divers écosystèmes, y compris : la cartographie et la surveillance des facteurs qui affectent les changements climatiques (par ex., fonte du pergélisol, appauvrissement de l’ozone, circulation des vents et feux de forêt); surveillance des changements de l’habitat et la protection de la biodiversité; l’approfondissement d’une compréhension du cycle hydrologique, y compris l’humidité du sol et la salinité des océans; l’amélioration des prévisions météorologiques; et la prévision des phénomènes météorologiques extrêmes et des phénomènes météorologiques comme El Nino.

Sécurité et souveraineté

Les satellites de positionnement GPS et l’imagerie du sol sont devenus d’indispensables outils de sécurité pour la représentation du sol, navigation et guidage d’armes qui jouent un rôle en cas d’agitation politique, de conflit et de déplacement civil. Les observations de la Terre permettent : de suivre l’évolution de l’utilisation de nos côtes et de nos terres; de surveiller les eaux territoriales, y compris l’ouverture du passage du Nord-ouest; la détection des navires et la surveillance des déversements, y compris les données historiques qui peuvent aider à résoudre les questions juridiques; et implantation et surveillance des cibles potentielles pour des attaques tels que les déchets dangereux et les installations nucléaires.

Secours en cas de catastrophe / gestion des catastrophes

L’observation de la Terre fournit des donnée à proximité du temps réel permettant la détection précoce, la réponse rapide et le recouvrement en cas de catastrophes naturelles ou causées par l’homme en : permettant de dresser la carte de la météo quotidienne et du comportement du feu; recueillant des données de référence et en détectant les signes de catastrophes imminentes comme les légers mouvements de la Terre et les mouvements tectoniques; surveillant l’humidité du sol qui peut fournir un avertissement précoce de sécheresse et de meilleures prévisions d’inondation; surveillant les dommages aux routes et autres éléments d’infrastructure; fournissant aux citoyens des renseignements sur la santé et la sécurité et en aidant les premiers intervenants à coordonner leurs efforts sur les lieux; facilitant le nettoyage des déversements; et facilitant la coordination des efforts de secours internationaux.

Qualité de l’eau et de l’air

L’eau et l’air sont des biens publics essentiels dont la bonne gestion exige des données à long terme. L’observation de la Terre permet la prise de décisions fondées sur des données probantes en : précisant l’emplacement d’aquifères et en surveillant leurs qualités physiques et hydrauliques; surveillant les océans, y compris l’estimation de la salinité, des vents et des champs de vagues à la surface de l'océan; facilitant la compréhension de l’impact des activités humaines comme le développement et la combustion de la biomasse sur les bassins hydrographiques et les zones humides; aidant les collectivités à cerner les sources de pollution et fournissant des mesures mondiales à long terme du monoxyde de carbone; et évaluant l’impact des initiatives axées sur la réduction des émissions dans diverses parties du monde.

Santé humaine

Les facteurs environnementaux ont une forte influence sur la maladie à l’échelle mondiale. L’observation de la Terre permet de surveiller et de prédire les phénomènes environnementaux clés qui affectent la santé humaine, y compris la qualité de l’air, la quantité et la qualité de l’eau, les maladies infectieuses, les vecteurs de maladies d’origine hydrique ou causées par des insectes et les températures. Par exemple : surveillance des facteurs environnementaux comme la température de l’eau et de la surface du sol, les précipitations, la profondeur de l’eau, le vent, les feux de friches et les organismes marins contribuent tous aux éclosions de maladies; l’observation de la Terre peut aider les collectivités à cerner les sources de pollution de l’air, une cause importante de décès prématurés; soutenir la gestion des déchets dangereux; et soutenir la réponse aux castastrophes telles que la sécheresse, les innondations et le feu.

Le Nord

Les réalités au sol changent rapidement dans le Nord. L’observation de la Terre nous permet de demeurer au courant des faits nouveaux en : surveillant l’environnement et les effets économiques des changements climatiques, comme la fonte du pergélisol qui pourraient affecter les zones minières, les routes et autres éléments critiques de l’infrastructure; dressant la carte des types de glace, de la structure et de la topographie pour assurer la sécurité de la navigation à mesure que s’ouvre le passage du Nord-ouest; et surveillant les modèles changeant d’utilisation dans le Nord

L’économie

L’observation de la Terre contribue également à la gestion des facteurs de notre économie tels que : surveillance et gestion des ressources naturelles; fourniture de données pour l’économie fondée sur la connaissance; compréhension des risques d’assurance et des pertes financières résultant de conditions météorologiques extrêmes et de catastrophes naturelles; et gestion des interruptions aux services essentiels comme l’eau, la nourriture et l’énergie.

