L’ascension des personnes différemment douées

Auter(s): Greg Wilburn, Horizons de politiques Canada
Type de document: Aperçu de politiques
Date de publication: Jeudi, Août 1, 2013 - 4:00am
INuméro ISBN:
Média substitut: 2013-0224-fra.pdf

Dans un monde idéal, personne n’aurait à composer avec la perte d’un membre causée par une lésion traumatique ou une maladie. La réalité n’est pas si clémente. Les maladies, les accidents et les guerres, entre autres, sont des facteurs qui peuvent avoir d’importantes répercussions sur notre mobilité et même sur notre identité. La technologie a toutefois commencé à redéfinir la façon dont nous voyons la santé et le bien-être.

Récemment, à un atelier de « Venez veiller avec nous », les participants ont observé que certains signaux faibles sont en train de voir le jour et pourraient avoir des répercussions à long terme sur la politique, tant pour les individus que pour les gouvernements. Des soldats qui reviennent de conflits dans le Moyen-Orient, par exemple, optent pour le remplacement par des prothèses de haute technologie, plutôt que de tenter l’interminable réhabilitation des membres blessés. Peu d’entre nous oublierons l’image d’Oscar Pistorius, connu sous le nom de Blade Runner, qui a participé aux Jeux Olympiques de 2012.

Qu’entendons-nous par l'avancement humain? Lors d’un récent atelier au Royaume-Uni, l’avancement a été défini comme une gamme d’approches qui peuvent être utilisées pour améliorer les aspects de la fonction humaine, soit pour restaurer une fonction humaine réduite aux niveaux précédents ou moyens, soit pour redresser les fonctions à un niveau considéré comme « sous la norme » pour les êtres humains.
- Human Enhancement and the Future of Work, mars 2012.

Cela a donné lieu à des suppositions concernant la possibilité, à plus long terme, d’avancement humain. Lors d’un atelier conjoint, accueilli par l’Academy of Medical Sciences, la British Academy, la Royal Academy of Engineering et la Royal Society en mars 2012, les possibles répercussions d’avancements cognitifs et physiques dans le monde du travail ont été examinées. Les participants ont remarqués que les avancements avaient le potentiel de changer le monde du travail de façon significative et de créer de multiples tensions politiques et sociales.

Ce ne sont toutefois pas seulement les personnes qui font face à des problèmes physiques qui sont confrontées à ces changements, mais également celles qui sont aux prises avec d’autres obstacles. Par exemple, depuis 2003, le cabinet-conseil danois Specialisterne orientent avec succès des adultes autistes vers des emplois dans le secteur de la haute technologie. Bien souvent, la capacité des adultes autistes de se concentrer leur donne un avantage particulier lors de l’exécution de tâches telles que la saisie de données ou l’essai de logiciels.

Les répercussions de ces enjeux sont loin d’être claires, mais elles soulèvent certaines questions administratives intéressantes. Alors que la technologie se transforme et que l’intelligence évolue, il faudra revoir ce que constitue une « incapacité ». En ce qui concerne les problèmes physiques, alors que la technologie médicale évolue, quelle sera la distinction entre avancement et restauration? Comment nos différentes façons de comprendre la signification du terme « capacité » influenceront-elles le travail? Quelles sont les considérations déontologiques possibles que ces signaux faibles soulèvent?

2016-08-05