Canada 2030: Survol des problèmes émergents - Gouvernance

Auteur (s): 

Horizons de politiques Canada

Type de document: 

Other

Date de publication: 

2016-10

Numéro ISBN: 

PH4-165/1-2016F-PDF
978-0-660-05640-1

NOTE: Hyperliens

  Tous les liens étaient valides à la date de publication.

canada 2030

Série Canada 2030
Le Canada connaît des changements sociaux et économiques importants qui pourraient perturber de nombreuses facettes de notre société. Dans ce contexte, il se peut que les 10 à 15 prochaines années marquent une période de transformation dans la relation entre le gouvernement du Canada et la société en général. Ce survol fait partie d’une série élaborée par Horizons de politiques Canada sur divers sujets.

Aujourd’hui, nos systèmes politiques sont fondés sur la philosophie du XVIIIe siècle, sont dirigés par des administrations du XIXe siècle et dépendent de technologies du XXe siècle, tout cela dans le but d’affronter les défis du XXIe siècle.1

Le Canada subit actuellement des changements sociétaux et technologiques considérables qui pourraient perturber plusieurs des structures et des rôles gouvernementaux. Par conséquent, il est de plus en plus pressant de repenser la façon dont le gouvernement répondra aux besoins du XXIe siècle.

Dans ce contexte, la relation entre le gouvernement et la société en général pourrait se transformer au cours des 10 à 15 prochaines années. Le présent survol des changements perturbateurs potentiels présente la première exploration d’Horizons de politiques Canada à cet égard, ainsi que les prochaines étapes.

Qu’est-ce qui change?

Les nouveaux acteurs (communautés numériques, organisations autonomes décentralisées, nouvelles mégapoles,entreprises privées s’apparentant à des États, institutions transnationales, organisations de la société civile, groupes, particuliers), qui utilisent des technologies comme les médias sociaux et la chaîne de blocs, ont une incidence sur les gouvernements à l’échelle locale, nationale et mondiale. Ces influences sont en grande partie « externes » au gouvernement, ce qui veut dire que les citoyens et les entreprises pourraient se prévaloir de nouvelles avenues pour influencer la prise de décisions gouvernementale ou fournir des biens publics de nouvelles façons. En même temps, ces technologies pourraient être utilisées par les gouvernements pour transformer les processus et structures « internes ».

Les limites et les frontières sont moins importantes pour de plus en plus de citoyens qui voyagent ou travaillent souvent, de façon physique ou virtuelle, à l’extérieur de leur territoire de résidence et qui s’attendent à pouvoir accéder à l’information et aux services partout et en tout temps. Afin que le gouvernement puisse répondre aux besoins et aux attentes de ces citoyens, il est possible que les frontières locales, nationales et mondiales deviennent plus souples, transformant ainsi la responsabilité et la portée des organismes gouvernementaux.

Les avancées technologiques comme l’intelligence artificielle, la chaîne de blocs et la téléprésence virtuelle pourraient perturber l’environnement dans lequel le gouvernement mène ses activités. Le gouvernement pourrait modifier sa structure organisationnelle et ses rôles et responsabilités (p. ex., élaboration de politiques hautement réactive, services personnalisés et sur mesure, rétroaction en temps réel, consultations directes et ouvertes, interactions gouvernement-citoyens basées sur les plateformes, etc.).

De nombreuses composantes de la société canadienne sont en transformation. Les structures familiales, les arrangements de vie, l’identité sexuelle, les déterminants sexuels biologiques et les modèles d’emploi subissent tous des changements fondamentaux. Par conséquent, il est possible qu’on s’écarte d’un bon nombre des hypothèses gouvernementales actuelles au sujet des Canadiens « moyens » et de la composition sociale du Canada.

L’émergence d’une société avertie centrée sur les données modifie les liens entre les personnes, les renseignements et la protection de la vie privée. Ainsi, il est possible que les citoyens s’attendent à des services plus accessibles, plus personnalisés et plus souples de la part du gouvernement, tout en exigeant une meilleure protection de la vie privée. Le gouvernement pourrait utiliser des données pour améliorer les politiques (conception, mise en oeuvre, évaluation) ou pour les transformer (p. ex., le système de la Chine fondé sur la réputation), tout en gérant les préoccupations en matière de protection des renseignements personnels.

Les rôles du gouvernement changent. Les raisons pour lesquelles le gouvernement établit des lois et des règlements, la façon dont il le fait et les domaines concernés pourraient tous changer. Par exemple, la capacité des divers ordres de gouvernement à fournir des occasions économiques et à assurer une stabilité pourrait être perturbée par une économie numérique mondiale émergente remettant en cause de nombreux leviers économiques et réglementaires de longue date. Le rôle du gouvernement dans la fourniture de biens publics pourrait être touché par l’influence croissante du secteur privé sur ce en quoi consistent les biens en question. Le rôle du gouvernement consistant à promouvoir l’identité nationale pourrait lui aussi être transformé dans un monde de plus en plus numérisé et globalisé.

Note

1. Richard Lum, http://www.slideshare.net/richardl91/designing-native-hawaiian-governance, traduction libre.

samaras