La pollution atmosphérique transfrontalière en Asie

Auter(s): Fondation Asie Pacifique du Canada
Type de document: Insight
Date de publication: Samedi, Février 1, 2014 - 5:00am
INuméro ISBN:
Média substitut: 243_414kb_3pages_fr_1.pdf

Où en sont les choses

La pollution transfrontalière est à la hausse en Asie, avec la concentration croissante des usines et des projets d'agroforesterie du monde dans les régions manufacturières et riches en ressources de la Chine, de l'Inde, de l'Indonésie et des autres pays de l'Association des Nations de l'Asie du Sud-Est (ANASE). Les deux principales sources de pollution transfrontalière en Asie sont : 1) les émissions de carbone issues de la combustion de carburant pour la production d'énergie et l'industrie lourde, et 2) la brume sèche transfrontalière causée par la destruction de forêts par le feu aux fins de l'agriculture. La Chine est, de loin, la principale productrice de dioxyde de carbone issu de la combustion de carburant – dans le monde entier, pas seulement en Asie. Elle produit au total 9,86 gigatonnes (Gt) de CO2, soit le quart des émissions mondiales. Cela représente plus de cinq fois les émissions en CO2 de l'Inde (1,97 Gt) et du Japon (1,32 Gt). L'Indonésie est une autre grande productrice en Asie; la majorité de ses émissions émanent de l'agriculture sur brûlis et de la production d'huile de palme.

Pourquoi s'agit-il d'une enjeu importante?

Les cas de pollution atmosphérique portée par le vent sont de plus en plus fréquents avec la détérioration continue de la qualité de l'air en Asie orientale et du Sud-Est, ce qui cause des tensions publiques importantes entre les pays asiatiques touchés. Les secteurs manufacturier et énergétique de Chine, largement alimentés au charbon, produisent des émissions qui suscitent des protestations non seulement dans tout le pays, mais sont aussi au Japon et en Corée du Sud. L'agriculture sur brûlis et la production d'huile de palme en Indonésie ont causé du smog jusqu'en Malaisie et à Singapour. Lorsque la pollution atmosphérique traverse les frontières, le problème cesse d'être une question locale de conservation et de santé publique pour provoquer un débat régional et international sur les changements climatiques et sur une gouvernance responsable des biens communs mondiaux. La pression s'accentue pour que les pays assument la responsabilité de limiter ou réduire leurs émissions atmosphériques et collaborent pour aborder la pollution transfrontalière.

Comment l'Asie sera-t-elle concernée?

Les conséquences de la pollution atmosphérique transfrontalière ont déjà occasionné des tensions entre des pays d'Asie pour cause de concurrence et de gestion des ressources, ou dans certains cas, de mauvaise gestion, des ressources. En Indonésie, la réponse gouvernementale insuffisante à la crise de la brume sèche de juin 2013 a suscité la colère des agriculteurs locaux et de la population voisine de Singapour, où la pollution atmosphérique a atteint un niveau record. Le ministère de la Santé de Singapour a établi un plan sur cinq mois pour subventionner les frais médicaux, à des cliniques désignées, des Singapouriens se faisant traiter pour des problèmes liés à la brume sèche (en anglais : Haze Subsidy Scheme). Les tensions politiques entre l'Indonésie et Singapour sur la question de la brume sèche transfrontalière ont mené les autorités singapouriennes à envisager la prise de mesures juridiques à l'encontre des entreprises indonésiennes qui ont enfreint les lois locales relatives aux brûlis. Bien que l'Indonésie ait des lois interdisant les brûlis, elles ne sont pas contrôlées ou appliquées avec beaucoup de fermeté.

Initiatives nationales pour limiter ou réduire la pollution atmosphérique transfrontalière

La Chine et l'Inde sont à l'avant-garde pour limiter ou réduire les émissions intérieures de gaz à effet de serre grâce à des systèmes d'échange de quotas d'émissions (en anglais : Emissions Trading Schemes) et des mécanismes de développement propre (en anglais : Clean Development Mechanisms), incorporant souvent des leçons tirées de l'Europe et de l'Australie. La Chine, l'Inde et le Japon ont déjà des systèmes locaux d'échange de quotas d'émissions, alors que l'Indonésie, la Thaïlande et le Vietnam ont manifesté de l'intérêt pour le développement de programmes nationaux. La Chine s'est aussi montrée intéressée à instaurer une taxe sur le carbone.

Pour combattre la pollution générée par les activités de défrichage, plusieurs pays d'Asie du Sud-Est, d'Asie du Sud et du Pacifique Sud ont créé des programmes nationaux dits REDD (Reducing Emissions from Deforestation and Forest Degradation) (traduction : Réduction des émissions provenant de la déforestation et de la dégradation des forêts) avec l'aide d'organismes internationaux. Une initiative REDD+ va plus loin que les REDD, en promouvant la durabilité des communautés locales, des populations indigènes et du reboisement. Les initiatives REDD et REDD+ ont progressé rapidement depuis 1995 et sont perçues comme des éléments essentiels des négociations sur le climat à la suite du protocole de Kyoto.