Navigation

La navigation par satellite et les systèmes de positionnement servent à rationaliser les voyages par terre, mer et air. L’observation de la Terre permet notamment de surveiller les mouvements des glaces pour permettre de naviguer en toute sécurité dans le Nord, y compris l’exploration au large des côtes.

Une constellation d’acteurs

L’écosystème de l’observation de la Terre est en plein changement. Le Canada est un chef de file dans cette industrie, et a maintenu son rôle en tant que partenaire avec d’autres états-nations. Les partenariats internationaux ont permis au Canada de se spécialiser dans des marchés de niche et d’avoir accès aux contrats internationaux ainsi qu’à un large éventail d’informations et d’établissements. Les nouveaux acteurs comme l’Inde et la Chine exercent une pression à la baisse sur les structures de coût de l’aérospatiale et les exploixants commerciaux sont susceptibles de jouer un rôle beaucoup plus important dans l’avenir.

Figure 2 : L’émergence d’une constellation d’observation de la Terre

 

Les modèles de lancement réutilisables pourraient ouvrir un espace pour les plus petits pays et les acteurs non-étatiques tels que les universités. L’amélioration de la fiabilité, l’accessibilité et la mise en réseau des capteurs de données basés sur la terre vont créer de nouveaux fournisseurs et de nouveaux clients pour les données de l’observation de la Terre.

Si l’écosystème de l’observation de la Terre se démocratise, les gouvernements ont encore un rôle à jouer dans les observations classiques de la Terre en réponse aux besoins qui ne pourront pas vrai semblablement comblés par les marchés car ils ne sont pas monétizables. Cette tendance entraîne une augmentation des demandes en données, de sorte que fournir des plateformes et des manières d’intégrer des données à travers des domaines sera un rôle important pour le gouvernement. En faciliant l’accès ouvert aux ensembles de données à long terme à travers divers domaines, les gouvernements peuvent soutenir un réseau croissant de fournisseurs et d’utilisateurs de données – dont plusieurs peuvent ajouter de la valeur puisque la mise en commun de données est soutenue.  Cela deviendra particulièrement important, comme les solutions politiques transfrontalières sont de plus en plus rechercher pour répondre à cette complexité croissante.

Quoi encore?

L’espace  offre la possibilité d’aller de l’avant, mais le réalignement des étoiles qui s’opère présentement soulève des multiples questions politiques. Comment ces changements affectent la capacité du Canada de coopérer et de compétitionner? Quel effet la prolifération des intervenants du secteur privé aura-t-elle sur le partage des données et sur la compatibilité des données? Comment les gouvernements pourraient-ils coopérer avec le secteur privé international pour mettre en valeur nos investissements cumulatifs dans l’espace et pour résoudre des questions juridiques comme la confidentialité, la sécurité nationale et la responsabilité? Au pays, comment le gouvernement fédéral peut-il mieux coordonner ses propres intérêts et voir à ce que le Canada tire le meilleur parti possible des données d’observation de la Terre? Et enfin, est-ce que fournir des données sans licence aux citoyens et aux réseaux aide à maximiser les avantages?

Sources

Agence spatiale canadienne, Stratégie spatiale canadienne : Pour servir et inspirer les Canadiens, 2003.

Gouvernement du Canada, La prochaine phase du Plan d’action économique du Canada - Des impôts bas pour stimuler la croissance et l’emploi. p. 86, juin 2011.

Industrie Canada. Le secteur spatial canadien : Chef de file en matière d'acquisition de nouvelles connaissances et de technologies de pointe, 2009.

Industrie Canada, 2011. « Espace » du 2011-11-21. 

OCDE. The Space Economy at a Glance. 2011.

Walter Mirczak. The Commercial Payload Market Beyond ISS. Space News International, 2 mars 2011.

deSelding, Peter B. Cash-flush MDA Corp. Looks Beyond Canada for Growth. Space News International, 2 mars 2011.

deSelding, Peter B. Canadian Earth Observation Firm Buys Bankrupt RapidEye. Space News International, 2 septembre 2011.

Brinton, Turner. Nanomissile Being Designed to Launch the Smallest Satellites Affordably. Space News International, 6 août 2010.

deSelding, Peter B. Space X Undercut Competition to Clinch Head-turning Iridium Deal. Space News International, juin 2010.

Rains, Lon et David Leonard. Canada Ponders Its Space Future After Collapse of MDA Sale to ATK. Space News International, 12 mai 2008.

Sauser, Brittany. Nanosatellite will Look for Alien World. Technology Review, 16 mai 2011.

Wigbels, Lyn D. 2011.Using Earth Observation to Improve Health in the United States. Centre for Strategic and International Studies.