Le recours aux banques alimentaires à Toronto croît en banlieue

Catégorie : social
Mot-clé : infrastructure

De quoi s’agit-il? À Toronto, la pauvreté et la faim se déplacent du noyau urbain vers la banlieue. Entre 2008 et 2015, le recours aux banques alimentaires a augmenté de 45 % dans trois banlieues proches (North York, Scarborough et Etobicoke), et a chuté de 16 % dans le noyau urbain. Ce changement est provoqué par un marché du travail axé sur des emplois tertiaires faiblement rémunérés, des logements de moins en moins abordables et des prestations d’assistance sociale qui ne correspondent plus au coût de la vie. Dans ces banlieues, les ONG se démènent pour répondre au rapide accroissement de la demande à l’égard des banques alimentaires.

Et alors? Si, pour le moment, la pauvreté en banlieue semble être limitée à Toronto, Montréal et Vancouver, il serait bon de surveiller ce problème en raison de facteurs potentiels, tels que l’accroissement des inégalités au Canada et la préférence de la génération Y pour le mode de vie urbain. La croissance récente à l’échelle du pays de la pauvreté dans les banlieues américaines nous permet d’en apprendre sur les problèmes que ce phénomène engendre en ce qui a trait à la prestation de services de soutien essentiels. Entre 2000 et 2010, la pauvreté a augmenté de 40 % aux États-Unis (de 33 millions à 46,2 millions de personnes). La plus forte croissance a eu lieu dans les banlieues, tandis que souvent, les noyaux urbains s’embourgeoisaient. Bien que les modèles de développement touchant la pauvreté en banlieue puissent être différents aux États-Unis, il a été démontré que cela complique la prestation de services publics et sans but lucratif, dans la mesure où un plus grand nombre d’Américains pauvres vivent désormais en banlieue plutôt que dans les villes. Les organismes à but non lucratif qui se concentrent habituellement sur la pauvreté urbaine sont aux prises avec la question de savoir de quelle manière elles peuvent servir des populations plus dispersées. Aux États-Unis, tout comme au Canada, les services nécessaires tels que les cliniques, les services d’entraide alimentaire, les services juridiques et les logements subventionnés se trouvent généralement au centre-ville.

Sources :

Icone signaux faibles économie
    
Icone signaux faibles environnement
    
Icone signaux faibles gouvernance
    
Icone signaux faibles sécurité
    
Icone signaux faibles sociale
    
Icone signaux faibles technologie

Date modified

2017-03-29