Initiatives collaboratives contre la pollution atmosphérique transfrontalière

Les gouvernements asiatiques ont également signé plusieurs accords pour aborder la pollution atmosphérique transfrontalière, mais les mécanismes de surveillance et d'application sont toujours en cours de développement. En 2003, les pays de l'ANASE ont signé l'ASEAN Agreement on Transboundary Haze Pollution (AATHP) (traduction : Accord sur la pollution atmosphérique transfrontalière de l'ANASE) en vue de prévenir, de réduire et de surveiller les feux de forêt et la brume sèche. De plus, l'Indonésie a signé des accords avec Singapour et la Malaisie pour élaborer et mettre en place des mesures de lutte contre la brume sèche causée par les incendies terrestres et de forêt.

Figure 1

Ce graphique montre les réductions certifiées des émissions attendues annuel de projets enregistrés par partie hôte. Il est divisé par pays: Brésil, Corée, Mexique, Indonésie, Viet Nam, Ouzbékistan, et la Malaisie.

Comment le Canada sera-t-il concerné?

Selon certains rapports, la pollution par l'ozone et par le mercure qui émane de Chine, portée par le vent, peut nuire à la qualité de l'air jusqu'au Canada et aux États-Unis. Les effets influencent même le progrès en matière de développement durable et les politiques sur les changements climatiques du Canada. De grandes puissances comme la Chine ont investi massivement dans les énergies de substitution comme l'énergie éolienne et solaire, ce qui a fait chuter le prix de ces technologies et rendu nombre de manufacturiers occidentaux incapables de soutenir la concurrence. De plus, la surproduction et la faible demande ont fait souffrir ces secteurs de l'énergie renouvelable. Selon certains, les subventions et les tarifs de rachat généreux de Beijing sont en grande partie responsables de la surabondance mondiale actuelle d'énergie solaire. Depuis, Beijing a réduit l'ampleur de ces deux mécanismes de soutien au financement.

L'industrie canadienne des technologies propres pourrait aller de l'avant en cessant de voir la concurrence chinoise comme responsable d'un déséquilibre injuste du commerce ou de politiques vouées à l'échec. Il serait plus constructif de mettre l'accent sur la manière dont divers types de soutien politique et financier ont grandement élargi le portefeuille d'énergie verte de Chine, sans toutefois oublier que certaines stratégies efficaces pour augmenter la production ou réduire les prix ne sont pas nécessairement saines pour les marchés à long terme. Les entreprises canadiennes peuvent également trouver de nouveaux débouchés en collaborant avec des manufacturiers chinois au haut de la chaîne d'approvisionnement pour développer les installations d'énergie verte au milieu de la chaîne et accroître la consommation en Asie, en particulier dans le domaine de la conception haut de gamme et dans les secteurs des services, dont les économies en transition ont grand besoin. En prêtant attention à ces facteurs, le Canada peut mieux soutenir et promouvoir ses secteurs renouvelables tant au pays qu'à l'étranger.

Enfin, avec la participation des pays asiatiques à des engagements coopératifs pour réduire les émissions et développer les énergies vertes, on s'attend de manière croissante à ce que les pays développés comme le Canada mènent par l'exemple. Cela signifie démontrer son engagement et faire preuve d'innovation pour aborder la lutte aux changements climatiques. Il est important que le Canada reste fidèle à ses engagements actuels dans plusieurs initiatives de collaboration visant à améliorer la surveillance de la pollution atmosphérique et l'échange de quotas d'émissions aux niveaux local, régional et international.

Références

AFP-JIJI. « China's smog polluting Fuji, new study says. » Japan Times, 5 octobre 2013. 

AFP-JIJI. « Malaysia chokes as air pollution hits 16-year high. » Japan Times, 24 juin 2013. 

« ASEAN Agreement on Transboundary Haze Pollution. » Haze Action Online, 2013.

« Singapore mulls legal action over smog from Indonesian fires. » BBC. (2013) 

« Singapore, Malaysia ministers express concern over transboundary haze. » Channel News Asia, 5 novembre 2013. 

Clark, Campbell. « China and India lead condemnation of Canada's Kyoto withdrawal. » Globe and Mail, 13 décembre 2011. 

Groningen, Ronald. « The ideal approach to mitigate transboundary haze pollution. » Jakarta Post, 26 juin 2013. 

« Indonesia-Singapore Collaboration. » Haze Action Online. 

« Indonesia-Malaysia Collaboration. » Haze Action Online.

Kim, Young-Won. « Gray smog blows in from China. » Korea Herald, 24 janvier 2013. 

Levitt, Tom. « US cities suffer impact of downwind Chinese air pollution. » China Dialogue, 17 janvier 2013 

Reuters, « Canada's Kyoto withdrawal : China, Japan and other nations react. » Huffington Post, 13 décembre 2011. 

Reuters China. « Beijing to give glut-weary solar panel makers tax breaks. » South China Morning Post, 30 septembre 2013. 

Schreiber, Mark. « No clearing the air over neighbor's pollution. » Japan Times, 10 mars 2013. 

Song, Sophie. « Chinese solar panel companies, faced with overcapacity, low demand and EU tariffs, are facing a painful future. » International Business Times, 13 juin 2013. 

« Transboundary haze pushes Singapore's air pollution to 'hazardous' level. » Xinhua, 20 juin 2013. 

« Transboundary haze pushes Singapore's air pollutant index to record high. » China Daily, 19 juin 2013. 

Xinhua. « ASEAN leaders endorse haze monitoring system. » Global Times, 21 octobre 2013. 

Zhu, Charlie. « China's bailouts darken horizon for solar panel sector. » Reuters, 26 mars 2013. 

Xinhua. « China critical of Kyoto withdrawal plan. » China Daily, 30 novembre 2011. 

2016-08-05