Analphabétisme financier et « démocratisation » de l’insécurité financière aux États-Unis

Catégorie : social

De quoi s’agit-il? L’insécurité financière est étonnamment répandue aux États-Unis; selon un sondage de 2013, la moitié des Américains n’aurait pas la capacité de débourser une somme non prévue de 400 $. Cet état de risque financier occasionne secrètement un sentiment de honte chez les personnes de toute classe sociale, tout niveau d’études et tout groupe d’âge. Cela ne se limite pas au coût de la vie ou à la stagnation des salaires. La chercheuse Annamaria Lusardi déclare que l’accroissement des offres de produits financiers a dépassé la capacité de nombreux Américains à comprendre ces produits. Les pays disposant des marchés financiers et du crédit les plus complexes au monde font face à d’importants problèmes d’insécurité financière.

Et alors? De nouvelles recherches portant sur l’insécurité financière et le rôle du crédit remettent en question l’hypothèse économique dominante selon laquelle les personnes harmoniseraient leur consommation au cours de leur vie en compensant les années de vaches maigres au moyen des économies provenant de meilleures années. Cette recherche constate au contraire que lorsque les personnes reçoivent de l’argent, par exemple une prime au travail ou un remboursement d’impôt, elles sont plus enclines à le dépenser qu’à le placer. Comme de nombreux pays discutent actuellement de la création de programmes de revenu minimum, ces résultats suggèrent que l’amélioration des connaissances financières représente une partie essentielle de la solution.

Le fait que l’insécurité financière est si courante soulève également la question de savoir comment ce phénomène peut façonner la société américaine. Les Américains en difficulté peuvent représenter une partie importante de l’économie du partage, ce qui peut transformer les bases de l’économie. Ils peuvent aussi être à l’origine de tendances sociales plus préoccupantes, telles que la hausse de la fréquence du suicide et la croissance de la « transactional-love economy (l’économie de l’amour transactionnel) ». Les psychologues remarquent que les personnes faisant face à la pauvreté ont tendance à adopter un « état d’esprit de rareté » qui favorise la prise de décisions à court terme, souvent au détriment du bien-être à long terme.

Sources :

Icone signaux faibles économie
    
Icone signaux faibles environnement
    
Icone signaux faibles gouvernance
    
Icone signaux faibles sécurité
    
Icone signaux faibles sociale
    
Icone signaux faibles technologie

Date modified

2017-03-29